Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 04:43
L'ECUME DES JOURS de Boris VIAN
Ed Le Livre de Poche (jeunesse)
Pages : 244
Format poche
Genre : littérature française







Boris Vian est à l'honneur pour la lecture commune du mois de novembre. J'avais donc décidé de relire ma première découverte de cet auteur : L'écume des jours. Une lecture scolaire que j'avais adorée. Pour la peine j'ai même ressorti mon vieil exemplaire bien défraîchi comme vous pouvez, le constater sur la photo.

Colin un jour rencontre Chloé et c'est le coup de foudre, les premiers rendez-vous, un mariage et puis la maladie pour Chloé, (un nénuphar dans les poumons). Pour la guérir il faut des masses de fleurs, mais est ce que ce sera suffisant..

J'avais adoré la première lecture. J'aime toujours autant à la seconde. L'écriture très particulière ajoute au charme puisqu'ici les expressions sont prises au pied de la lettre. Les nuages roses existent réellement et on fait pousser des fusils de terre en y faisant s'allonger des hommes  (l'expression chair à canon n'a jamais été aussi bien illustrée). J'ai versé ma petite larme comme la première fois sur le dernier chapitre avec le dialogue entre le chat et la souris et le dernier paragraphe est d'une grande tristesse.



Et parce que le monde est bien fait, cette lecture entre aussi dans le cadre des :

Partager cet article
Repost0

commentaires

yueyin 20/12/2009 16:00


Je l'ai racheté l'année dernière dans l'édition collector de poche avec coffret trucmuche mais je ne l'ai aps encore relu :-))) voire s'il me fera le même effet que jadis... et puis il le fallait
pour les djeunzettes, parce que quand même Boris Vian...