Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 00:19
LE TEMPS N’EST RIEN d’Audrey NIFFENEGGER
Ed J’ai lu/522p
Trad : Nathalie Besse et Jean Pascal Bernard
 
 
Petite tranche de vie : Samedi dans le TGV, 'tite Chimère vient de commencer Le temps n’est rien d’Audrey Niffenegger, elle arbore au bout de quelques pages, un sourire béat totalement crétin. Page 60, gloussements débiles qui doivent surprendre la totalité du wagon mais je m’en fous, je suis en pleine euphorie. Ce qui fait que je n’ai pas lâché le livre avant la dernière page même si j’ai dû m’interrompre pour descendre du train…. Revenons à l’histoire.
  
Nous avons tous eu déjà cette impression d’avoir rencontré une personne quelque part avant ou de l’avoir connue dans une autre vie….Et si c’était dans un autre temps ? Quand Henry, bibliothécaire voit arriver Claire une artiste séduisante, il ne peut croire à l’incroyable : ils se connaissent depuis des décennies, même s’il ne s’en souvient pas. Car Henry est atteint d’une maladie qui le propulse dans le temps. Il a rencontré Claire alors qu’elle était enfant et va sans cesse partir et revenir à des époques de leurs vies respectives. L’histoire folle et romanesque d’un amour absolu et éternel.
 
Histoire totalement folle certes mais qui tient tellement bien la route que l’on ne décroche plus jusqu’au bout. L’idée de base est exploitée de façon astucieuse et avec beaucoup d’invention. Pas d’incohérence dans le récit, tous les évènements s’ajustent jusqu’au bout. L’histoire est racontée à deux voix celle de Henry et de Claire. Pour Henry et Claire la vie de couple n’a rien de banal. Il peut disparaître à tout instant, son autre moi d’une autre époque peut prendre sa place, même leur mariage est un vrai casse tête. Elle, elle l’attend, toujours. C’est difficile, d’être abandonnée ainsi. J’attends Henry sans savoir où il est en me demandant s’il va bien. C’est difficile d’être celle qui reste (extrait). C’est que la vie pour une Personne Chrono Déficiente (c’est le nom scientifique du dérèglement génétique d’Henry) n’est vraiment pas simple. Il faut lire le chapitre où Henry adulte enseigne à Henry enfant les règles de base de la survie à savoir : Ces leçons me donnent assez mauvaise conscience. D’un côté je m’inculque des techniques de survie aussi urgentes qu’indispensables-le cycle comprend également des leçons de vol à l’étalage, de cassage de gueule, de crochetage de serrures, de comment grimper aux arbres, de conduite, d’effraction, de plongeons en benne et de comment transformer en armes des trucs aussi improbables qu’un store vénitien ou un couvercle de poubelle. D’un autre côté, je corromps mon jeune être innocent. Mais bon, il faut bien que quelqu’un s’y colle  (extrait). Tendre, drôle, émouvant, c’est un vrai roman d’amour, et les éléments fantastiques du récit sont intégrés comme des faits « normaux » dans la trame. Il paraîtrait que ce livre va être adapté au cinéma, et je serai assez curieuse de voir le résultat sur grand écran. Vous voulez de belles émotions et une belle histoire d'amour, vous savez ce qu'il vous reste à faire.
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
11 juin 2006 7 11 /06 /juin /2006 03:28
L'HEURE MAGIQUE DE LA FIANCEE DU PICKPOCKET
d'Anne BRAGANCE
Ed Mercure de France/141p
 
Un samedi sous la pluie à Marseille, Maxime, pickpocket se fait prendre la main dans la poche par sa victime Irina. Il l'invite à boire un verre et la demande en mariage. Elle dit oui. Reste à convaincre leurs familles respectives qu'ils ont fait le bon choix.
 
Petit roman très drôle, frais, tendre, avec des personnages un peu loufoques et le verbe haut en couleur. L'histoire est racontée du point de vue de plusieurs personnages. Ca commence par un dialogue entre les deux belles-mères qui ne peuvent déjà pas se voir et qui défendent leur progéniture becs et ongles, on a ensuite la rencontre entre le futur et son beau-père, petit bonhomme jovial et plein de ressources pour échapper à sa harpie d'épouse, puis viennent le tour des jumelles, sœurs du marié, de Maxime, des disputes entre Irina et sa mère. Vous l'avez deviné, il va être long le chemin vers le bonheur pour les deux tourtereaux ! Ce livre est un remède garanti contre la morosité, c'est de la vitamine C concentrée.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 03:13
 Je l’ai fini enfin ! Je n’y croyais plus. De quoi je parle ? De C’est ainsi que les hommes vivent de Pierre Pelot. Oui enfin, comme vous pourrez vous en rendre compte dans l’avis détaillé ci dessous, ce fut long et laborieux.
Sinon à part ça ? Rien. Je m’en vais en petit week end et j’embarque avec moi Le temps n’est rien d’Audrey Niffenegger et Meurtres dans la basilique de Sharan Newman. La suite au prochain épisode.
Partager cet article
Repost0
10 juin 2006 6 10 /06 /juin /2006 03:11
C'EST AINSI QUE LES HOMMES VIVENT
de Pierre PELOT
Ed Denoël /1106 p
 
1999, Lazare est de retour dans les Vosges et suite à un accident cardiaque a perdu la mémoire. Il tente de retrouver ce qui a bien pu arriver les dernières semaines avant son accident quand il cherchait à se renseigner sur un de ses ancêtres bagnard déporté. Dolat vit dans la même région mais au XVIIème siècle. Il est le fils d'une femme accusée de sorcellerie et morte sur le bûcher et amoureux de sa marraine la dame chanoinesse Apolline d'Eauxgrogne.
 
Un bien, bien gros livre pour une  histoire qui aurait probablement mérité d'être raccourcie. Certes, je suis admirative de la grande érudition de l'auteur tant sur l'histoire de sa région que sur l'usage qu'il fait d'un vocabulaire très riche et recherché, mais que c'est long, que c'est long. On n'en voit pas la fin et l'extrême précision de l'auteur, sa description des caractères, des événements, des parallèles entre les deux époques qui accrochait au départ fini par devenir lourde et indigeste. J'ai eu du mal à finir, beaucoup de mal. Dommage, le sujet me plaisait bien mais le traitement a eu raison de mon enthousiasme.
 
Partager cet article
Repost0
9 juin 2006 5 09 /06 /juin /2006 00:04
LE FABULEUX MAURICE ET
SES RONGEURS SAVANTS
de Terry PRATCHETT
ed L'atalante/285 p
 
L'histoire du joueur de flûte de Hamelin version Pratchett. Prenez des rats devenus intelligents, un gamin joueur de flûte et bien entendu le roi de l'arnaque le fabuleux Maurice. Tout ce petit monde est de mèche pour escroquer les villages. Seulement voilà qu'un jour notre fine équipe débarque dans le village de Bad Igoince où des choses vraiment pas jolies jolies se trament. Comment vont-ils bien pouvoir se sortir du grand danger qui les guette et Maurice va t'il perdre plus que ses neufs vies dans cette histoire ? Oui... le fabuleux Maurice est un chat... Et alors à chacun ses problèmes.
 
L'histoire se situe dans l'univers du disque-monde (hilarante série au demeurant) et donc, un chat et des rats qui parlent c'est normal. De l'humour au service d'une histoire bien menée et avec des personnages que l'on a plaisir à suivre, de Maurice qui malgré son cynisme est au fond un cœur d'artichaut, à Pistou le rat un peu mystique sur les bords, en passant par Sardine autre rat qui garde les séquelles de son ancienne vie dans un théâtre (il adore faire des claquettes), ils sont attachants, drôles, parfois émouvants. Lecture de distraction parfaite.
 
 
Partager cet article
Repost0
8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 03:37

LE CAS VIVIANE MOORE

Et encore une bonne série dans le genre polar historique. Plus que des enquêtes criminelles sur fond de XIIème siècle, nous avons droit à une histoire principale sur plusieurs romans doublée d’une résolution d’énigme policière différente à chaque tome.Petit plus pas forcément négligeable : l’emballage est à mon goût, très réussi avec de très belles couvertures qui donnent tout de suite envie de partir à l’aventure.

 

LE PEUPLE DU VENT

Ed 10/18-273p

Trad : Jean-Claude Zylberstein

 

Septembre 1155 à Pirou Chateau-fort de Normandie, Hugues de Tarse et son disciple Tancrède sont accueilli par le maître du château. Sa sœur meurt après des mois d'agonie emportée par le Haut-Mal ? A moins qu'un poison ? Et qui est le mystérieux cavalier que l'on aperçoit rodant sur les grèves ?

 

J'aime beaucoup les romans de Viviane Moore sa série sur Galeran de Lesnaven est un bon souvenir de lecture. C'est donc avec confiance que j'ai lu ce premier tome d'une toute nouvelle série et je ne suis pas déçue. Loin d'être une énième intrigue policière dans une atmosphère moyenâgeuse, on y trouve les prémices d'une saga historique qui s'annonce passionnante avec de bons ingrédients :  du mystère (Tancrède à qui on cache ses origines, la mystérieuse mission de son maître qui semble avoir des projets pour lui), du danger (une ancienne connaissance d'Hugues de Tarse qui ne lui veut pas forcément du bien à lui et son protégé), des voyages (nos deux héros sont sur les routes depuis bien longtemps et prendront bientôt la mer), une prophétie (un moine donnera une prédiction étrange à Tancrède) bref, la recherche de criminels n'est qu'une infime partie des activités du duo. Et puis, il y a l'ambiance lourde et sombre qui règne dans les murs de Pirou, les secrets de famille et son lot de haines meurtrières. Une bonne entrée en matière que ce premier volet. 

 

LES GUERRIERS FAUVES

Ed 10/18 273p

Trad : Jean-Claude Zylberstein

 

Avril 1156, Tancrède et Hugues de Tarse ont embarqué à Barfleur dans un navire de guerre transportant un cadeau d'Henri II Plantagenêt à Guillaume Ier roi de Sicile sous la garde des guerriers fauves, une élite de combat. Mais entre les attaques de pirate et les tempêtes, le voyage n'est pas de tout repos d'autant qu'il semblerait qu'un tueur d'enfant se trouve parmi les occupants du navire.

 

La suite des aventures de Tancrède qui se verra enfin dévoiler ses origines par son maître le très savant Hugues de Tarse. On apprend également qui est cette vieille connaissance d'Hugues qui les a suivis depuis Pirou, bien que ses intentions restent toujours obscures. On retrouve un des personnages du Peuple des vents devenu marin, pas de doute nous sommes dans une série qui exige que les livres soient lus dans l'ordre. Quant à l'intrigue policière, la traque de ce tueur fou est bien orchestrée et surtout, la découverte de son identité très bien cachée. Il ne reste plus qu'à savoir ce qu'il va advenir de ce duo maître/disciple une fois parvenus en Sicile et si les énigmes qu'ils auront à résoudre donneront envie de poursuivre la route avec eux.

 
 
Partager cet article
Repost0
7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 00:15
LA VOLEUSE D'HOMME de Margaret ATWOOD
ed Robert Laffont/488p
 
Trois amies aux vies diamétralement opposées ont en commun d'avoir croisé la route de Zenia qui a trompé leur confiance en séduisant l'homme de leur vie. Bien qu'elles aient assisté à ses obsèques, la voici qui entre dans le restaurant où elles déjeunent ensemble...
 
Les premières pages furent très agaçantes. Je n'aime pas beaucoup quand l'auteur fait dans l'hyper détaillé et tient à insister sur le nombre de gouttes de café qui tombent dans une tasse. Mais, au fil des pages, l'histoire est devenue passionnante à suivre. J'ai adoré le personnage de la méchante qui devient d'abord la meilleure amie avant de trahir en se servant des faiblesses liées à l'histoire personnelle des trois amies. Mais au fond, c'est grâce à elle que ces femmes se sont rapprochées et continuent à se voir régulièremen. Une lecture sympathique au final.
Partager cet article
Repost0
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 03:57

De A à Z

Lhisbei vient de me refiler la corvée. Je tiens à remercier l’aimable bon samaritain pour la traduction qui m’épargne les affres d’ouvrir mon dictionnaire.

accent
Accent ? Quel accent ? Je n’ai pas d’accent se sont les autres qui en ont un !

booze (bière):
Ce questionnaire est forcément sorti d’un cerveau imbibé de bière. Je suis sobre moi.

chore I hate (tâches que je hais)
Faire les vitres, changer une ampoule , toute occupation qui exige que je grimpe sur un escabeau ou une chaise. J’ai le vertige, rien que d’y penser

dogs/cats (chiens/chats)
Pas de chien, pas de chat juste des pigeons sur mes rebords de fenêtre.

essential electronics (électronique indispensable)
Mon ordinateur portable avec qui j’entretiens une relation amour/haine très compliquée. Je suis une handicapée de la technologie ce qui explique mon peu d’équipement en la matière.
favorite perfume (parfum préféré):
L’odeur du café, j’aime beaucoup même si je ne suis pas une fanatique du breuvage noir.

gold/silver (or/argent):
Ni l’un, ni l’autre, je ne suis pas vénale moi !

hometown (Ma ville):
C’est une ville, voilà, je n’y suis pas attachée plus que ça.

insomnia (insomnie):
Il y a quelques années j’ignorais tout de ce fléau, et puis il a fallut qu’il croise ma route et depuis de temps en temps je nocturne sans espoir de sommeil.

job title (travail):
Je travaille comme secrétaire dans un cabinet médical, et oui j’ai un beau diplôme qui m’autorise à exercer la profession.

kids (enfants)
sans

living arrangements (logement):
je dois avoir le même appartement que Lhisbei, et oui encore un troisième étage sans ascenseur mais plus petit, ce qui convient à ma petite personne.

most admired trait (la caractéristique la plus admirée):
aucune idée. Je n’ai pas d’admirateur.

number of sexual partners (nombre de partenaires sexuels):
No comment.

overnight hospital stays (passer la nuit à l'hôpital)
le moins souvent possible (touchons du bois)

phobia (phobies):
Les reptiles surtout les serpents. Horrible.

quote (citation):
J’en change régulièrement, inutile de vous encombrer avec une jolie citation qui n’aura plus court dans quelques semaines.

religion:

Le dogmtisme religieux m'horripile mais cela ne m’empêche pas d’être intéressée par l’histoire des religions bien que je n'en pratique aucune. Ah contradiction.


siblings (frères et sœurs):
Un frère et c’est largement suffisant.

time I usually wake up (heure à laquelle je me réveille):
7h00 quand je travaille et le plus tard possible les autres jours, j’aime les grasses matinées.
unusual talent (talent inhabituel):
aucun, c’est un de mes talents les plus recherchés.

vegetable I refuse to eat (légume que je ne mange pas):
Les épinards. Un traumatisme scolaire non encore évacué. J’ai la nausée rien qu’au souvenir de cette boue noire infâme nageant dans un jus brunâtre que l’on nous a forcé à avaler en CM2. Je ne vous dis pas ma joie quand au collège j’ai enfin échappé à cette abomination qu’est la cantine.

worst habit (pire habitude):
mes tergiversations sans fin avant de prendre une décision d’importance ?

x-rays (rayons-x):
C’est exprès qu’ils ont mis ce truc dans le questionnaire ? Ils savaient que j’allais devoir y répondre ? Je travaille dans un cabinet de radiologie donc les rayons ça me connaît mais j’ai mon petit dosi qui aide à prévenir tout problème sérieux. Ne vous faites pas de soucis pour moi.

yummy foods I make (des plats délicieux que je prépare):
Euh, je fais de bonnes salades et mes vinaigrettes sont très appréciées….

zodiac sign (signe du zodiaque):
Capricorne: une chèvre à queue de poisson, un animal qui n’existe pas. Une chimère donc.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2006 1 05 /06 /juin /2006 00:02
GORAN TUNSTROM
 
La beauté de la phrase c’est ce qui frappe le plus à la lecture des romans de Göran Tünström. C’est l’auteur parfait pour réveiller cette vieille compulsion qui vous fait recopier les phrases, paragraphes qui vous ont marqués. Le problème c’est que c’est la quasi-totalité des œuvres de Tünström qu’il faudrait recopier. A la limite peu importe l’histoire, la musique de son écriture est tellement plus précieuse
LA PAROLE DU DESERT
 
Ils sont deux. Jean dit le Baptiste en révolte contre l'occupation romaine et déjà engagé dans son destin de prophète et Jésus encore dans le doute quant à sa future vocation mais que le désert va transformer.
 
Deux figures bibliques qui deviennent humains. Jean et Jésus se rencontrent pour la première fois quand ils sont enfants puis leurs chemins respectifs ne cessent de se croiser jusqu'à ce que l'histoire humaine rejoigne le récit biblique. Sans jamais aller à contre courant de ce que le nouveau testament a pu laisser sur le caractère des personnages, l'auteur nous parle d'êtres humains qui se cherchent une voie, un destin, une réponse à leurs questions sur la raison de leur existence dans ce monde et la nature de ce monde. Et comble du bonheur, c'est bien écrit.  On ne peut s'empêcher de s'arrêter pour approuver la justesse d'une phrase, d'un paragraphe, d'une réflexion ou d'un mot placé là plutôt qu'ici et qui donnent encore plus de sens à la lecture.
 
L'ORATORIO DE NOEL
 
Chronique familiale sur trois générations, on y découvre des personnages hors du commun et l'amour de la musique.
 
Ce livre est un éblouissement. J'avais adoré l'écriture de l'auteur et là c'est indescriptible comme les phrases s'agencent pour former des images dans nos têtes et des émotions dans nos cœurs. Ca ne devrait pas vraiment plaire à ceux qui préférent un récit linéaire. On passe de Victor à Sidner puis Aron et encore Sidner. Parfois on ne sait pas très bien qui est qui mais peu importe dans le fond, parce que c'est probablement l'écriture la plus magique et musicale que j'ai lu jusqu'à présent. J'ai été tenté de noter tous les paragraphes, toutes les tournures de phrases que j'aurais voulu écrire moi-même tellement c'est beau mais il m'aurait fallut recopier la moitié du bouquin minimum
 
LE VOLEUR DE BIBLE
 
Johan Jonson Lök est l'homonyme de son ancêtre qui a rapporté à ses risques et périls un des plus grand trésor de la Suède : La Bible d'Argent. Mais, la famille vit dans la misère et ses représentants semblent tous porter sur la bouteille et les combines malhonnêtes. Le rêve de Johan est de voler cette fameuse Bible pour offrir à sa cousine Hedvig une autre vie que la misère.
 
Ou comment, en préparant son larcin, Johan va entrer de plein pied dans le monde du livre et obtenir diplôme universitaire et distinction. Mais voilà, la roue tourne et les choses n'arrivent jamais comme on le souhaiterait.  Les personnages sont fascinants à explorer. J'ai un faible pour Le Père Ambrosio qui va jouer un certain rôle dans la vie de Johan.  Et puis, ces passages que l'on lit et relit parce qu'ils nous parlent et que l'écriture est toujours aussi belle. Je conseillerai de commencer par ce livre là qui est peut-être plus facile à suivre que L'oratorio de Noël pour ceux qui voudraient connaître l'auteur.
 
DE PLANETE EN PLANETE
 
Il s'agit d'un recueil de nouvelles : Merci pour Kowalowski, Arielle, Stella, Mariage fictif, Petite musique de salon, La vraie vie.
 
Comme d'habitude dans un recueil de nouvelles il y du bon et du moins bon. Voici donc quelques petits récits dont certains sont des petits bijoux : une conversation dans un train qui finit par transformer la vie d'un homme, une petite fille venue au monde avec des ailes, des leçons de piano particulières...bienvenue dans les petites tranches de vie racontées par Tunström. A déguster par petits bouts ou à dévorer sans retenue.
 
LE BUVEUR DE LUNE
 
 
Je vous conseillerai de commencer par Le buveur de Lune ou Le voleur de Bible si vous voulez faire connaissance avec cet auteur. L’oratorio de Noël est certes excellent mais sa narration très éclatée peut être très perturbante quand on ne s’attend pas à ce type de récit.
 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2006 7 04 /06 /juin /2006 07:36
LE MAITRE ET MARGUERITE
de Mikhaïl Boulgakov
 
Depuis que Wolland un mystérieux étranger spécialiste es magie noire et son invraisemblable équipe ont débarqué à Moscou, rien ne va plus. Tout à commencer lorsque Mikhaïl Alexandrovitch Berlioz rédacteur en chef d'une revue littéraire et le poète Ivan Nicolaïevitch Ponyriev aussi connu sous le nom de plume Biezdommy eurent une discussion avec Wolland sur la non-existence de Jésus par conséquent du diable. S'en est suivi une succession d'événements ahurissants et un vent de panique à commencer à souffler dans la ville. Mais que vient donc faire ici cet écrivain interné dans un asile qui se fait appeler Le Maître (dont quelques chapitres de son roman sur Ponce Pilate apparaissent dans le récit) et son histoire d'amour avec Marguerite ? L'appartement 50 est-il réellement maudit au vu des disparitions et faits étranges qui ont eu lieu entre ses murs ? Les femmes peuvent-elles se transformer en sorcières et un respectable comptable du théâtre des variétés en vampire ? Pourquoi doit-on être poli avec les chats noirs qui parlent, jouent aux échecs et tiennent à payer leur place dans le tramway ? Vous pensez réellement que Satan puisse séjourner dans une ville aussi respectable que Moscou  vous ?
 
Jubilatoire. J'ai probablement raté énormément de significations profondes en lisant ce livre mais j'ai pris un plaisir fou à le lire. Ou comment d'un événement sommes toute anodin (une conversation dans un parc entre trois individus), on arrive à l'internement à leur demande de centaines de personnes dans des asiles psychiatriques, deux incendies, des troubles sur la voie publique impliquant des femmes en sous-vêtements sortant d'un théâtre, une pluie de billets de dix roubles qui n'en sont pas, un grand bal chez Satan et une Marguerite prête à tout pour le Maître y compris pactiser avec les forces obscures. Bref une folle sarabande. Le seul hic à la lecture, c'est l'apparition de multiples personnages et la nécessité d’être bien concentré sur sa lecture pour se rappeler qui est qui en raison des prénoms et noms russes pas toujours faciles à retenir.
 
Partager cet article
Repost0