Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 00:00

 

JOSEPH SHERIDAN LE FANUCARMILLA de Joseph Sheridan LE FANU

Pages : 113

Format livre numérique

Genre : fantastique (littérature anglaise)

 

 

 

 

Laura et son père vivent dans un endroit retiré Styrie. Un jour, ils recueillent chez eux une jeune fille d'une grande beauté mais très étrange dans son comportement du nom de Carmilla. Or peu de temps après son arrivée, de mystérieux décès suite à une étrange maladie que les médecins ne savent pas diagnostic commencent à se multiplier et Laura présente elle aussi les symptômes de ce mal curieux.

 

J'ai longtemps hésité à lire ce roman fondateur de la littérature vampirique, par peur d'être déçue, sans doute. Grave erreur aujourd'hui réparée. Carmilla, personnage central du récit est une vampire des plus charismatiques. Elle use et abuse de sa beauté pour endormir la méfiance et séduire ses proies avant de les tuer à petits coups de ponction sanglante. Le texte est court et ne traîne pas en longueur. J'aurai par contre bien aimé une explication sur qui est la femme quii joue le rôle de la mère de la jeune vampire ett qui confie sa fille aux bons soins d''inconnus (est ce une illusion généré par Carmilla ? une complice vampirique ?) mais l' histoire est prenante et  finit dans le rituel traditionnel de mise à mort du vampire avec pieu dans le coeur et décapitation. Pas déçue du tout donc. 

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

Et hop dans le

 

chanec2011

 

 

Joseph Sheridan Le Fanu (1814-1873) : décédé alors qu'il rédigeait son dernier texte intitulé Willing to die (prêt à mourir) ce qui vu l'ironie de la chose lui permet d'entrer dans la catégorie auteur mort dans des circonstances particulières

Repost 0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 00:00

 

arthur et la table rondeARTHUR ET LA TABLE RONDE : LA FORCE D'UNE LEGENDE

d'Anne BERTHELOT

Ed Gallimar

Pages : 160

Format pche

Coll : Découvertes Gallimard

Genre : essai (littérature arthurienne)

 

 

 

La légende d'Arthur, du graal, dse chevaliers de la table ronde, de Merlin est si riche qu'elle a donné lieu à un genre littéraire, à des oeuvres cinématographiques, des romans inspirés de..., des bandes dessinées, et il est parfois difficile de s'y retrouver tant les interprétations du mythe sont nombreuses .

 

Ce petit livre issu de la collection Découvertes Gallimard permet de resituer le personnage historique, mais aussi le contexte dans lequel se créé la légende qui est avant tout une action politique pour légitimer la dynastie des Plantagenêt alors au pouvoir, et enfin les différentes versions du mythe jusqu'à ses aspects les plus modernes. Le tout est enrichi d'une iconographie très riche ce qui est la marque de fabrique de cette collection. Un outil parfait pour ceux qui souhaitent commencer par de bonnes bases avant d'attaquer des analyses plus approfondies de ce mythe, ou la littérature arthurienne.

 

note351.jpg

Repost 0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 00:00

 

 

le-cheval-soleil.jpgLE CHEVAL SOLEIL de Steinnun SIGURDARDÓTTIR

Ed 10/18

Pages :

Trad (islandais) : Catherine Eyjolfsson

Format poche

Genre : littérature islandaise

Prix Chimérique


 

Je pensais me passer de prix chimérique cette année, mais je viens de trouver mon petit bijou scandinave personnel qui va m'accompagner encore longtemps dans ma vie de lectrice.


Ce fut ma naissance qui entraîna la dissolution de l'orchestre de mandolines de Reykjavik.(extrait).

 

Rien de tel que cette première phrase pour éveiller la curiosité, et pour savoir que l'on est entre de bonnes mains et que la suite va être un vrai plaisir. L'histoire par contre, n'est pas franchement guillerette et les amateurs de fin heureuse seront forcément déçus.

 

Lilla raconte dans le désordre, du passé au présent, elle fait le compte de sa vie pas bien enthousiasmante à la faveur de ses retrouvailles avec celui qui aura été son plus grand amour. Elle voit cette rencontre comme une seconde chance pour enfin connaître le bonheur mais le destin est parfois très capricieux.

 

Récit élliptique, et livré en puzzle chroniologique, petit à petit se devine les événements de l'enfance avec des parents plus occupés à prendre soin des enfants malades des autres que des leurs en bonne santé et qui n'ont donc pas besoin d'eux, un mariage de raison plutôt que d'amour, le choix d'être infirmière en soins palliatifs,  la parenthèse enchantée du grand amour et l'espoir d'une seconde naissance et d'une seconde vie plus sereine. Je n'ai pas lâché une seule fois ce court roman, j'ai pleuré comme une madeleine à la lecture de ce dernier coup du sort qui amènera les merveilleuses et déchirantes dernières pages. Alors certes, on sourit peu, mais parfois dans la vie terne et grisâtre de Lilla on entrevoit de merveilleuses trouées lumineuses qui touche au coeur.

 

note51.jpg

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 07:36

 

le docteur omegaLE DOCTEUR OMEGA d'Arnould GALOPIN

Aventures fantastiques de trois français dans la planète Mars (1906)

Ed reproduite Albin Michel

Pages : 197

Format : livre numérique

Genre : sf

 

 

 

 

 

Monsieur Borel autrefois homme de lettres s'est retiré grâce à un héritage dans une vie confortable à la campagne avec la compaghie de son stradivarius. Mais un curieux voisin, le Docteur Omega va l'entraîner dans une aventure étrange, l'exploration de la planète Mars et ceci grâce à, l'invention d'une toute nouvelle matière qui annule la pesanteur et qui donc permettrait un voyage dans l'espace vers l'infini et au-delà selon l'expression consacrée...

 

Bon alors deux choses se dégagent à la lecture du livre :

1/ Il est indéniable que l'auteur avait une imagination prodigieuse et franchement les descriptions fantaisistes de la fabrication du vaisseau des trois aventuriers, à celles de la faune et la flore de Mars sont un véritable plaisir à lire et rien que la description des fameux mammouths à poils roses  (non je n'ai rien fumé ou consommé d'illicite) vaut le détour.

2/ Mais par contre, le côté colonialiste et le racisme ordinaire de l'époque de l'auteur ne passe pas, mais pas bien du tout. Il y a des passages qui rebutent et mettent franchement mal à l'aise. Dommage parce que l'environnement et le côté savant fou du Docteur Omega est assez sympathique.

 

A lire éventuellement par curiosité et pour se faire une idée de la littérature sf française avant la première guerre mondiale mais si vous avez mieux n'hésitez pas

 

note25

 

 

 

 

 

Et ce titre rejoint le

 

chanec2011

 

Arnould Galopin (1863-1934) : dans la catégorie auteur mort enterré à Paris

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 07:33

 

Les gens de bureauLES GENS DE BUREAU d'Emile GABORIAU

Feedbooks

Pages : 187

Format : Livre numérique

Genre : littérature française

 

 

 

 

 

 

"Il est toujours bon de consulter les hommes spéciaux. Ainsi avant de livrer ce volume à mon imprimeur, j'ai cru devoir soumettre le manuscrit à un de mes amis sous-chef dans une de nos administrations publiques.Huit jours après, il me retournait mon livre avec le billet suivant :

"Je ne sais en vérité, mon cher, où vous avez puisé vos renseignements. Vos personnages n'ont pas la moindre vraisemblance. Ils n'existent pas. Que vous connaissez peu les employés ! Ce sont tous sans exception, des hommes de mérite, intelligents, laborieux, actifs, fanatiques de leurs devoirs. Savez-vous qu'on n'ouvre pas les portes avant dix heures pour les empêcher d'arriver trop tôt ? Savez-vous que le soir il faut leur faire violence pour les mettre dehors sur le coup de quatre heures ? J'en connais qui ont refusé à la fin du mois de toucher leurs appointements parce qu'ils ne croyaient pas les avoir assez bien gagnés. Et le mécanisme administratif, quelle singulière idée vous vous en faites ! Y a t-il exemple d'une seule affaire qui ait trainé en longueur dans n'importe quel ministère ? Et quelle politesse dans tout le personnel, quelle urbanité parfaite, quel savoir vivre ! ...Demandez au public- Quand au favoritisme chacun sait qu'il n'existe plus depuis les immortels principes de 89." (extrait)

 

Romain Caldas, jeune homme qui n'a pas d'idée précise sur son avenir parvient à être engagé comme employé au Ministère de l'Equilibre National et comme il a de vagues aspirations d'écriture, c'est avec amusement, effarement et totale incrédulité parfois, qu'il observe les rouages de l'administration vu de l'intérieur et qu'il prend des notes en vue d'une future pièce de théâtre. Petit à petit, au fur et à mesure, il fait son chemin dans les méandres labyrinthiques de la vie de fonctionnaitre et parvient même à s'en sortir plus ou moins sain d'esprit ce qui est quand même un exploit..

 

Est ce un guide de survie à l'usage des touts jeunes employés ministériels ou de tout autre administration de l'Etat, ou un état des lieux sur les différentes ethnies croisées dans les couloirs et les bureaux avec description détaillée de leurs moeurs et coutumes étranges,voire une initiation d'une jeune recrue, ou les trois à la fois ? En tout cas, c'est drôle curieusement très moderne aussi dans la vision que l'on se fait de l'administration. Je ne sais pas si vous connaissez la redoutable épreuve qu'Astérix et Obelix doivent traverser lors de leurs douze travaux, celle qui consiste à retirer un formulaire à un guichet de la formidable administration romaine, mais par moment, j'ai eu l'impression de revoir la séquence toute entière ce qui m'aura valu un bon fou rire et ma foi cela fait du bien. A la limite, mieux vaut en rire, donc ne vous privez pas de cette lecture. 

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

Et encore un pour remplir le :

 

 

chanec2011

 

Emile Gaboriau (1832-1873) père du roman policier. Il entre dans la catégorie auteur mort enterré à Paris.

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:00

 

le monde du fleuve1 LE MONDE DU FLEUVE de Philip José FARMER

Ed Le Livre de Poche

Pages : 284

Trad (anglais, états unis) : Guy Abadia

Format poche

Genre : sf

 

 

 

Editeur : Le jour du grand cri, tous les humains qui avaient jamais vécu se réveillèrent, nus, sur  les rives d'un fleuve immense, le Fleuve de l'éternité. Trente et ou quarante  milliards, issus de toutes les époques et de toutes les cultures, chacun parlant sa langue, chacun ayant sa conception de l'au-delà et immensément surpris de se retrouver vivants. Parmi eux des ressuscités célèbres en leur temps, l'explorateur Richard Burton, Sam Clemens alias Mark Twain, Jean sans Terre, Hélène de Troie, Cyrano de Bergerac, Mozarrt, Ulusse et tous les autres.  Tous se demandent qui a construit ce monde impossible qui les a ramenés à la vie et pourquoi ?

 

 

Un postulat de base plutôt casse gueule mais qui finalement tient bien le coup. J'ai relu avec plaisir ce premier tome et comme cela faisait très longtemps que ma première lecture était passée, et que j'avais oublié un certain nombre de détails, ce fut une redécouverte agréable.

D'abord parce que l'idée de faire se rencontrer Mark Twain, Cyranon de Bergerac, Richard Burton, Alice Liddell (qui aura tant inspiré Lewis Caroll), ou même Goering (personnage très étrange dans son parcours et dont la présence cause un malaise à la lecture bien que très vite, on comprend où l'auteur veut en venir avec lui) est assez enthousiasmante mais aussi parce qu'il y a une vraie histoire avec ces personnages là eux et les milliards d'anonymes de toute époque, toute culture confondue qui vivent sur les rives du fleuve.


L'histoire est centrée autour de Richard Burton, explorateur infatigable dont l'obsession est de remonter le fleuve de l'éternité jusqu'à son point d'origine et découvrir pourquoi et dans quel but, l'humanité a été ressuscitée. C'est donc son point de vue qui prime sur tout le récit de ce premier tome.

 

Très vite, on se rend compte que les créateurs de ce monde étrange ne sont peut-être pas si « gentils » que ça et un certain nombre de mystères à résoudre les concernant jalonnent le récit ouvrant des pistes intéressantes pour la suite.

Et puis, j'ai retrouvé la fascination de la première lecture pour le côté immense fresque,  "historique" émergence de nouvelles cultures, de nouveaux mythes, de nouvelles civilisations qui se mettent en place dans ce monde étrange où il n'y a pas d'animaux à part les poissons du fleuve, où les gens lorsqu'ils meurent reviennent à la vie à nouveau sur un autre point de la berge du fleuve, où il n'y a pas de naissance non plus. Cela dit, l'auteur n'est pas franchement optimiste sur la nature humaine car les hommes reviennent très vite à leurs lubies habituelles : le pouvoir, la richesse, entraînant les guerres, l'esclavage, et autres joyeusetés du genre. Ce premier tome introduit un récit qui s'annonce passionnant.

 

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

 

le bateau fabuleuxLE BATEAU FABULEUX de Philip José FARMER

Ed Le Livre de Poche

Pages : 319

Trad (anglais, états-unis) : Guy Abadia

Format poche

genre : sf

 

 

 

 

L'aventure continue dans le monde du fleuve. Cette fois ci le héros est Sam Clemens alias Mark Twain qui est obsédé par l'idée de trouver suffisamment de fer pour construire un gigantesque bateau à aube afin de remonter le fleuve. Autour de lui, le fourbe et cruel Jean Sans-Terre, Cyrano de Bergerac, Ulysse et quelques anonymes.

 

Au fil du temps, les ressuscités de la Terre, ont fini par se regrouper et fonder des civilisations propres à ce monde où quand on meurt, on se réveille à un autre point d'une des berges du fleuve et où les Ethiques, cette race extraterrestre qui mène ses expérience ethnologiques sur l'espèce humaine qu'elle a ramené à la vie continue à mener leur propre but à bien. Il semble néanmoins que certains parmi les Ethiques sont en désaccord avec leurs collègues et ont décidé d'aider les humains en choisissant un certain nombre d'entre eux pour une mystérieuse quête dont on ignore encore la finalité.

 

Le truc qui accroche avec ce cycle c'est le fait que l'on puisse trouver côte à côte et parfois pour des associations totalement inattendues différents personnages célèbres venus d'époques totalement disparates. Enfin, les grandes questions sont : qu'y a t-il aux origines du Fleuve ? Que sont les Ethiques et que veulent-ils réellement ? Les rebelles parmi eux agissent-ils vraiment pour le bien de l'humanité ? 

 

 

note41.jpg

Repost 0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 00:00

 

six héritiersLE SECRET DE JI : 1 SIX HERITIERS de Pierre GRIMBERT

Ed Mnemos

Pages : 456

Format poche

Genre : fantasy


 

 

 

 

Editeur : Il y a cent dix huit ans avant ce jour, Nol l'étrange visita tous les rois du royaume connu. Hommes et femmes; parmi les plus sages, l'accompagnèrent alors pour un voyage mystérieux, commencé sur l'île Ji. Peu en revinrent et Nol n'était pas du nombre. Les survivants emportèrent leur secret dans la tombe...Depuis cette date, leurs descendants se réunissent régulièrement pour célébrer cet événement fatal. A part eux, plus personne ne s'intéresse à cette histoire...sauf ceux qui ont commandité les assassinats de tous les héritiers des sages. Pour les survivants, un seul espoir : percer à leur tour le secret de Ji....


« Il s'est passé, ou il va se passer quelque chose de particulier à Ji. C'est pourquoi notre ennemi a tout fait pour nous empêcher d'y arriver. Et c'est pourquoi nous devons y aller »(extrait)


Parfois, on n'a pas envie de se prendre la tête à lire, surtout un dimanche, alors pourquoi ne pas relire un bon livre divertissant ? C'est comme cela que j'ai relu ce premier tome de cette série devenue une sorte d'incontournable avec le temps. Alors certes, il ne va pas falloir chercher des concepts hautement intellectuels, des situations originales, ou autres, mais plutôt une bonne aventure de fantasy somme toute classique avec le groupe d'aventuriers, un peu de magie, du danger, des terrifiants tueurs fanatiques, de l'action et de l'humour surtout dans les dialogues qui rappelle un peu Eddings dans le ton. Le fait est que le tout est bien servi, que l'histoire s'annonce intéressante à suivre notamment dans les mystères mis en place. Les personnages sont vraiment sympathiques, un peu caricaturaux sans l'être tout à fait, et développant une personnalité attachante. Finalement, pour une lecture de pur divertissement ce premier tome tient toute ses promesses et la suite est à la hauteur également.

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

le serment orphelinLE SECRET DE JI : 2 LE SERMENT ORPHELIN de Pierre GRIMBERT

Ed Mnémos

Pages : 440

Format poche

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

 

Suite des aventures des héritiers toujours traqués par la monstrueuse organisation des tueurs fanatiques Zü agissant pour le compte d'un mystérieux ennemi. C'est le temps de l'apprentissage pour les plus jeunes de la bande, les armes pour Leti et la magie pour Yan. On découvre des compétences inattendues chez les uns et les autres bien utiles pour échapper à des assassins surentraînés et pour trouver des indices sur qui est le mystérieux commanditaire des meurtres et pourquoi il agit ainsi. Et puis bientôt, un nouvel espoir, un autre héritier a survécu et pourrait apporter des réponses au puzzle en train de se monter.

 

De l'humour, des combats, une palpitante énigme à résoudre, un méchant qui se profile à l'horizon et qui commence à bien faire peur avec ses pouvoirs surnaturels et maléfiques, le tout dans un récit alerte qui donne envie de tourner les pages pour savoir la suite. Ce deuxième tome reste toujours dans le ton du du premier, du divertissement bien mené avec des éléments supplémentaires qui conduisent à vouloir lire la suite pour connaître les conséquences des terribles révélations faites à Yan par Celui qui sait. Pourra t-il empêcher certaine prophétie de se réaliser et faire en sorte que la plus chère à son coeur devienne réalité. Quand, on connaît le futur qu'on agisse ou non, il se modifie pour parvenir parfois à un résultat inverse de ce que l'on souhaitait.

 

note41.jpg

 

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 07:56

 

le-grand-faiseur.jpgLE GRAND FAISEUR de Jean-Pierre GATTEGNO

Ed Actes Sud

Pages : 222

Grand format

Genre : littérature française

 

 


 

 

 

 

 

P,C Marlaud a été baptisé Philippe en l'honneur de Philip Marlow le héros détective et Christopher en l'honneur du dramaturge Christopher Marlow, et forcément il est devenu détective privé. Mais un détective fauché et constamment au bord de la faillite. Et puis se présente une affaire bizarre, un richissime homme d'affaire est maintenu artificiellement en vie par son fils qui souhaite que Marlaud récupère une reconnaissance de dette qui serait en mesure de déshériter l'héritier légitime. Et P.C n'est pas au bout de ses surprises en acceptant l'affaire, car lui-même est sur le point de connaître un incroyable destin. 

 

 

Bon, heureusement que ce n'est pas franchement un vrai polar avec un vrai mystère parce que passer les trois premiers chapitres je savais déjà de quoi il retournait exactement. Par contre, je me suis bien amusée avec les péripéties de l'enquête de ce détective qui s'est embourbé dans une histoire à cadavres multiples et qui n'est pas toujours moralement irréprochable ainsi que la galerie de portraits des autres personnages. Un bon récit sans être exceptionnel mais l'histoire tient la route et c'est peut-être le plus important. J'aime bien l'écriture et l'univers de l'auteur. 

 

note351.jpg

 

 

 


Repost 0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 07:52

 

cordeliaCORDELIA VORKOSIGAN de Loïs Mc MASTER BUJOLD

Ed J'ai Lu

Pages : 317

Trad (anglais, états unis) : Michel Deutsch

Format poche

Genre : sf

 

 

 

Comme j'ai soudain eu l'envie de relire les aventures de Miles Vorkosigan, ce qui veut dire chanceux que vous êtes que des billets seront publiés au fur et à mesure de mon avancée dans le cycle, j'ai donc décidé de commencer par ce livre là. D'un point de vue chronologique, ce roman se focalise sur la rencontre plutôt explosive des parents du héros de la saga Vorkosigan et bien qu'il soit loin d'être le plus passionnant de la série, il apporte quelques éléments de compréhension sur l'univers et les personnages de la série. .  

 

Dans un futur de quelques siècles, l'humanité a colonisé un grand nombre de planètes, celles-ci sont accessibles par des points de saut qui forment un réseau appelé le Nexus. Si certains mondes disposent de plusieurs points d'accès, d'autres comme Barrayar n'en un qu'un ce qui suite à la disparition inattendue de celui-ci,  causa un isolement pendant une longue période du reste de la vie galactique.

 

Barrayar se démarque des autres mondes en raison de sa période d'isolement et a développé une société néo-féodale. Sa réputation auprès des autres civilisations est celle d'une planète aux coutumes barbares, et un peu trop porté sur le militarisme. La preuve en est qu'elle a annexé par une invasion éclair la planète Komarr. Cette conquête a été pour une grande partie l'oeuvre du "boucher de Komarr" l'Amiral Aral Vorkosigan.

A son opposé Béta est considérée comme le summum de la civilisation galactique, mettant l'accent sur le droit à l'éducation, considérée comme de très haut niveau, et l'information pour tous, l'égalité des sexes, du reste les changements de sexe sont assez fréquents et il a été créé par ingénierie génétique les hermaphrodites) d'où  les moeurs très libres pratiqués par les bétans en matière de sexualité. C'est de ce monde que la capitaine en section exploration galactique  Cordelia Naismith est issue.

 

Et quand l'histoire débute, elle et son équipage sont échoués sur un monde inconnu mais pas de bol, des soldats barrayarans sont aussi sur la planète et pas pour de l'exploration, et l'un d'eux n'est autre que Aral Vorkosigan, le fameux "boucher". Lorsqu'ils se rencontrent, Aral et Cordelia ont tout qui les oppose. Ils viennent de mondes différents, de cultures différentes, de milieux différents, d'éducations différentes et ils sont même, dans la guerre qui débute, dans les deux camps opposés. Et pourtant, malgré les obstacles, ils vont finir par tomber amoureux et se marier.

 

Bien des éléments de l'univers de la saga sont posés dans ce tome, les personnages sont déjà développés et continueront à évoluer dans les romans suivants, de même que le contexte géopolitique. Les sciences et les technologies ne sont pas développés à outrance et donc ne plombent pas le récit en donnant l'impression de lire une thèse scientifique et indigeste. L'auteur ne se sent en effet pas l'obligation de justifier ses inventions futuristes par un long pensum technique et pénible mais priviligie l'histoire et les personnages.

 

Le tome suivant raconte la naissance du nabot le plus attachant de la littérature sf.

 

« Au cours de la discussion qui nous a opposés après Escobar, il m'a questionné sur toi laissant entendre que tu avais fais de moi une chiffe molle. J'ignorais alors que je te reverrai un jour. Il voulait savoir ce qui en toi m'attirait...Je lui ai répondu (il ménagea une nouvelle pause avant de poursuivre presque timidement) que l'honneur jaillissait littéralement de toi. Comme l'eau qui gicle d'une fontaine.

Ah bon ? Je n'ai pourtant pas l'impression de déborder de quoi que ce soit. Sauf, peut-être de confusion

Bien sûr. Les fontaines ne gardent pas une goutte d'eau pour elle » (extrait)

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

 

BarrayarBARRAYAR de Lois McMASTER BUJOLD

Ed J'ai Lu

Pages : 443

Trad (anglais états unis) : Michel Deutsch

Format poche

Genre : sf


 

 

 

 

Cordelia devenu Cordelia Vorkosigan pensait avoir épouser un amiral à la retraite et futur comte mais la généalogie barrayarranne a plus d'un tour dans son sac et voilà son mari propulsé régent impérial jusqu'à la majorité du futur empereur Gregor âgé de cinq ans. C'est encore un événement plus ou moins gérable pour elle plus que sa grossesse apparemment, quand les choses commencent à vraiment dégénérer.

 

En fait c'est avec ce roman que j'ai découvert la saga Vorkosigan et le moins que l'on puisse dire c'est que Miles Vorkosigan aura eu des parents dignes de sa légende surtout son explosive de mère bétane devenue célèbre grâce à son extravagante « shopping party » (ceux qui auront lu le livre comprendront de quoi je parle). Le récit raconte donc la naissance de Miles Vorkosigan avec les circonstances dramatiques qui feront de lui le nabot le plus attachant de la sf le tout sur fond de coup d'état et de guerre civile. Oui parce que la politique barrayaranne est comment dire : sanglante, instable, du genre sans pitié ? En tout cas, on y découvre les personnages secondaires qui feront leur chemin dans la suite au côté de Miles, la petite Elena encore un bébé, le futur couple Koudelka, le futur chef de la Sécurité Impériale pour qui travaillera plus tard le héros, Simon Ilyan, son cousin Ivan lui aussi un tout jeune nourrisson et sa mère Alys et bien d'autres. Bien plus fun à relire que le précédent et qui permet de bien entrer dans la saga et de s'attacher davantage aux personnages.

 

note41.jpg

 

 

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 07:58

le pistoleroLE PISTOLERO de Stephen KING

Ed J'ai Lu

Pages :247

Trad (anglais, états unis) : Gérard Lebec

Format poche

Genre : fantasy

 

 

 

L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait...ainsi s'ouvre une saga hors normes dans la fantasy, celle de La Tour Sombre (insipiré du poème de Browning Le chevalier Roland s'en vint à la tour noire). Cette première phrase entraîne forcément le lecteur dans un monde étrange, d'autant plus étrange que l'auteur ne donne pas beaucoup d'explication sur cet univers où le western côtoie le féodal entre autres.

Dans un décor à la fois familier et décalé, l'intrigue se resserre autour de deux personnages antagonistes L'homme en noir, probable sorcier maléfique ou pas forcément et Le Pistolero la version du chevalier dans ce monde obsédé à l'idée de trouver la tour sombre et dont son ennemi est le premier indice pour la trouver. Ces deux personnages jouent au chat et à la souris pendant tout le tome jusqu'à leur rencontre finale qui dévoilera une partie du destin du pistolero sur le chemin de la tour sombre dont tente de l'écarter l'homme en noir.

Ce premier tome était à la base une succession de longues nouvelles se basant dans le même univers et c'est probablement la raison pour laquelle ce n'est pas facile d'apprécier l'intrigue d'autant que l'on est dans un flou total. Qu'est ce que ce monde ? Pourquoi et en quoi a t-il changé ? Qui sont ces gens qu'évoquent la mémoire du pistolero ? Est-on sur notre monde dans un temps ou une autre réalité ? Autant de questions qui resteront quasi sans réponse dans ce court tome plutôt abrupt, pas forcément fait pour séduire d'emblée mais qui ouvre à des possibilités énormes pour les tomes qui suivront. Car il s'agit effectivement d'une oeuvre de jeunesse et l'auteur en développera l'intrigue, les personnages, l'univers durant des années tout en liant cette série à ces autres romans.

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

Les trois cartesLES TROIS CARTES de Stephen KING

Ed J'ai Lu

Pages : 499

Trad (anglais, états unis) : Gérard Lebée

Format poche

Genre : fantasy


 

 

 

 

Après sa rencontre avec l'homme en noir et un tirage de cartes façon tarot, Roland se réveille sur une plage déserte et hostile. Il va lui falloir reprendre la route vers la tour sombre mais comme tout héros qui part pour une quête périlleuse, il lui faut monter une équipe de choc à toute épreuve. Ce qui dans le langage de son monde s'appelle un ka-tet et c'est pas gagné vu qu'il est pas bien en forme et que ses futurs « amis » vivent dans notre monde à nous dans différents quand et qu'ils ont leurs propres problèmes personnels du genre drogue, dédoublement de personnalité et autres trucs aussi sympathiques. Pas facile la vie, d'aventuriers, pas facile.

 

C'est dans ce deuxième tome que le lecteur fait la connaissance avec ceux qui vont partir à l'assaut de la tour dans une quête épique et non sans danger. Enfin, il manque deux autres membres du ka tet qui devrait les rejoindre dans la prochaine étape sur le chemin de la Tour Sombre. Une relecture intéressante. C'est à partir de ce deuxième tome, que l'histoire commence à prendre corps et à devenir intéressante et moins étrange sans doute que le premier tome qui a tendance à dérouter le lecteur voire à le perdre complètement. Il s'agit en fait d'un second prologue qui amènera à une suite plus trépidante.

 

note41.jpg

 

 

 

 

Repost 0