Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

3 juillet 2006 1 03 /07 /juillet /2006 00:11
FENDRAGON de Barbara HAMBLY
Ed Point Seuil/361p
 
Un dragon noir menace la sécurité de la capitale du pays du sud seul un fendragon, est capable de le détruire. Et le seul qui existe vit dans le Nord et s'appelle John Aversin. Il est le compagnon de Jenny, une sorcière qui l'accompagnera au Sud. Mais, le dragon n'est peut-être pas l'ennemi le plus dangereux qu'ils devront affronter.
 
Foin de la jolie jeune fille douée de super pouvoirs magiques et du guerrier beau, courageux, honorable. La véritable héroïne de l'histoire approche de la quarantaine, n'est pas un prix de beauté et sa magie est loin d'être surpuissante quant à au tueur de dragon sa légende en prend un coup quand on le découvre en train de discourir sur l'étude comportementale du porc avec un de ses paysans, pas très beau, portant des lunettes et pas du tout pressé de mourir bêtement pour la gloire. C'est ce qui fait le charme de ce roman, les clichés sur le genre en prennent un coup et finalement, on le trouve très sympathique ce petit couple qui va bouleverser pas mal de choses dans l'ambiance lourde d'intrigues, et de trahisons à la cour du Roi. L'histoire est surtout celle de Jenny qui va devoir choisir entre une vie avec le père de ses enfants et ce qu'elle a toujours désiré : une puissante magie peut-être en acceptant de changer de forme et de devenir....dragon ?
 
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2006 7 02 /07 /juillet /2006 10:12
LES FRERES KARAMAZOV de Fédor DOSTOÏEVSKI
Ed Babel/tome 1 584 p tome 2 791p
Trad (russe) : André Markowick
 
 
 
 
Fiodor Pavlovitch Karamazov a tout du père débauché, négligeant ses enfants et les spoliant financièrement et affectivement. Lorsqu'il meurt assassiné chez lui, le soupçon retombe sur l'un de ses fils mais lequel est véritablement coupable.
 
Le roman fleuve voire océan par excellence. C'est que l'histoire dévie parfois de son cours principal pour visiter des méandres secondaires. Qu'importe, parce que c'est toujours intéressant, passionnant et que cela sert la trame principale en fin de compte. La situation familiale des Karamazov est loin d'être simple. Les voici englués dans une affaire qui mêle amour passionnel, jalousie, et argent qui aura une conclusion funeste pour l'un d'entre eux et des séquelles irréversibles pour les autres. Ces singuliers individus se disputent la même femme ou le même héritage et ont un comportement qui trahit leur ranc?ur vis à vis des autres. Manifestement, ces frères là n'ont pas digéré leur enfance sordide. Sauf en ce qui concerne, Aliocha, le troisième fils qui semble échapper à cette frénésie. Les sentiments sont exacerbés jusqu'à l'hystérie et l'auteur démonte les mécanismes de la jalousie, de l'envie et de la haine avec beaucoup de maîtrise. On y voit les causes et les conséquences et dans les événements et dans la psychologie des personnages L'autre pilier du roman est : existe t-il une morale si Dieu n'existe pas ? C'est une question qui revient sans cesse dans les discours de chaque personnage. C'est du reste leur conviction sur la question qui pousseront les personnages dans leurs actes. Certains chapitres méritent à eux seuls la lecture de ce roman, Le grand inquisiteur par exemple ou la brillante confrontation entre Ivan Karamazov et Smerdiakov où ce personnage fait preuve d?une analyse psychologique très intéressante. Vous voulez un grand roman, aussi grand que la Russie, qui vous parle de la passion, de la haine, du crime, de la recherche d?une certaine forme de morale et de rédemption, vous venez de le trouver.
 
 
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 08:21
MISERICORDE de Linn ULLMANN
Ed Plon/161p
Trad (norvégien) : Hélène Hervieu
 
Johan atteint d'une grave maladie à l'issue fatale a demandé à son épouse de l'aider à en finir quand il ne pourra plus supporter. Elle le lui a promis.
 
En attendant l'inéluctable séparation et le geste fatidique, la vie continue. Les souvenirs de Johan reviennent à son enfance, sa première épouse, à des moments heureux ou non de son existence. Bientôt après tant de vie commune, il faudra se séparer définitivement, l'épouse tiendra t-elle sa promesse ? Derniers instants d'un couple qui n'a jamais cessé de s'aimer. Pas de grand sentimentalisme non plus, le format court ne le permet pas vraiment et c'est tant mieux, le récit en est d'autant plus fort et juste.
 
Partager cet article
Repost0
30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 00:49
SOIXANTE-NEUF TIROIRS de Goran PETROVIC
Ed du Rocher/305p
Trad (serbe): Gojko Lukic et Gabriel Iaculli
 
Avant toute chose, je voudrais remercier Papillon pour avoir attirer mon attention sur ce livre. Merci donc, parce que je dois reconnaître que je ne lui aurai accordé aucun intérêt. En effet, ni le titre  ni la couverture (du moins celle de l’édition Du Rocher) ne m'auraient attirée. Et pourtant cela aurait été une grave erreur de passer à côté de ce roman qui est vraiment envoûtant et fascinant dans l’idée qu’il développe. De quoi ça parle ? Et bien, de cette drôle de tribu que représentent les lecteurs.
 
Et si l'on pouvait entrer directement dans le livre que l'on lit, rencontrer les lecteurs qui lisent en même temps que vous les mêmes pages ? Adam étudiant en lettres fait parti de ces privilégiés. Travaillant comme correcteur, il se voit proposer par un couple étrange de remanier un manuscrit d'un auteur inconnu. C'est alors, que dans les pages de ce livre, il croise une vieille dame excentrique et sa demoiselle de compagnie, un ancien agent de la police secrète, et d'autres lecteurs du manuscrit qui a la particularité de ne présenter aucune action et aucun personnage seulement des descriptions d'un lieu.
 
Oh que voilà un roman que je ne peux que recommander aux fondus de lecture. D'abord, parce qu'il parle des livres et de cet état de plongée totale dans l'univers d'un auteur au point d'en oublier le reste. Sauf que là, l'idée est poussée jusqu'au bout, En soixante-neuf chapitres, nous pourrons faire connaissance avec Adam, la jeune fille qui apprend l'anglais, une  vieille dame excentrique, une cuisinière un peu sourde, un ancien agent de la police secrète, un professeur, l'auteur du livre et son histoire, tous ces gens sont des lecteurs qui mènent une double vie, celle du quotidien et celle où ils partent dans ce monde parallèle qu'est la lecture. L'aspect fantastique n'est absolument pas outrancier, il coule de source et même les allergiques à ce genre devrait y trouver leur compte. Et puis j'ai été charmée par l'écriture qui a un je ne sais quoi qui vous accroche. Assurément, Goran Petrovic va faire parti des auteurs que j'ai envie de découvrir pour peu qu'il existe d'autres titres traduits de celui-ci.
Partager cet article
Repost0
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 01:37
LE CLOU DE LA SAISON de John CROSBY
Ed 10/18-319p
Trad : Jean Claude Zylberstein
 
Le Mont-Zephyr est une tour résidentielle réputée hautement sécurisée, une forteresse où les plus paranoïaques des fortunés, veulent se sentir à l'abri et parmi eux Lucia Di Castiglione, douze ans, future héritière d'une famille princière d'Europe avec sa mère. Celle-ci a organisé une réception fastueuse qualifiée du Clou de la Saison. Et c'est au cours de cette réception, que l'impensable se produit, vingt cinq personnes y sont tuées.
 
Le professeur Cassidy professeur spécialisé dans l'histoire médiévale et plus particulièrement dans l'étude des fortifications, ex agent de la C.I.A et complètement fauché, a été engagé comme précepteur de Lucia. Le roman décrit les semaines qui ont précédé le drame et ce qui s'est réellement produit ce jour là tout en dévoilant bien entendu les secrets de la famille Di Castiglione et ils sont croustillants (le genre de truc dont raffolerait n'importe quel magazine à scandale). L'intérêt réside également dans la relation père-fille entre le précepteur et son élève. Deux solitaires qui finalement se sont bien trouvés.

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 00:00
LA SEVE ET LE GIVRE de Léa SILHOL
Ed Oxymore/270p
 
Les Parques on prédit la chute du Roi Finstern unseelie (fée maléfique non favorable à l'humanité) de Dorcha mais peut-être qu'Angharad née du Printemps et de l'Hiver, Dame de Sève et de Givre est-elle le moyen de contrecarrer la prédiction à moins qu'elle ne soit l'instrument de celle-ci.
  
C'est beau. Il n'y a pas à dire, l'écriture est magnifique, proche des anciennes sagas et légendes. Manifestement, il y a un travail remarquable de recherche sur le folklore celtique. Mais, le mieux est l'ennemi du bien. Là où le bât blesse, c'est au niveau des personnages qui semblent tellement figés dans leur perfection stylistique qu'il est quasiment impossible d'avoir la moindre empathie pour eux. Dommage, j'aurai bien plus adhérer à leur histoire si j'avais pu croire qu'ils étaient autre chose que de jolies icônes dans un beau décor. Cela dit, si vous êtes à la recherche d'un roman avec un vrai travail d'écriture, c'est à conseiller.
Partager cet article
Repost0
27 juin 2006 2 27 /06 /juin /2006 00:01
BLACKSAD : ARTIC-NATION   DIAS CANALES/GUARNIDO
Ed DARGAUD
 
Blacksad est engagé pour retrouver une petite fille disparue. Son enquête va se compliquer car il règne dans la ville de fortes tensions raciales entre des factions extrémistes.
 
Ambiance film noir des années 40-50 avec un détective plus vrai que nature (vous savez le gars en imper qui soliloque sur la grandeur et la décadence du métier sauf que c'est une espèce de grand chat noir), des forces de l'ordre  des politiciens corrompus (c'est le genre qui veut ça) et plutôt racistes (que de la fourrure blanche chez eux), bref c'est un cocktail détonnant et franchement plaisant. On ne s'ennuie pas une seconde. J'adore l'humour assez second degré des réflexions du héros et son complice dans ce volume le renard est un excellent second rôle. Je vous fais la grâce de dire quelque chose sur le graphisme ou la mise en page vu que je n'y connais rien. Je ne peux dire qu'une chose : l'histoire est prenante, agréable à découvrir, j'ai accroché aux personnages et l'ambiance générale m'a beaucoup plus. Donc, à conseiller, vous n'allez pas le regretter.
Partager cet article
Repost0
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 00:16
L'ENFANT BLEU d'Henri BAUCHAU
ed Actes Sud/374p
 
Véronique travaille comme analyste dans un hôpital de jour et prend en charge un adolescent perturbé : Orion. Très vite elle découvre son talent pour la peinture et la sculpture et l'encourage à développer son don. Commence un long chemin vers une hypothétique guérison sous l'ombre protectrice d'un mystérieux enfant bleu.
 
Assurément un gros coup de cœur. L'histoire devient vite passionnante. On suit pas à pas les petits progrès, les grandes régressions, les bons jours et les mauvais de cet étrange artiste par les yeux de sa psychothérapeute. L'auteur prend le temps de développer les autres personnages qui gravitent autour de Véronique et Orion et  eux aussi ont aussi leurs histoires qui s'intègrent à la principale. Enfin, l'auteur a le bon goût de ne pas transformer l'histoire en guérison miracle puisque le récit se déroule sur de nombreuses années. Emouvant, poétique, hymne à l'expression artistique, ce livre offre un portrait inoubliable et bouleversant celui d'Orion et de son ange protecteur l'enfant bleu.
Partager cet article
Repost0
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 00:29
LA FORMULE PREFEREE DU PROFESSEUR
de Yoko OGAWA
Ed Actes Sud/247p
Trad : Rose-Marie Makino-Fayolle
 
 
 
Une aide ménagère est engagé chez un ancien professeur de mathématique qui suite à un accident a une autonomie de mémoire de quatre-vingt minutes. C'est en amenant à sa demande son fils de dix ans, que des liens très solides vont se tisser entre eux trois grâce aux mathématiques et au base-ball.
 
Je l'avoue, je n'ai pas accroché du tout aux formules de mathématique ni aux savants calculs du professeur. La science des chiffres me laisse considérablement de marbre. Par contre, ce qu'il y a autour, la vie de l'aide ménagère, ses relations avec le professeur et son fils, l'amitié entre le vieil homme et le petit garçon, le chapitre où ils vont voir un match de base-ball tous les trois, ça j'ai aimé. J'ai apprécié le passage de relais entre les générations qui se fait. Une très belle histoire qui donne envie de découvrir le reste de l’œuvre de l'auteur
Partager cet article
Repost0
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 09:45
 C’est bien connu, il n’y a plus de saison. Les écoliers n’étaient pas encore en vacance que fleurissaient déjà cartables, et matériel scolaire dans les magasins. Même le Père Noël se plante de jour. La preuve ? J’ai trouvé un cadeau dans ma boite aux lettres : un petit paquet venu de Reims avec de quoi garnir ma bibliothèque (elle est déjà en état de saturation mais ce n’est pas grave, on va se débrouiller). Heureusement que je n'ai croisé aucun voisin dans l'entrée de l'immeuble parce qu'ils se seraient posés des questions sur ma santé mentale en me voyant sautiller d'allégresse en serrant mon petit paquet dans les bras avec un grand sourire de gamine de 4 ans le jour du 24 décembre. Dois je parler de ces gloussements qui accompagnaient cette démonstration de joie ? Non, tout compte fait ma dignité en prendrait un coup. Et tout ça pour dire un grand merci à ma maman noël rémoise. Merci, merci, Cuné d'avoir pensé à moi, et comme cela tombe bien, je me demandais ce que j’allais pouvoir lire pendant les jours de congés d’été de la bibliothèque. 
Partager cet article
Repost0