Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 03:00
L’ABBAYE DE NORTHANGER de Jane AUSTEN
Ed Gallimard/296p
Trad : Pierre Arnaud

L-abbaye-de-Northanger.jpg
 
Catherine Morland a beaucoup étudié pour devenir une héroïne de roman digne de ce nom à force de lecture de romans où d’innocentes mais néanmoins très braves jeunes filles arpentaient les couloirs de sombres châteaux et cryptes parsemés de dangers mortels. Et l’occasion se présente de faire ses preuves. Les Allen, amis de sa famille, se proposent de l’amener en séjour avec eux à Bath. Elle y fait du reste la connaissance d’un jeune homme dont la famille vit dans l’abbaye de Northanger.
 
Une vraie parodie de romans gothiques où cette pauvre Catherine se ridiculise comme elle peut. D’autant que l’auteur ne cache même pas qu’il s’agit là d’une fiction et d’une fiction qui règle son compte à bien des clichés littéraires de son époque. Catherine, n’a peut-être pas la finesse et l’intelligence d’Elisabeth mais elle a quand même son caractère et une imagination débordante qui lui joue bien des tours. Comme de bien entendu, on retrouve une histoire d’amour contrarié pour raisons financières, un beau portrait de la vie dans une station balnéaire, et des bals, des promenades en cabriolet, des lettres des uns et des autres, et on y est bien et encore mieux on s’y amuse. C’est un récit pétillant plein de bonne humeur et très malin. Jane Austen y défend l’art de la fiction romanesque et tourne en ridicule cette manie qu’ont les auteurs de ne pas prendre le roman en tant que genre au sérieux et de le dénigrer constamment tout en continuant d’en écrire.
 
Oui des romans ; car je refuse de suivre cette coutume mesquine et maladroite si répandue parmi les romanciers, qui consiste à dénigrer par une censure méprisante les œuvres dont ils contribuent eux-mêmes à accroître le nombre. Ceux-là vont jusqu’à rejoindre le clan de leurs pires ennemis pour proférer à l’égard de tels écrits les condamnations les plus sévères et à n’autoriser jamais leur héroïne à les lire. S’il lui arrive par mégarde d’ouvrir un roman, celle-ci ne manque jamais de le feuilleter avec dégoût. Hélas ! Si l’héroïne d’un roman ne peut pas être défendue par l’héroïne d’un autre de qui peut-elle espérer protection et respect ? (extrait)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Naïk 11/07/2007 00:35

Ah ! Chimère, je suis atteinte de plusieurs auteurites ;-) Une Balzacite, une Maupassantite et une Vianite depuis l'adolescence : ce sont les plus aigües et elles occasionnent des rechutes régulières. Je pratique donc une diversification des lectures, car je sais que d'autres auteurites me guettent... D'ailleurs, je viens juste de céder avec plaisir à ma Petersite (une cadfaelite pour être exacte...) Et toi Chimère en as-tu d'autres ? :-)

Chimère 08/07/2007 15:22

Florinette, effectivement c'est assez vrai ce qu'elle raconte concernant le mépris dans lequel on tenait le genre romanesque à l'époque. Naïk, tu n'es pas atteinte d'austenite mais de quelle autre auteurite es tu atteintes ? Allie, c'est une super bonne idée cette lecture en parallèle, j'ai moi même mis ce Udolphe dans mon carnetHilde, ça sent la rechute dis donc effectivement.Isil, merci, mais chez toi c'est pas mal du tout non plus, j'ai repéré deux trois trucs...non faut que je tienne ma pal va exploser autrement.Grominou, un Austen t'aurait échappé ? Cours le rattraper ! :D

Grominou2 08/07/2007 10:27

Tiens, je ne l'ai pas encore lu, celui-là!  Ça a l'air génial, je l'ajoute tout de suite à ma liste! 

Isil 08/07/2007 09:33

Bonjour, je découvre ce blog qui m'a l'air très bien et comme j'adore Austen...J'aime tout chez elle et Northanger Abbey est formidable. C'est dans ce livre que se trouve une de mes citations préférées, à propos de l'Histoire: "Les  querelles des papes et des rois, les guerres ou les épidémies de peste à chaque page, les hommes qui ne sont bons à rien, presque jamais de femmes..." Bon je m'arrête sinon je vais citer la moitié du roman.Lady Susan est également très bon.Je suis impatiente de lire le commentaire sur la lecture en cours car j'hésite à l'acheter.

Hilde 07/07/2007 16:56

J'ai aussi été touchée par l'austenite. J'ai réussi à me soigner après Orgueil et préjugés mais je sens ce mal revenir à la lecture de cette note. Sans compter que j'ai Lady Susan caché dans ma table de nuit!! ;-)