Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 07:11
LE LEZARD LUBRIQUE DE MELANCHOLY COVE
de Christopher MOORE
Ed Série Noire Gallimard/366p
 
Quatrième de couverture : Un Gozilla qui n’aime pas le blues depuis que son bébé a été tué par Catfish le bluesman. Un flic fumeur de joints. Une schizophrène ex actrice de film de série Z post apocalyptique et une serveuse qui ferait pâlir d’envie « L’homme qui valait trois milliards ». Un restaurateur qui porte les prénoms de Lovecraft et rêve « d’observer une indicible créature venue de la nuit des temps s’élever de ténébreuses profondeurs abyssales pour venir dévaster la civilisation et se repaître de chair humaine ». On reprend depuis le début ?
 
Oui, ce ne serait pas plus mal en effet. Soit la petite ville de Melancholy Cove où il ne se passe jamais rien et soudain suite au suicide d’une mère de famille, l’enfer est en train de se déchaîner sur la ville et un certain nombre de ses habitants apparemment ayant tous un léger grain vont tenter de retrouver un lézard géant plus gros q’un tyrannosaure, démanteler un trafic de drogue, résoudre un meurtre, chercher des rats pris d’une envie subite de tangente, découvrir pourquoi tous les habitants de la ville ne pensent plus qu’au sexe, survivre à une prise d’otage, bref la routine Moorienne sans doute ?
 
Il faut bien reconnaître qu’à côté de ce livre, Un blues de coyote du même auteur est un pur roman cartésien. Christopher Moore est capable d’écrire avec le plus grand sérieux une histoire digne d’un film de série Z mais encore de le faire avec beaucoup de conviction et de talent. La galerie d’allumés que l’on peut croiser dans le roman est fantastique et vaut le détour. La bestiole monstrueuse rebaptisée Steve est très attachante également. Le vrai grand bonheur de ce roman, c’est qu’on nage en plein délire et que c’est totalement assumé. Personnellement, certains passages m’ont bien fait rire tels que la première phrase du premier chapitre qui plante bien l’atmosphère délirante du livre : Comme tous les cadavres, Bess Leander sentait bon la lavande, la sauge et un chouïa le clou de girofle » ou encore page 103 : Les caravanes fabriquées dans ces années étaient faites pour qu’en cas d’incendie, tous les occupants périssent brûler vifs ce qui constituait une façon intelligente pour les constructeurs d’éviter que les survivants ne les traînent devant les tribunaux. Les péripéties s’enchaînent sans heurt et il faut bien reconnaître que voir ce brave Steve se nourrir de trafiquants, du macho de base type et autres individus peu sympathiques dans le fond est plutôt réjouissant. Cet été c’est sûr je pars faire un tour à Melancholy Cove. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ChimÚre 16/01/2007 20:09

Alors là Clarabel, ne t'inquiètes pas à la première occasion, je fais un sort au Sot de l'ange. Il n'y a pas de raison que je m'arrête en si bon chemin.
Ah Thom, celui-là il est quand même bien atteint quand même vu que c'est comme ça qu'il déniche ses proies.
Yueyin, je fais tout pour vous faire craquer niark :D
Mireldar, et bien merci pour ton message mais tu sais tu peux utiliser l'adresse alivreouvert@hotmail.fr pour me laisser un message si l'envie t'en prend. Cette adresse est tout à fait valide. Le truc de contact là vu mon handicap technologique, j'y touche pas, trop peur de faire imploser ce blog. Ton site est une mine d'or, je découvre des trucs totalement inédits pour moi et très alléchants.
Jos, je crois qu'effectivement Moore est un auteur à connaître. D'autant que ce livre là aussi est disponible poche chez Folio.
 

cathulu 16/01/2007 19:34

Steve, on peut le trouver en animalerie tu crois ? Bon j'irai plutôt en librairie !

jos du livrophile 16/01/2007 17:48

Quelle critique ! Christopher Moore est vraiment un auteur à part... Je vais me faire l'intégrale, tiens !

Mîreldar 16/01/2007 15:55

Salut, Pas nécessaire de publier mon message, je voulais seulement te dire que ton formulaire de contact en bas, ne fonctionne pas.  C'est la petite boîte de caractères à copier qui ne s'affiche pas.  Les caractères s'affichent sur les commentaires normaux, mais pas sur ton formulaire.
J'aime bien ton blog et que je viens de l'ajouter dans mes liens.  Je surveille tes prochains posts :)
À bientôt

yueyin 16/01/2007 14:52

J'avais déjà noté un blues de coyote l'autre fois, j'ajoute celui-ci ou peut être devrais je seulement noter le nom de Christopher Moore : tes critiques sont réjouissantes :-)