Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

16 juillet 2006 7 16 /07 /juillet /2006 06:30
LE DIEU DES PETITS RIENS de Arundhati ROY
Il y a les jumeaux Rahel (la fille) et Estha (le garçon) et leur mère Ammu divorcée revenue vivre avec ses enfants dans sa famille à Ayamemen auprès de Mammachi (la grand-mère), oncle Chako, Baby Kochamma (la tante). Et il y a Velutha un intouchable, le meilleur ami des jumeaux et un peu plus qu’un ami pour leur mère. Et puis voilà que l’ex femme de Chako et leur fille Sophie Mol arrive de Londres. Le drame peut commencer…
 
Difficile d’entrer dans ce livre. Au début, on se perd un peu entre les personnages et les passages entre présent et passé qui ne sont pas toujours très clair. Et puis, mine de rien, l’auteur nous amène avec elle dans l’histoire et on accroche vraiment. Ce que je retiens le plus de ma lecture, c’est l’incroyable qualité des descriptions, la manipulation poétique du langage e des mots. Tout est détaillé avec une précision et une langue très imagée et poétique aussi (Dans le jardin d’ornement à l’abandon, Rahel sous l’œil des nains indolents et de l’angelot esseulé s’accroupit à côté de la mare stagnante et regarda les crapauds sauter d’une pierre fangeuse à une autre. Qu’ils étaient beaux dans leur laideur ! Cassants, Couverts de vase et de verrues. Prisonniers de cette carapace, des princes se languissaient d’un baiser…). En même temps, Arundhati Roy maîtrise à la perfection l’art de tout dire sans rien montrer. La scène qui se passe entre Estha et l’homme Oreangeade-Citronnade au cinéma est à elle seule un grand moment de tension. Le lecteur comprend, voit tout et pourtant rien n’est réellement explicitement dit ou montré, tout est suggéré. Et cela rejoint une réflexion plusieurs fois reprises par l’auteur : on ne dit que les Petites Choses. Les Grandes tapies à l’intérieur restèrent inexprimées. Néanmoins, l’écriture et l’intrigue étant très travaillées, c’est un livre qu’il est recommandé de lire en étant très concentré si on veut pouvoir suivre l’auteur. Ce livre est à lire deux fois, une fois pour suivre l’histoire et une autre pour se bercer de poésie.

Enfin, si vous voulez savoir qui est ce fameux Dieu des petits riens, lisez ce livre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ChimÚre 17/07/2006 23:18

Effectivement , c'est dommage...un autre roman aurait mieux fait l'affaire pour nous ;):D

clarabel 17/07/2006 10:52

J'ai lu ce livre et je l'avais trouvé magnfique ! La langue est belle, somptueuse... et l'histoire est "foudroyante" ! Je me souviens avoir versé des larmes !!! :-)
Dommage que l'auteur n'ait rien renouvellé depuis... (à part des essais politiques... bof..).