Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 12:06
LE RAPPORT STEIN de José Carlos LLOP
Ed Jacqueline Chambon
Pages : 101
Trad (espagnol) : Edmond Raillard
Genre : littérature espagnole


En Espagne dans les années 60, un nouvel élève fait irruption dans le quotidien un peu morne d'un collège religieux. Il s'appelle Stein, il ne ressemble pas aux autres élèves dans son habillement, son comportement. Il est extravagant et mystérieux. Il fait l'objet d'une attention particulière de la part de ses camarades de classe et tout particulièrement le narrateur qui vit chez ses grands parents et ne connaît ses parents que par les cartes postales qu'ils lui envoient de tous les pays qu'ils visitent.


Petit à petit, par couches successives qui se dévoilent, le narrateur va trouver réponse à bien des mystères concernant ses parents, le silence réprobateur de sa grand-mère au nom de Stein, et les secrets de famille qui pèsent lourd. J'ai beaucoup aimé le style d'écriture dans ce petit roman. Tout est vu au travers du prisme de l'adolescence vivant un peu en marge des adultes. Les bribes d'informations que l'on parvient à arracher à ce monde des adultes sont des petits joyaux à polir et à analyser jusqu'au plus petit détail.

 


Guillermo Stein est arrivé au collège au beau milieu de l'année scolaire, à bicyclette. Aucun d'entre nous n'allait au collège à bicyclette. La bicyclette de Guillermo Stein était une bicyclette italienne noire , très grande. On ne le voyait presque pas , le nouveau, Stein, sur sa bicyclette, n'eut été cet imperméable rouge qu'il portait sur les épaules, une pèlerine en plastique nouée autour du cou, sur laquelle la pluie dégoulinait jusqu'au sol....Sous la rangée de parapluies nous vîmes son dos recouvert de l'imperméable rouge et à côté du catadioptre du garde-boue arrière, une plaque ovale avec deux lettres noires sur fond blanc-C.D-et un blason avec une devise en latin, des licornes et des fleurs de lis. Guillermo Stein venait au collège avec une bicyclette qui appartenait au corps diplomatique d'une nation dont le drapeau ne figurait pas dans l'Atlas universel (extrait)

 


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chimère 04/03/2009 22:25

Le plus surprenant c'est tout ce que l'auteur peut dire en si peu de pages.

yueyin 04/03/2009 17:25

hummm ça me plait bien cette ambiance là moi :-))))