Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 02:51
 
LE MALHEUR D'ETRE UN SKRAKE de Kjell WESTÖ
Ed Gaïa/449p
Trad : suédois (Finlande) Philippe Bouquet

Le-malheur-d---tre-un-skrake.jpg
 
Viktor le narrateur est revenu à Rabergä dans la maison parentale où il écrit l'histoire de sa famille. C'est à travers celle-ci que s'inscrit aussi celle de la Finlande des années 50 aux années 90. Mais, il écrit surtout sur son père Werner atteint d'une malchance chronique qui le conduira de catastrophe en catastrophe tout au long de sa vie et jusqu'à sa mort à devenir la risée de toute la ville. Car c'est cela Le malheur d'être un Skrake, une forme de malchance qui vous poursuit jusqu'au bout.
 
Il y a Bruno le grand-père, mystérieux au passé obscur, son frère Léo qui croit ferme à l'existence des extraterrestres, Werner, le père figure centrale du roman, écrivain qui a eut un certain succès, ancien lanceur de marteau, Viktor le fils qui a réussit dans la publicité et qui veut faire le point sur sa famille. Autour, il y a les femmes, Maggie la grand mère, Vera la mère, Janna ou Jinx, ou Sabba qui change de prénom comme de chaussette, l'amie-amante de Viktor et puis il y a la Finlande, sa communauté svédophone, son histoire que l'on connaît très peu finalement et qui se mélange à celle de la famille Skrake. Avec un père comme Werner, autant dire que la vie de Viktor n'a pas été simple, et ce pauvre homme a atteint son pic de malchance avec l'aventure du Grand Jet qui vaudra à son fils d'être l'objet de bien des vexations. Mais c'est raconté avec tellement de tendresse et d'humour que l'on se prend d'affection pour cette famille pas comme les autres. Sans compter que l'auteur distille les indices et les mystères avec beaucoup d'habileté, de quoi vous acccrocher jusqu'au bout. Un roman construit comme un puzzle à déguster sans modération.
 
Et alors que assis à mon bureau Billnäs, je tente de me remémorer les année, qui dans ma vie, ont suivi le Grand Jet, il y a deux titres auxquels j'en veux terriblement d'avoir déjà été utilisés : Cent ans de solitude et La Conjuration des imbéciles (extrait)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caroline 18/04/2008 06:59

Je le note! Apres Paasilinna (un regal!), je referais bien un petit tour en Finlande...

Chimère 26/09/2007 22:50

Moustafette, oui elle est très sympa tu vas voir.Yueyin, ah n'est ce pas qu'il est bien Nikolski ?

yueyin 26/09/2007 11:07

Un moyen agréable de découvrir la Finlande en somme... Noté !!!Rien à voir (enfin si le challenge abc) mais je  suis en train de lire Nikolski et je me régale...

Moustafette 26/09/2007 07:44

Ravie de faire la connaissance de cette famille, m'en vais aller frapper à leur porte !