Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 14:00

UNE ROSE POUR UN CHEVALIER d'Elizabeth LOWTHER
Ed : Harlequin
Pages :156
Trad : M.C Anouilh
Format poche
Coll : Les Historiques
Genre : euh...harlequinade quoi !

C'est reparti pour un voyage au pays des romans Harlequin avec cette fois ci une incursion dans la collection Les Historiques de cette vénérable institution.

Le contexte : Bretagne aux alentours du XIVème siècle environ.

La couverture : Nous avons donc un couple tendrement enlacé dans une végétation luxuriante. Lui, seigneur breton français de Plou-Arven (c'est pas franchement glamour à mort comme nom Plou-Arven) a cédé aux sirènes de la mode puisque chez Harlequin la tendance de ces dernières années va à l'Écosse car il arbore un très joli plaid écossais de belle facture. Bon, il ne va pas jusqu'à porter le kilt ce serait peut-être mal vu des gens du coin plutôt conservateurs pour certaines choses (je rappelle que c'est une histoire qui se passe en Bretagne et qu'il n'est jamais fait mention de l'Écosse une seule fois dans tout le roman). Plus intéressant est l'arrière plan avec cette merveille architecturale derrière le couple de tourtereaux. Et là attention ! Moi je dis : Oh PUNAISE ! C'est que ça rapporte un MAX d'être le seigneur du petit domaine de Plou Arven au fin fond de la Bretagne ! Vous avez vu la TAILLE de la BARAQUE ! Et comble du raffinement, admirez donc cette magnifique colonne stylisée façon Grèce antique juste au premier plan qui rajoute une touche exotique à l'ensemble.

Le titre : Une rose pour un chevalier est donc la traduction assez fidèle de The Ransomed Bride (cherchez l'erreur).

L'histoire : On va faire simple. A la base il y a Giles le frère de l'héroïne qui s'appelle Sabina, une jeune anglaise de dix sept ans. Son frère donc, est un imbécile fini, plus bête ça doit pas se trouver. Il est également égoïste, malveillant et lâche. Il a été fait prisonnier par Ronan de Guennec seigneur de Plou-Arven (me ferai jamais à ce nom là, c'est pas possible) qui exige bien entendu une rançon comme ça se faisait à l'époque. Alors le frère propose un arrangement. Il a une huitaine de soeurs, dont il ne se souvient ni du physique, ni des prénoms, mais l'une d'elle Sabina donc, pourrait épouser le dit Ronan et la dot servirait à le libérer. Marché conclu ! Sauf qu'il y a maldonne !
Quand Sabina arrive enfin devant son futur époux, il tire une tronche pas possible (genre : On m'a arnaqué). Le frère débile avait un peu enjolivé les détails sur la marchandise en transformant la frangine en une pâle beauté blonde aux yeux myosotis et voilà que c'est une jeune femme châtain pas laide mais pas renversante non plus qu'on veut lui fourguer. Qu'à cela ne tienne ! Après tout, lui il veut seulement un héritier mâle et il ne se marie pas par amour. Car oui Ronan a eu le coeur brisé par la mort en couche de sa première femme Marianne qu'il continue à aimer encore. Inutile de vous dire que pour Sabina c'est pas gagné.
On assiste donc aux épousailles avec quand même un fabuleux dialogue entre la jeune mariée et une dame de la noblesse du coin sur le" devoir conjugal", qui m'aura bien fait rigoler :

« Ma chère enfant, puisque votre mère n'est pas là, je dois vous demander...savez vous exactement ce qu'implique le mariage ?
Oui Madame
Tant mieux. Vous verrez l'expérience est un peu..euh...traumatisante au début mais tout s'arrangera avec le temps. Ne vous inquiétez pas. » (extrait)

Coincée avec un mari qui ne l'aime pas, la petite Sabina ne se laisse pas démonter. Elle a le sens de l'entreprise surtout dans le domaine médical où en moins de cinq pages elle a carrément monter une hôpital de campagne pour soigner les paysans et les pauvres qui affluent en masse. Pour un peu, on s'attend à y voir débarquer l'équipe des urgences, Doug Ross en tête ou même le docteur à la canne et aux méthodes discutables avec son cynisme habituel. Elle est également soucieuse des masses laborieuses puisqu'à plusieurs reprises, elle fait le travail de sa domestique pour qu'elle puisse se reposer. Bref, je vous passe les moults obstacles à traverser avant que nos mariés réalisent qu'ils s'aiment, sachez cependant que tout est bien qui finit bien.

L'énigme de Plou-Arven : Néanmoins un mystère demeure. Car oui, il se passe des choses étranges à Plou-Arven.

Je rappelle le contexte pour ceux qui auraient oublié et c'est très important : Bretagne aux alentours du XIVème siècle.

Tout à commencé avec cette histoire de chien. Sabina a adopté un chien errant sympathique mais hélas bâtard et ça le Ronan il peut pas supporter. Il est fier de son rang et de sa lignée et chez lui même les chiens doivent être de pure race. Donc, il invite sa nouvelle épouse à abandonner le corniaud et si elle veut un chien qu'elle prenne un bon pédigree. La précédente épouse feue Marianne adorait son caniche. Et là j'ai tiqué ! Un caniche à cette époque là ? Après recherche, le caniche apparaît au XVIème siècle et le chien devient animal de compagnie au XVIIIème. Wow trop fort ! Mais ce n'est pas tout. Pour rester dans le domaine des chiens, sachez que Ronan seigneur de Plou-Arven possède une meute de Fox hounds, chiens de chasse du XVème siècle.

Et autre bizarrerie, le couple traversant une phase d'accalmie entre deux scènes de ménages (oui, ils passent beaucoup de temps à se hurler dessus pendant le roman et toujours pour des malentendus débiles, surtout le monsieur qui est vraiment, mais vraiment caractériel) Ronan suggère une partie de backgammon à sa jeune épouse. Alors après vérification, le jeu du backgammon est très ancien mais n'aura son appelation moderne qu'au XVIIIème siècle, avant on parlait de jeux de table.

Alors que se passe t-il réellement dans cette région de la Bretagne. Après enquête, réflexions et analyses, deux théories sérieuses et crédibles se sont dégagées des autres plus fumeuses.

Théorie n°1 : Plou-Arven, une région tournée vers l'avenir !

A Plou-Arven, on aime la modernité. On est avant gardiste ! On prépare les tendances de demain et on est à la pointe du progrès. Avouez que c'est tellement plus original d'avoir des chiens que personne n'a encore et d'utiliser des noms qui n'existeront que quelques siècles plus tard. Respect de l'époque ? : attitude réactionnaire et totalement rétrograde.

Théorie n°2 : la faille temporelle

J'avoue cette théorie est ma préférée car bien plus plausible. Plou-Arven comme Cardiff recèle une faille spatio temporelle d'où surgirait des concepts et des choses d'autres époques. Et il est même probable qu'un certain Docteur se serve de cette faille pour recharger les batteries de son Tardis. Où est Plou-Arven sur la carte s'il vous plait ?


Encore une lecture passionnante et pleine d'enseignements où l'on voit qu'Harlequin cherche à informer ses lectrices des grandes énigmes de notre monde. Merci d'avoir lu jusqu'au bout.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

eireann yvon 04/09/2009 16:20

Je passe mon tour A bientôt.Yvon

Chimère 06/09/2009 05:36


Comment comment les charmes de Plou Arven n'ont pas d'effet sur toi ? Bon je sais c'est à cause qu'il n'y a pas de jasmin hein  ?


Chimère 18/08/2009 17:15

En même temps, ils sont très très gros...

Frisette 18/08/2009 16:56

J'adore ton analyse!  Que de perspicacité!  Tu as un véritable oeil de lynx pour repérer les anachronismes :)

Chimère 17/08/2009 16:44

Je peaufine la chose mais je peux dire que c'est du bon dans le délire complet. Titre Le chevalier et l'orpheline et y a encore du Pays de Galle dedans

fashion 17/08/2009 14:26

Un coup du Docteur, évidemment. J'adore tes billets. Vivement l'analyse du J'ai lu! (tu as lu lequel ?)