Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 03:12
COMMENT J’AI VIDE LA MAISON DE MES PARENTS
de Lydia FLEM
Ed La librairie du XXIe siècle/Seuil 152p
 
L’héritage n’est pas un cadeau. Comment recevoir des choses que l’on ne vous a pas données ?
 
Ce petit livre traite du travail du deuil que l’on est ou sera amené un jour à faire lorsqu’il faut gérer les objets matériels que laissent les parents défunts à leurs enfants, quand il faut vider la maison : que faire des papiers, quoi garder ou jeter ? des meubles ? des vêtements ? Et des souvenirs qui y sont liés. Lydia Flem y raconte son expérience lorsqu’elle est s’est retrouvée dans cette situation à la mort de sa mère. Le temps d’un inventaire, elle redécouvre ses parents, les blessures de la déportation qu’ils ont tous les deux vécue et qu’ils n’ont jamais voulu lui raconter, l’occasion de faire la paix avec eux et avec soi aussi. Un livre qui nous concerne aussi parce que : A tout âge on devient orphelin. 
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Oui, j'ai lu et particulièrement aimé ce texte, et c'est exactement ça : il nous apprend à "faire la paix avec eux et avec soi aussi". Merci Lydia.
Répondre
F
J' avais bien aimé aussi même si c'est un sujet sensible, surtout quand on est fille unique et que l'on sait que ce travail nous reviendra à nous seule... Je suis en train de lire "L'invention de la solitude" de PA et la première partie fait également référence à la façon dont il a géré les effets de son père. Quinze ans après le décés de ma grand-mère, ma mère n'a toujours pas fini ce tri... C'est tellement plus que matériel tout cela...
Répondre
C
Oui, je trouve que l''auteure s'en est plutô bien sortie. Il aurait été si facile de verser dans le pathos à outrance.
 
Répondre
M
Pas pressé ! je fais l'autruche !
Répondre
A
Ça semble touchant comme livre... c'est un sujet difficile par lequel on passe tous...
Répondre