Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 02:15
LE MIROIR DES COURTISANES de Sawako ARIYOSHI
Ed Philippe Picquier/479p
Trad (japon) : Corinne Atlan




A l'ère Meiji (fin XIXème siècle), Tomoko, dix ans est vendue par sa mère Ikuyo femme versatile, égocentrique à l'excès, à une maison de geisha. Grâce à son talent pour la musique, elle réussira à s'imposer dans le monde « des saules et des fleurs », un monde bien cruel sous ses apparences de raffinements et d'élégance, mais à quel prix.



C'est mon premier roman de cette auteure, et surement pas le dernier car ce récit m'a captivée du début à la fin, d'abord parce que l'écriture est vraiment agréable à lire et ensuite parce que l'histoire est passionnante et les personnages surtout les personnages sont fascinants de complexité. Car ce qui est surtout mis en avant ce sont les rapports amour/haine entre Tomoko et sa mère, rivales jusqu'au bout. Tomoko ne pourra jamais se défaire de son devoir envers une mère qui n'a pourtant jamais manifester la moindre affection pour elle et qui s'accroche à sa fille par pur intérêt ou par caprice quand ce n'est pas les deux. A travers ces deux femmes, on assiste également aux événements historiques du japon qui le feront entrer dans la modernité. Tomoko est une héroïne que l'on n'oublie pas facilement. Et puis, le point de vue féminin d'un auteur japonais sur le monde des geishas est toujours intéressant en comparaison avec ce que des auteurs occidentaux ont pu écrire à ce sujet.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Yueyin, l'histoire est surtout centrée sur les relations mère/fille et la vie de Geisha de la fille n'est qu'une étape dans son existence.
GeishaNellie, non rien à voir à mon avis. Déjà au moins l'auteur est japonaise et on a un point de vue japonais sur la question et pas occidental. Et puis je le répète, le monde des geisha est assez secondaire finalement dans le récit. J'ai lu Geisha de Golden moi aussi et j'aurai probablement été plus convaincue si je n'avais lu avant l'essai de Lisa C. Dalby une anthropologue américaine intitulé Geisha (tiens quelle originalité) aux éditions Payot que je recommande chaudement si le sujet t'intéresse et qui est tout de même très complet d'un point de vue historique de la profession, étude sociologique, les geisha de nos jours, les arts et coutumes autour de ce microcosme particulier. :) 
Répondre
G
Dit moi, as-tu lu Geisha d'Arthur Golden  ? Pour moi ce livre a trop inspiré les histoires de geisha, mais crois-tu que ce livre la va différé ? Vais-je m'ennuyer durant sa lecture parce qu'il ressemble trop à celui d'Arthur Golden (ça m'est arrivé avec Ma vie de Geisha) ?
Répondre
Y
Hummm celui-là me tente bien... j'ai bien aimé mémoire de Geisha mais un point de vue féminin (et japonais de surcroit ;-)) me tenterait bien et puis il ya le personnage apparemment qui a l'air intéressant :-)
Répondre
C
Oui fascinant, mais ce livre ne se limite pas seulement à cela.
Répondre
M
Le monde des geisha est fascinant. j'ai "Mémoires d'une geisha" qui m'attend dans ma PAL.
Répondre