Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 02:43
L'ENCHANTEUR de René BARJAVEL
Ed Folio/471p

undefined


Il y a plus de mille ans vivait en Bretagne, un enchanteur qui se nommait Merlin. Il était jeune et beau, il avait l'oeil vif, malicieux, un sourire un peu moqueur, des mains fines, la grâce d'un danseur, la nonchalance d'un chat, la vivacité d'une hirondelle. Le temps passait sur lui sans le toucher. Il avait la jeunesse éternelle des forêts. Ils possédaient les pouvoirs et ne les utilisait que pour le bien, ou ce qu'il croyait être le bien mais parfois il commettait une erreur, car s'il n'était pas un humain ordinaire, il était humain cependant. Pour les hommes il était l'ami, celui qui réconforte, qui partage la joie et la peine et donne son aide sans mesurer. Et qui ne trompe jamais. Pour les femmes, il était le rêve. Celles qui aiment les cheveux blonds le rencontraient coiffé d'or et de soleil, et celles qui préfèrent les bruns le voyaient avec des cheveux de nuit ou de crépuscule. Elles n'étaient pas amoureuses de lui ce n'était pas possible, il était trop beau, inaccessible, il était comme un ange. Seule Viviane l'aima pour son bonheur , pour son malheur peut-être pour leur malheur ou leur bonheur à tous les deux, nous ne pouvons pas savoir, nous ne sommes pas des enchanteurs. Pour tous il était l'irremplaçable, celui qu'on voudrait ne jamais voir s'en aller mais qui doit partir un jour. Quand il quitta le monde des hommes, il laissa un regret qui n'a jamais guéri. Nous ne savons plus qui est celui qui nous manque et que nous attendons sans cesse mais nous savons bien qu'il y a une place vide dans notre coeur. (extrait)


Ma première lecture de ce roman étant très éloigné dans le temps, je l'ai donc relu avec l'impression de ne pas connaître le texte. Il me restait quelques souvenirs très vagues comme l'épisode sur la conception de Merlin qui m'avait beaucoup fait rire la première fois et qui garde le même humour à la relecture. Par contre j'avais totalement oublié certains détails parfois totalement incongrus dans un récit se basant sur la légende «arthurienne » mais qui finalement cadrent bien avec le personnage de Merlin tel que le décrit l'auteur.


L'histoire de la quête du graal est donc vue du côté de ce personnage énigmatique de Merlin l'enchanteur, personnage central sans qui rien ne serait arrivé finalement. On y retrouve quasiment tous les éléments de la légende : Arthur, la table ronde, le siège périlleux, le roi-pêcheur, Lancelot, Guenièvre, Morgane, Perceval, Excalibur, Brocéliande et Viviane entre autres. Bizarrement, l'ambiance est assez semblable à celle que l'on peut ressentir en lisant les romans de Chrétien de Troyes, avec un côté plus moderne voire humoristique dans certains passages qui s'intègrent très très bien dans le récit ( j'aime beaucoup le coup des boîtes de conserve ou de l'ascenseur, marrant et malin car il fallait y penser) sans jamais dénaturer le propos.


Mais le fin du fin reste quand même les histoires d'amour. L'amour coupable, adultère et en même temps intense et romantique entre Guenièvre et Lancelot avec notamment leur première nuit ensemble où l'auteur utilise un procédé osé que j'ai adoré redécouvrir. C'est ingénieux. Cela dit tout sans rien dire, une sorte d'ellipse poétique merveilleuse et tellement adaptée à ce couple légendaire finalement. L'autre amour est celui qui grandit entre Merlin et son élève Viviane, avec sa conclusion inéluctable que l'enchanteur sait qu'il ne pourra ni ne voudra éviter en cela réside toute la beauté de cet abandon de soi qu'exige le lien entre les deux personnages hors normes.


Un roman qui respecte la trame de la légende arthurienne avec même une atmosphère proche des romans de Chrétien de Troyes tout en se permettant quelques petites touches personnelles, une légende fabuleuse et un Merlin qui se rapproche plus de ses premières origines.


Seul petit bémol et ce n'est qu'un petit détail : l'illustration de couverture de l'édition poche ne reflète absolument pas le contenu. Dommage, il aurait fallut quelque chose de moins gentillet et de plus moyenâgeux quand même.

Partager cet article
Repost0

commentaires

cheap jewellery 06/12/2013 12:17

I am grateful to you for suggesting the "L'ENCHANTEUR" by René Barjavel. It is an awesome book with the characters Grail and Merlin doing justice to their role very much. I am looking forward to the next part of the book.

Chimère 18/01/2009 17:26

C'est l'un de mes préférés, le premier que j'ai lu de lui d'ailleurs.

Géraldine 17/01/2009 16:53

J'aime beaucoup Barjavel mais ne connaissais pas ce roman.

Chimère 08/11/2008 00:49

Bien contente que tu le relise toi aussi. J'ai eu une période Barjavel il y a des années et c'est le seul de ses livres que je peux relire avec bonheur.

Xaonou 07/11/2008 18:05

Entièrement d'accord avec toi : ce livre est magique, et c'est surement celui de Barjavel que je préfère...Il nous permet de découvrir et de redécouvrir la légende arthurienne et chaque relecture est un enchantement.