Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 07:42

mon couronnementMON COURONNEMENT de Véronique BIZOT

Ed Actes Sud

Pages : 108

Grand Format

Genre : littérature française

 

 

 

 

On vient d'attribuer un prix pour une découverte qu'il a faite il y a des années et dont il ne se souvient plus à un vieux scientifique, désormais à la retraite et vivant seul avec sa femme de ménage

 

Un court récit où l'humour est assez présent ce qui donne beaucoup de charme aux réflexions de ce vieux monsieur plus embêté qu'autre chose par cette soudaine célébrité, d'autant qu'il n'a aucune idée de quoi parle tous ces gens qui le félicitent sans cesse. En même temps, il met un peu d'ordre dans ces souvenirs, et on découvre ses relations avec son frère , l'écrivain célèbre un peu blasé de son succès littéraire, sa soeur Alice obsédée par le rangement et  le chiffon à poussière, son fils qui ne lui pardonne pas le suicide de sa mère, son autre soeur absente et disparue dont il ne se remet pas de sa perte. Sans compter sa femme de ménage Mme Ambrunaz avec qui il entretient une relation amicale presque maritale sur certains points. Une jolie tranche de vie à découvrir.

 

"La cérémonie de mon couronnement scientifique est je l'apprend prévue pour le 12 novembre. Lendemain donc du 11 novembre, où l'on aura exhibé ce qui reste d'anciens combattants, une poignée d'hommes qui aujourd'hui me dis je ne sont plus des rescapés de la guerre mais du temps. Novembre le mois des vieillards et des défunts. Feuilles mortes, fossés humides, ciels absents. Est ce que je me sens honoré ? Non, j'avoue que tout ça m'indiffère. Je m'apprête à quitter sans façon ce monde, et l'on entreprend soudain de m'y ramener à grand renfort de champagne au motif de cette trouvaille de jeunesse dont on m'attribue la paternité quand n'importe quel jeune laborantin tombé dessus aurait pu aisément se l'octroyer et en tirer quelque gloire. Ce n'est pas moi qui serait venu la disputer "(extrait)

 

note351.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires