Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 00:00

 

 

Les cent milles royaumes1 - LES CENT MILLE ROYAUMES de N.K JEMISIN

Ed Orbit

Pages : 324

Trad (anglais, états unis) : Alexandra Maillard

Grand format

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

Les cent milles royaumes vivent dans une paix toute relative grâce à la domination des Arameri, une famille royale qui règne depuis Ciel, le palais sur tous les peuples. Si les Arameri sont devenus si puissant c'est suite à une guerre des dieux qui s'est achevé sur la victoire d'un seul et que celui-ci a enfermé les vaincus dans des corps de mortels pour qu'ils soient les esclaves des Arameri qui les utilise comme des armes pour assoir leur pouvoir. Il y a des années de cela, la fille préféré de l'empereur régnant, a épousé un homme du peuple Dare contre l'ordre de son père et a donc été exilée et déchue. Sa fille Yeine est un jour appelée à se présenter devant son grand père à Ciel, un endroit dont on ne revient pas.

 

 

Au premier abord, j'étais plutôt dubitative. Les premières pages assez obscures n'aident pas beaucoup à se projeter dans le livre. Cela est dû au fait que l'auteur a choisi de plonger directement le lecteur dans un monde imaginaire très exotique, et en faisant parler à la première personne son héroïne la jeune Yeine. Mais petit à petit, le charme a opèré. J'ai fini par m'attacher à cette jeune adolescente avec les responsabilités d'une adulte qui va partir en quête des secrets de sa famille et surtout de sa mère morte assassinée. Sans compter, cette sensation de compte à rebours permanent qui finit par rythmer les pages. Elle court contre la montre la petite Yeine, elle a si peu de temps pour apprendre et comprendre ce que le destin lui réserve.

 

Outre une histoire passionnante, le roman cumule plusieurs bonnes surprises à commencer par le cadre vraiment très singulier et qui change des sempiternels mondes moyenâgeux souvent évoqué en fantasy. Le palais de Ciel recèle des idées étonnantes de décors et de technologies. Ensuite, cette idée des dieux présents parmi les hommes, surpuissants mais néanmoins limités du fait d'être dans des corps de mortels et considérés comme des armes par les humains, cette mythologie qui se distille doucement dans le récit et que l'on découvre pas à pas, laisse entrevoir un monde d'une grande richesse et très bien pensé. L'auteur s'éloigne du classicisme en fantasy en proposant des noms à consonance africaine par exemple, en montrant des ascenseurs dans le palais, en créant une magie pas très recommandable pratiquée par les scribes e. J'ai donc été dépaysée et ravie de l'être

 

Ce premier tome raconte une histoire qui se suffit à elle-même, mais même si le récit connaît une fin, la suite entrevue dans les dernières pages donne vraiment envie d'en savoir plus. Je suis très curieuse de savoir comment ces fameux cent milles royaumes vont évoluer après le final du premier tome qui bouleverse complètement la donne. Une très bonne surprise et un roman à recommander. 

 

note41.jpg

 

les-royaumes-dechus.jpg

 

Enfin, j’ai pu lire le deuxième tome de la Trilogie de l’Héritage. Et comme, le premier était quand même loin dans ma mémoire de poisson rouge, le démarrage a été un peu long (note à moi-même : ne pas avoir un temps de latence aussi long qu’un an pour le troisième tome). Il faut dire que l’écriture elliptique n’aide pas non plus. Il m’a fallu du temps pour raccrocher les wagons et me souvenir de qui était qui.

J’ai l’air de ne pas avoir aimé ce livre mais en fait non, j’ai adoré, peut-être même plus que le premier.

Comme précédemment, il s’agit d’une histoire complète qui prend place dix ans après la fin des événements du volet précédent mais avec un changement de narratrice. Cette fois ci, c’est Orie qui nous raconte son histoire. Orie vit à Ombre la cité qui vit entre les racines de l’arbre géant et sous son ombre. A Ombre humains et dieux se côtoient. Orie est aveugle mais peut voir les génitures ces enfants des dieux et la magie. L’histoire commence avec l’assassinat d’une géniture déesse de guérison et qui officiait comme rebouteuse dans un des quartiers de la ville. Ce meurtre va entraîner Orie dans les méandres de sombres complots dont elle devient l’objet de convoitise principal. Pourquoi ? Qui est Brillant cet homme qui n’est pas un dieu mais a en les pouvoirs qu’elle a recueilli ? Les réponses

L’auteur nous plonge directement au cœur de son récit et de son univers sans rien en dire de précis, sans réel repère. Puis par petites touches, elle distille les informations et peu à peu le motif se révèle. Elle enrichi encore plus son univers et sa mythologie (c’est le cas de le dire) en approfondissant les thèmes déjà évoqués et en ajoutant de nouveaux. Elle a une manière bien à elle pour vous accrocher au récit à laquelle j’adhère totalement. Une fois passé, les soucis de remettre les pièces précédentes dans l’ordre, il m’a été impossible de lâcher le livre avant la fin (et quelle fin si douce-amère, mon petit cœur en est encore tout ému et mes yeux mouillés).

Là c’est obligé, le dernier tome ne trainera pas si longtemps sur ma table de chevet.

Et puis vous qui passez par-là, n’hésitez pas, le premier tome vient de sortir en poche.  

 

note451.jpg


Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 00:00

sous-le-masque-de-re.jpg

 

Touthmosis II de retour à Thèbes meurt dans des circonstances mystérieuses, apparemment mordu par une vipère. Sa veuve Hatchepsout demande au juge Amerotkê d’enquêter. Y a-t-il un rapport avec les récents viols de sépultures? Et qui est le mystérieux maître-chanteur qui menace Hatchepsout ? Quand d’autres morts suspectes autour de l’entourage de la reine surviennent, il est temps de mettre les bouchées doubles pour démêler ce sac de nœuds…

 

Je poursuis dans le policier historique et après une halte au XIIème siècle, je retourne dans l’Egypte antique, avec un nouveau personnage : le sage Amerotkê qui décidément n’a pas la tâche la plus facile du monde. D’entrée, le récit est passionnant ne serait-ce que par les luttes de pouvoir autour du trône vacant et les différentes stratégies politiques des prétendants à la régence tiennent bien en haleine et se remettent bien dans l’ambiance. Et puis l’intrigue criminelle est suffisamment alambiquée pour que le coupable ne soit pas évident dès le premier tiers du récit. Par contre, un certain nombre d’ellipses dans le récit m’ont un peu perturbées et j’ai eu l’impression d’avoir manqué quelques paragraphes, notamment avec la réapparition d’un personnage dont on ne nous explique pas comment ni pourquoi il reprend contact avec Amerotkê. Mis à part ce petit détail, le livre est une bonne surprise et les suites sont désormais dans mon carnet.  

 

note41.jpg

Repost 0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 00:00

 entcritmarseille1198

Note de l’éditeur :

1198. Enlevé par des inconnus, Roncelin vicomte de Marseille a disparu. Sept compagnons partent à sa recherche. Parmi eux, Hugues de Fer ancien croisé, le médecin Averroes (de son vrai nom Ibn Rushd), un frère et une sœur saltimbanques romains et le meilleur archer d’Angleterre Robert de Locksley… A leur tête Guilhem d’Ussel joueur de vielle et fine lame. Mais dans cette équipée, certains semblent être animés de toute autres desseins…Quelles sont les véritables raisons de leur venue à Marseille ? Quel est le rôle des consuls de la ville ? Pourquoi ces écorcheurs qui rôdent dans les campagnes ? La riche ville phocéenne attire bien des convoitises, à commencer par celle du pape Innocent III…

 

Dans une ambiance du contexte médiéval de l’époque très bien rendu, l’histoire parvient à rester captivante. On suit avec plaisir les actions des personnages, et leurs motivations parfois conflictuelles les unes envers les autres. Car tout le monde ou presque a des choses à cacher à ses compagnons de route. Qui sont réellement ces jongleurs romains ? Que vient réellement faire Guilhem d’Ussel dans cette affaire ? Y a-t-il des traîtres parmi eux ?

De fait, la tension monte et plus le plan d’évasion d’origine semble compromis et amène à en improviser d’autres pas toujours heureux, plus j’ai vite tourné les pages pour savoir. Il y a plusieurs énigmes policières dans ce roman ce qui ajoute du potentiel dans la liste des coupables, mais même si mes suspects personnels étaient les bons au final, j’ai passé un bon moment grâce aux doubles jeux des personnages, leurs personnalités et les retournements de situation qui s’enchaînent sans temps mort. Du coup, ma curiosité est piquée et je me lancerai avec plaisir les routes avec Guilhem singulier personnage dont j’apprécie le sens pragmatique et l’esprit affuté.

Seul petit bémol, ma lecture a été gênée par la répétition des mêmes informations sur les personnages ou sur les événements qui conduisent à cette expédition de secours. Au tout début, on nous présente les personnages : qui ils sont, d’où ils viennent, quels secrets ils cachent ou pas et puis ces mêmes informations sont ressortis à chaque fois que les dits héros se rencontrent les uns, les autres, une fois, deux fois, trois fois, pareil pour le récit de l’enlèvement et des meurtres qui l’ont accompagné. C’est énervant et ça alourdit inutilement le récit. Mais passé outre ces détails, je suis entrée de plein pied dans un univers très bien décrit et documenté et une histoire passionnante à suivre.

L’auteur a eu la bonne idée de démêler le fictionnel du réel dans une petite postface ce qui se révèle une bonne idée pour se donner envie de découvrir un peu mieux cette période de l’histoire.

 

note41.jpg 

Repost 0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 00:00
THE ACCIDENTAL DEMON SLAYER d'Angie FOX
Ed Dorchester

Pages : 292
Version originale
Format poche
Genre : fantastique


Lizzie Brown vit une petite vie bien tranquille. Mais cette jeune institutrice va voir sa vie totalement chamboulée un beau soir lorsque Gertie sa grand mère adepte de la Harley, arborant Kiss my asphalt sur son T-Shirt, fait irruption chez elle en lui révélant son destin de tueuse de démons, qu'un démon apparaît sur la cuvette de ses toilettes et que son chien Pirate se met à lui parler. Il lui faut tout quitter pour rejoindre le clan de sorcières de sa grand-mère pour apprendre à se servir de ses pouvoirs. Mais foin de Poudlard comme école, rien de tel qu'un bar de bikers avec des mamies et papis tous adeptes du deux roues pour apprendre la magie. Mais le pire n'est pas encore arrivé. Dimitri mystérieux personnage (très sexy mais très mystérieux) a besoin de Lizzie pour sauver sa famille menacée par un puissant démon. Mais comment persuader une fille qui ne vous connait pas de vous suivre en enfer ? Une seule solution : mentir et espérer qu'elle voudra bien vous pardonner plus tard...s'il y a un plus tard.


Ce livre n'est pas forcément un petit chef d'oeuvre, mais je me suis bien amusée quand même avec les démêlées de Lizzie jeune femme rationnelle, qui déteste l'imprévisible et l'extravagance avec un rôle qu'elle ne veut pas assumer et pour lequel, elle ne semble pas douée du tout à la base. Sans compter la joyeuse bande de mamies bikers et sorcières totalement excentriques, qui donnent un ton assez délirant à l'histoire. Et puis on y trouve aussi des démons, des loups garous, un Dimitri très très sexy (on comprend que Lizzie ait un faible pour lui, faut voir le chapitre de la nuit dans le motel pour comprendre), bref des personnages sympathiques ou non, une aventure qui vous fait passer un bon moment. La lecture en anglais ne m'a pas parue d'une grande complexité ce qui est plus agréable donc. Sur le site de l'auteur, on peut voir qu'une suite est parue et je pense que je craquerai forcément pour me l'offrir histoire de voir ce que devient notre héroïne pas toujours au top niveau question massacre de démons. Pareillement, il vous est possible de connaître votre biker witch name, on ne sait jamais des fois que votre grand mère débarque un jour chez vous pour vous amener sur sa Harley rejoindre ses copines pour un rituel magique, vous pourriez en avoir besoin.

 


entcritthedangerousbookfor

Second tome de la série Demon-Slayer où l’on retrouve Lizzie,  sa fine équipe des Red Skulls (la bande de sorcières bikers du 3ème âge) sa grand-mère en tête, Dimitri le si sexy griffon, et le chien Pirate et son bavardage incessant qui m’aura bien saoulée au bout d’un moment. 


J’avais beaucoup ri avec le premier tome et ses personnages hauts en couleur et son intrigue plutôt sympathique. Et le début de ce second tome suit un peu le même côté débridé. Lizzie et sa bande doivent sauver Oncle Phil son parrain des griffes d’un succube à Vegas. Mais, Lizzie encore nouvelle dans le métier doit obtenir son permis (de tuer) de tueuse de démons et donc passer les épreuves de l’examen (où elle se vautre lamentablement).  Et déjà rien que ça, ça valait la lecture.

Bon, la suite de l’histoire est tout de même moins rigolote par rapport au premier tome. Cependant, l’auteur épaissi son univers et finalement, il y a des idées intéressantes qui pourront probablement donner de quoi rebondir pour la suite.

J’ai trouvé cependant que cela commençait à tourner en rond notamment avec le sempiternel dilemme du « je mets en danger ma famille, mon homme et mon chien » (pas forcément dans cet ordre là). Cela dit, c’est toujours une petite lecture divertissante avec des petits morceaux de bravoure (les mamies bikeuses et leurs rituels de magie parfois insolites me plaisent toujours autant).

Il y a aussi de bonnes choses dans ce tome, notamment le fait que notre héroïne s’attelle à la rédaction du Dangerous book for demon-slayers après s’être rendu compte que le seul mémo qu’on lui a donné sur sa fonction date de 1936 et n’a jamais été remis  à jour depuis (même le papier est d’époque). Ce qui donne quelques extraits savoureux dont :

"Excerpt from The Dangerous Book for Demon-Slayers

Fairies : a specie of magical creature that will drive you insane if you let them” (extrait)

 

note31.jpg

 


Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 00:00

 

entêtecrivorace

La richissime et très puissante famille des Wildenstern a des règles de succession vraiment curieuses. Etant donné la grande longévité de ses membres, le meurtre est admis sous certaines conditions pour monter d’un cran dans la hiérarchie familiale et accéder peut-être au rang suprême de Patriarche. Or le jour du retour d’Afrique de Nathaniel, son frère ainé et héritier meurt dans un accident suspect. Le voici soupçonné de meurtre. Il décide de mener l’enquête afin de se disculper.

Dans ce monde alternatif où on côtoie des animaux mécaniques dont certains semblent avoir des fonctions telles que tondeuse, grille-pain ou vélocycle, les Wildenstern sont peut-être encore plus bizarres que ça. L’excentricité semble être de mise, la férocité une qualité et quand on n’entre pas dans ces normes, votre longévité peut être sérieusement compromise.

Ce premier tome nous met en présence des protagonistes principaux en particulier Nathaniel mais aussi le cousin Gerald passionnée de sciences biologiques (un darwiniste des plus enthousiastes) et de médecine, le frère Thomas et sa femme Daisy (de son vrai nom Melancolia), ainsi que d’événements comme des ancêtres morts qui reviennent à la vie (quand je vous disais que la famille Wildenstern était étrange), un complot contre la famille, le meurtre du fils héritier, bref ça déménage dès le début et cela laisse présager des choses intéressantes pour la suite. Il y a toujours une surprise au détour d’une page, les trahisons semblent légions. On ne sait plus qui manipule qui et même le manoir familial et ses passages secrets et pièces encore plus secrètes recèle bien des mystères même pour les membres de la famille.

J’ai ma petite idée sur la véritable nature des Wildenstern mais j’attends de voir si j’ai vu juste ou non, ou si l’auteur gardera le mystère sur ce sujet. De toute façon, la suite sera certainement aussi explosive et pleine de rebondissements que le premier tome donc forcément addictive. Même s’il s’agit d’une publication jeunesse (comprenez adolescents), le ton, les thèmes, les personnages et l’écriture peuvent aussi plaire à un lectorat plus adulte qui y prendra autant de plaisir.  

 

note41.jpg

Repost 0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 00:00

entêtecrittroubleinmudbug

If Harold killed her she might be stuck in limbo like Helena. Even worse, she might be stuck in limbo with Helena. For all eternity.”(extrait)

 

Qu’y a-t-il de pire que de s’être mariée avec un bon à rien comme Hank Henry qui l’a ensuite abandonnée avec des dettes à rembourser et sans la possibilité du divorce tant qu’elle n’aura pas mis la main sur lui? C’est aux funérailles de la mère de Hank que Maryse Robicheaux comprend qu’il y a toujours pire. De son vivant Helena Henry, aussi connue comme l’antéchrist de Mudbug était un fléau permanent et Maryse pensait en être enfin libérée. Sauf que le fantôme d’Helena ne veut pas la laisser tranquille tant que son assassin n’est pas arrêté…

Du mystère, un soupçon de romance, des personnages hauts en couleurs, la Louisiane et surtout le Bayou, de quoi se divertir agréablement, d’autant plus que je n’ai pas trouvé l’assassin avant sa révélation dans le livre. Bon c’est du léger mais c’est plutôt bien fichu et drôle. Maryse et ses démêlés avec le fantôme de son épouvantable belle-mère, l’apparition du beau et très sexy métis Luc Lejeune, la meilleure amie à fond dans le new age et la voyance, les personnages sympathiques ne manquent pas et l’ambiance petite ville où tout le monde connait tout le monde est un petit plus appréciable. Sans être le chef d’œuvre du siècle, on peut trouver son petit bonheur dans ce roman.

note351.jpg

Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 00:00

entetecritlamarquedufleuve.jpg

Mercy Thompson, le retour ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas repris les aventures de ma changeuse préférée et comme elle me manquait, j’ai donc continué la série avec ce sixième opus. Mercy et Adam, c’est une histoire d’amour, une vraie, d’ailleurs, ils ont enfin dit oui avec force papillons et lâcher de ballons (ceux qui ont lu savent de quoi je parle) et comme tout couple de jeunes mariés qui se respecte, les voilà partis en lune de miel avec l’aide d’oncle Mike pour un peu de camping. Sauf que l’aide des fae n’est jamais gratuite et ils ont été envoyés dans le but de découvrir quelle créature cachée dans les eaux de la rivière est en train de dévorer les humains.

Toujours aussi dynamique avec une écriture efficace et des personnages attachants, ce nouveau tome marque néanmoins un pas décisif quant à notre héroïne. Cette fois ci, l’auteur centre l’intérêt du récit sur les mythologies indiennes ce qui évite de se lasser des vampires et leurs manigances un peu complexes, des loups garous qu’on commence à bien connaître et des fae, bien qu’ils soient un petit peu impliqués dans l’histoire. Le voile est un peu levé sur les origines de Mercy et surtout les changeurs (et pas seulement la version coyote). Là est la bonne surprise. On quitte la routine (sauf en ce qui concerne le génie de l’héroïne pour se mettre dans des situations pas possibles, voire limite mortellement dangereuses) et on explore avec bonheur d’autres horizons qui apportent des perspectives intéressantes pour la suite.

Encore une fois, les aventures de Mercy sont à la hauteur du bon divertissement qui sait se renouveler et dont il serait dommage de se priver.

note351.jpg


 

Repost 0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 13:25

entetecritdeathindaytime.jpg

 

Alexie Peterson, est une star du petit écran. Elle a le rôle de Tiffany Miller dans le feuilleton quotidien The Yearning tides. Elle est aussi à la une des tabloïdes grâce à son ex-mari qui s’est enfuis après l’avoir dépouillée de sa fortune. Mais ce n’est rien comparé au fait d’être suspecter du meurtre de Marcy Blanchard la productrice associée du soap qui la haïssait. Alors avant de se retrouver en prison et pas pour un rôle, elle est déterminée à mener l’enquête…

 

Les romans policiers se suivent et ne se ressemblent pas. Alors que le précédent (cf. Dying in the wool) ne m’avait pas convaincue du tout, celui-ci est un agréable divertissement. Comme quoi, il ne faut désespérer de rien. Alors, certes ce n’est pas non plus la grande claque mais j’ai passé à un bon moment à découvrir les coulisses d’un soap opera et pour une fois, l’assassin n’est pas si évident même si à partir d’un certain événement, il est facile à démasquer (mais comme cela n’arrive pas avant le bon dernier tiers du livre). En tout cas, le personnage principal m’a beaucoup amusée avec ses tentatives souvent ratées pour jouer les détectives (elle tire sa science des émissions) et ses relations sentimentales un peu compliquées avec son petit ami du moment et le vrai policier qui mène l’enquête. J’adore le coéquipier fan du soap et surtout du personnage joué par l’actrice et qui le fait savoir. Une bonne lecture détente à conseiller.  

 

note31.jpg

Repost 0
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 19:25

entêtecritdyinginthewool

 

Kate Shakleton est une veuve de la première guerre mondiale. Veuve par défaut, puisque son mari a mystérieusement disparu en plein conflit et n’a jamais été retrouvé. Ce drame l’a conduite à enquêter en amateur et retrouver des personnes disparues avec un certain talent. Mais voilà qu’une amie sur le point de se marier, veut l’engager à titre professionnel pour retrouver son père disparu depuis plusieurs années.

 

Alors sur cette idée de départ, c’était plutôt bien parti. Kate est une femme plutôt sympathique et son équipier Sykes aussi. Le mystère entourant le père de Tabitha est plutôt bien rendu. Et puis, le soufflé est retombé et j’avoue avoir eu du mal à trouver un intérêt à cette histoire en dehors du fait de vouloir savoir le fin mot de l’histoire. Encore que, une fois arrivé au bout de ces pages interminables, c’était pour découvrir que finalement ma solution était la bonne. L’auteur se disperse dans quelques retours dans le passé et divers points de vue. J’ignore encore pourquoi j’ai tenu à finir ce livre. Je dois être dans une période jusqu’au boutiste en lecture, mystère. En tout cas, ce ne fut pas vraiment une lecture agréable. Bref, passons à autre chose.   

 

note11

Repost 0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 19:26

entêtecrit7

Dans ce premier tome, on découvre l’héroïne de cette saga au temps de la préhistoire : Ayla. Ayla c’est une petite fille dont le clan a disparu lors d’un tremblement de terre et qui est recueilli par un autre clan. Sauf que ce clan n’est pas de la même espèce humaine qu’elle.

 

Toute l’originalité du personnage vient de ce parcours atypique qui va marquer le reste de son existence, sa personnalité et son rapport aux autres. L’auteur en profite pour nous faire un cours très intéressant sur les différentes techniques de chasse, de taille d’outils, et autres détails sur la vie au temps préhistorique. On y découvre également les prémices de la médecine, et les premiers cultes. Je suis toujours autant agacée par l’aspect didacticiel du roman mais en fait, il est largement compensé par l’écriture très agréable et l’histoire qui est racontée. Au fond, ce qui est important c’est de passer un bon moment et d’avoir envie de lire la suite ce qui est le cas.

 

Pour une relecture, j’ai été très vite, remise dans l’ambiance de ma première lecture et il m’a même tardé de passer au second tome bien que j’en connaisse également l’histoire. De plus, entre ces deux lectures, du temps s’était écoulé et vu le nombre d’événements que j’avais oublié, c’était comme une vraie découverte.

 

note41.jpg

 

Repost 0