Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 06:01
UN SALE BOULOT de Christopher MOORE
Ed Calman Levy/403p
Collection Interstice
Trad : Luc Baranger

Charlie Asher possède une boutique de vente d'objets d'occasion, il est marié et bientôt papa. Charlie est un mâle bêta comme les autres. Et puis, après la naissance de sa fille Sophie il croise un homme noir en tenue de golf dans la chambre d'hôpital de sa femme au moment où elle meurt. Et voilà, que Charlie a un boulot supplémentaire, celui de collecteur d'âmes. Armé du guide Le livre des morts, notre ami Charlie commence sa nouvelle carrière de la chasse aux objets où se cachent les âmes des défunts.

Un roman de Christopher Moore est toujours l'occasion de repousser les limites du délire. Des différentes allocutions sur l'évolution et les moeurs du mâle bêta dans l'histoire de l'humanité, à l'apparition d'énormes molosses (des cerbères) pour protéger le bébé Sophie, le même bébé qui fait tomber raide mort les humains, en passant par la réapparition de Fresh Mentalo, le géant noir croisé dans Le lézard lubrique de Melancholie Cove et puis d'autres personnages légèrement dérangés du bocal. Et je ne vous parle pas de ces bestioles étranges que l'on croise dans les rues, des écureuils en tutu par exemple. Parce qu'en plus d'avoir deux carrières à gérer, notre brave Charlie est soupçonné par la police d'être un tueur en série et c'est normal, vu la tendance des gens à mourir dès qu'il est dans le coin. Je me suis beaucoup amusé à suivre l'histoire de ce brave type anonyme qui ne demandait rien à personne et à qui il arrive toute une série d'aventures qui va crescendo jusqu'à la conclusion logique finale bien que j'ai vu venir le coup de théâtre de la fin depuis pas mal de temps cela ne gâche pas la très agréable lecture de cette histoire. Bien entendu, ce livre nécessite de déconnecter les neurones pendant sa lecture si on veut l'apprécier.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Ou alors attend une version poche, qui sait ?
Répondre
J
Mes neurones sont pratiquement déconnectés en permanence en ce moment ! mdr ! Et puis, j'adore Christopher Moore :) Mais il faudra que j'investisse : ma biblio n'a pas ce titre-là (décidément,ce matin je ne suis pas en veine côté disponibilité des titres à la biblio !)
Répondre
C
Je n'avais pas vu les choses comme ça Chiffonnette, c'est effectivement un bon principe.
Répondre
C
Moui, ma capacité à débrancher mes neurones étant avérée ces derniers temps, je prend note de ce titre. Si jamais je guéris, il servira en cas de rechute!
Répondre
C
Essayes avec Le lézard lubrique de Melancholie Cove ou Un blues de coyote. Cela dit, tout n'est pas forcément génial chez Moore.
Répondre