Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 00:00

 

sang-de-pierre-vonar-09SANG DE PIERRE d'Elisabeth VONARBURG

Ed Alire

Pages : 388

Format livre numérique

Genre : science-fiction (nouvelles)

Défi : mon Québec en septembre

 

 

Si je vous dis que j’adore les livres d’Elisabeth Vonarburg, je doute que cela vous étonne. En tout cas après ce mois québécois vous en aurez manger de son œuvre. Car oui, je vous parlerai également de son chef d’œuvre Chroniques du pays des mères et d’autres petits bijoux de cette grande dame de la science-fiction.

Quebec-en-septembre-2

Et pour commencer, voici un recueil de six nouvelles de science-fiction explorant divers thèmes du genre : le vaisseau en route vers une autre planète où se succèdent des générations successives de membres d’équipage (classique), du post apo comme elle seule sait en faire, manipulations génétiques à tous les étages, la machine et l’humain, et même de la mythologie grecque revisitée…et ce avec beaucoup de grâce et d’élégance dans l’écriture.

 

J’ai apprécié que l’auteure se lance dans un petit avant-propos avant chaque nouvelle pour expliquer sa genèse et son élaboration. Le petit plus qui fait apprécier bien davantage tous ces petits moments précieux à la lecture. Sauf pour la 4ème nouvelle qui m’aura laissée somme toute indifférente, les autres sont de bonne qualité et permettent un sacré dépaysement notamment pour la nouvelle titre du recueil qui est très poétique dans son traitement.

 

note41.jpg

Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 07:23

 

Aujourd'hui, pour rester dans le thème du mois de septembre et parce que je n'ai pas envie de me creuser la cervelle et d'agiter les quelques neurones actifs qu'il me reste, je ressors donc de mon grenier, un ancien billet sur un petit recueil de nouvelles que j'ai relu récemment et qui a gardé tout son charme. .

 

Mon-Quebec-en-septembre

 

Voici donc : Humains aigres-doux de Suzanne Myre.

 

humains-aigres-doux.jpg

Repost 0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 00:00

 

 

les neuf vies d'edwardLES NEUF VIES D'EDWARD de Christyne BROUILLET

Ed Folio

Pages : 352

Format poche

Genre : littérature québécoise

Défi : Québec en septembre

 

 

Edward comme tous les chats a neuf vies, et il vit sa dernière avec Delphine. Avant de partir définitivement de ce monde, il voudrait trouver un mari pour elle, peut-être ce Sébastien Morin qui soignait les animaux dans le Nouveau-Monde. S'il s'est lui aussi réincarné, il conviendrait parfaitement. Heureusement qu'il a hérité d'une de ses précédentes vies de Catherine une sorcière du XVème siècle le pouvoir de lire dans les pensées. Il va avoir besoin de tout ses talents pour dénicher l'homme idéal et empêcher cet inquiétant américain de tourner autour de Delphine.

 

Quebec-en-septembre-2

Voilà, une bonne entrée en matière pour ce mois de Québec en septembre, un livre qui se passe à ….Paris puisque Delphine est une expatriée mais bon ne va pas chipoter pour si peu. 

Il y a là-dedans, une magouille politique liée à des trafics pas jolis, jolis, un méchant assassin, une héroïne que l’on a envie de baffer régulièrement devant sa tendance à ne jamais faire le bon choix en matière d’homme (mais elle aime les chats donc on lui pardonne), la meilleure amie plus futée, un héros en qui sommeille le syndrome du chevalier à la rescousse de la princesse menacée par un dragon, sa fille plutôt marrante, et Edward, le chat télépathe qui se démène comme il peut pour sauver sa maitresse et lui trouver un vrai prince charmant avant de finir sa neuvième et dernière vie sur ce monde.  

Sympathique et léger avec la bonne idée de donner le point de vue principal à un félin, le livre n’est pas désagréable à la lecture mais pas transcendant non plus. Idéal pour de la lecture de vacances sans prise de tête.

 

note31.jpg

 

 

 

Repost 0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 08:47

Karine l’avait annoncé : septembre sera québécois ou ne sera pas.

Mon-Quebec-en-septembre

J’obtempère dans la joie et l’allégresse et je vais donc remplir ce blog apathique de petits billets aux couleurs de ce thème mensuel qui me plait vraiment bien

Lorsque l’idée avait été avancée il y a quelques temps, je ne pensais pas me retrouver coincée par les travaux entrepris à la médiathèque et donc la fermeture de celle-ci. Mais j’ai de la ressource que dans le jargon des LCA, on appelle une PAL.

Et hasard de ma PAL au rayon Québec : j’ai pas mal de titres SF, Fantasy, Fantastique et même Policier (oui j’aime les éditions Alire malgré des couvertures parfois bizarroïdes)  à proposer dans un premier temps.

Ensuite lorsque les travaux de la Médiathèque seront enfin finis dans une semaine, je pourrai varier le menu. 

 

Rendez-vous lundi et suivez les logos.

Quebec-en-septembre-2

 

 

 

Repost 0
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 11:31

 

la baronne meurt à cinq heuresLA BARONNE MEURT A CINQ HEURES

de Frédéric LENORMAND

Ed du Masque

Pages : 332

Format poche

Coll : Labyrinthe

Genre : policier historique

 

 

Voltaire (oui le Voltaire du fauteuil et accessoirement auteur de Zadig entre autres) n’est pas content du tout. On vient de lui assassiner sa baronne chez qui il squattait allègrement et sans scrupule. Qui des trois héritières potentielles de la dame est la coupable ? Aidé par Emilie Marquise Du Châtelet, férue de science et enceinte jusqu’aux yeux, il va tenter de démêler le nœud du problème, il en va de son futur logis et de sa liberté tout court au vu des menaces d’emprisonnement qui lui sont faites.

 

Qu’en dire ? Je suis ressortie de ma lecture sans déplaisir mais sans intérêt non plus. Certes je n’ai jamais eu d’affection pour Voltaire personne réelle mais j’espérais que le personnage fictif soit un peu plus intéressant. Que nenni ! Au contraire de son acolyte la pétillante Emilie qui c’est dommage reste au second plan alors qu’elle aurait pu résoudre l’affaire à elle toute seule sans ce pique-assiette d’Arouet tant elle autrement plus concentrée que le bonhomme sur l’enquête. Pendant toute ma lecture, j’ai eu la désagréable impression que personne pas même l’auteur ne prenait intérêt à la résolution de l’énigme. Que tout ceci n’était qu’un prétexte pour quelques scénettes ma foi plutôt drôles autour de personnages excentriques et de mœurs bizarroïdes de la noblesse. Dommage parce que l’idée aurait pu faire un bon whodunit à la Christie si les caractères et mobiles de chacun avaient été un peu plus approfondis. Résultat : pendant toute ma lecture je me suis demandée ce que cette histoire faisait dans une collection policier historique. L’histoire est amusante mais reste en surface des choses et n’approfondis jamais rien.

 

note251.jpg

Repost 0
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 18:22

 

la main droite d'amonLA MAIN DROITE D'AMON de Lauren HANEY

Ed 10/18

Pages : 349

Trad (anglais, états unis) : Corine Derblum

Format poche

Genre : policier historique

 

 

Durant le règne d’Hatchepsout, le lieutenant Bak doit mener l’enquête sur le meurtre d’un officier d’une garnison frontalière du pays de Kouch ce qui va l’amener à déjouer un complot pouvant entraîner une nouvelle guerre.

 

Le policier historique ne recule devant aucune période de l’Histoire (enfin, j’attends de voir des intrigues criminelles sur d’autres civilisations antiques genre sumérienne ou autres voire même du préhistorique soyons fous). L’Egypte antique a inspiré quelques auteurs dont Lauren Haney qui avec ce premier tome présente un personnage d’enquêteur intéressant et une intrigue difficile à démêler. Sans être passionnant, le récit reste agréable à la lecture et l’envie de savoir le fin mot de l’histoire fait que l’on reste accroché. J’aime bien le côté : refus de lâcher le morceau de Bak. Son obstination s’avère payante, petit à petit les langues se dénouent et on s’approche de la résolution de façon logique. Ses adjoints s’avèrent intéressants et efficaces sur le terrain. Une bonne petite entrée en matière. Comme il s’agit d’un premier tome, on peut supposer que les tomes suivants seront un peu plus prenants maintenant que la mise en place du contexte et des personnages est faite. Comme je suis curieuse de voir ce que cela peut donner sur la durée, je tenterai la suite.

 

note351.jpg

Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 00:00

 

le mystère sherlockLE MYSTERE SHERLOCK de J.M ERRE

Ed Buchet Chastel

Pages : 328

Grand format

Genre : littérature francophone

 

 

L’hôtel Baker Street à Meiringen en Suisse a été coupé du monde pendant quatre jours suite à une avalanche. Mais lorsque les secours parviennent enfin à dégager l’établissement, c’est pour trouver onze cadavres ceux d’holmésiens en compétition pour le poste de la première chaire d’holmesologie de la Sorbonne. Qu’est-il arrivé pendant ces quatre jours ? Pourquoi un tel carnage ? Heureusement, le commissaire Lestrade lui aussi grand amateur de Sherlock Holmes est là et grâce aux divers journaux, lettres et post-its laissés par les victimes il parviendra peut-être à faire la lumière sur ce mystère.

 

L’auteur je le connais depuis Prenez soin du chien qui m’aura valu les plus belles rigolades de ma vie de lectrice. Donc forcément, je savais que cela allait être drôle voire hilarant. Et je ne fus pas déçue car hilare je l’ai été à plusieurs reprises. J’ai ri comme jamais devant l’énormité de certains passages, les personnages tous plus dérangés du bocal les uns que les autres, et les morts frisant le n’importequoiesque avec une joie et un enthousiasme qui font plaisir à lire.

 

Entrecoupés par des extraits de Sherlock Holmes pour les nuls qui permet de raccrocher les wagons si on ne connait pas bien l’œuvre de Conan Doyle et en même temps de s’en payer une bonne tranche grâce à l’humour décapant distillé dans ces notes, les divers récits ne sont pas en reste question bonne humeur et dégommage au sens propre comme figuré de son prochain dans l’allégresse. Certes, il y a des cadavres qui pleuvent un peu partout mais cela n’empêche pas de savourer son plaisir (mention spéciale à la marmotte). Le petit hic, c’est que très vite, il m’est venu à l’esprit une idée sur l’assassin et je ne m’étais pas trompée mais l’important n’est pas là. L’important c’est le côté débridé, dans l’écriture de J.M Erre qui nous offre une bonne leçon d’humour noir terriblement ravageur.

 

Les nombreuses références au roman policier sont bien trouvées avec un personnage qui s’appelle Lecoq (cf. les romans de Gaboriau), la situation qui n’est pas sans rappeler Dix petits nègres d’Agatha Christie, les crimes en chambre close (grand classique s’il en est) et autres. Mais inutile de bien s’y connaître pour apprécier le roman qui plaira aux néophytes du détective comme aux connaisseurs. A recommander si vous avez envie de rire, beaucoup, même de la mort.

 

Cf. Karine à proposer unbillet enthousiaste sur ce livre.

 

note451.jpg

Repost 0
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 00:00

 

 

les-maitres-de-lombreNIGHTRUNNER : 1 LES MAÏTRES DE L'OMBRE

de Lynn FLEWELLING

Ed Bragelonne

Pages : 525

Trad (anglais, états unis) : Agnès Boclet-Richter

Format livre numérique

Genre : fantasy

 

 

 

Avant d'écrire le Royaume de Tobin, Lynn Flewelling avait écrit toute une série se passant dans le même univers mais quelques siècles plus tard avec pour héros, Seregil et Alec. Inutile, d'avoir lu Le royaume de Tobin avant, les deux séries peuvent se lire indépendamment.

 

Lorsque Alec est sauvé de sa sinistre géole par Seregil, il ne pensait pas qu'un jour il serait amener à devenir un Veilleur, sorte de super espion au service du royaume de Skala. Déjouer des complots contre la famille royale implique forcément d'apprendre à jouer les cambrioleurs, devenir plusieurs personnages, mentir, voler, et s'attirer des problèmes sans fin.

 

C'est avec plaisir que l'on suit les aventures de ce duo très doué pour se retrouver dans des situations pas possibles et pour s'en sortir parfois in extremis (ils ne remercieront jamais assez leur ami magicien pour ça). Avec en toile de fond, une possible future guerre avec le royaume ennemi par excellence : Plennimar , et une menace peut-être plus terrible, ce premier tome met surtout en place les héros qui restent somme toute attachants et sympathiques. D'autant, qu'ils se mettent vraiment en quatre pour accomplir leurs missions pour notre plus grand bonheur. le moins que l'on puisse dire c'est que l'on ne s'ennuit jamais avec eux. Une bonne entrée en matière avec du potentiel intéressant pour la suite.

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

Les traqueurs de la nuitLES TRAQUEURS DE LA NUIT de Lynn FLEWELLING

Ed Bragelonne

Pages : 581 

Trad (anglais, états unis) : Leslie Damant-Jeandel 

Format livre numérique

Genre: fantasy

 

 

 

 

 

 

 

 

La routine a repris son cours pour les deux espions et voleurs que sont Seregil et Alec, toujours prêts à servir la reine de Skala. Mais la guerre avec Plennimar l’ennemi héréditaire se profile et de sombres forces sont à l’œuvre au cœur même de la capitale, avec à la clef une prophétie dont ils sont deux éléments importants…

 

Les choses sérieuses commencent et pas seulement parce que le péril est proche et que du coup de l'action, il y en a enfin, mais aussi parce que il y a, une avance considérable dans la romance entre nos deux héros, chose attendue depuis le premier tome. Un second tome plus prenant que le premier qui mettait en place les personnages, la menace future qui est affrontée ici et le contexte de l'histoire. Ici, comme dans le précédent volet, l'histoire est auto conclusive ce qui fait que l'on peut très bien s'arrêter à ce second tome pour avoir l'histoire complète. Mais, comme j'ai envie de savoir ce qui va se passer entre les deux tourtereaux et qu'ils vont forcément vivre d'autres aventures trépidantes je lirai forcément les suites.  

 

note41.jpg

 

 

 

 


Repost 0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 08:17

 

ascensionASCENSION de Kara DALKEY

Ed Perfect Bound

Pages : 251

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : fantasy (mythe arthurien)

 

 

Le temps sera bientôt venu pour Nia d'être choisie pour participer aux épreuves afin de passer l'Ascension et devenir un des dix Avatars du conseil d'Atlantis. Mais contre toute attente c'est son cousin Garun qui est élu afin de représenter le clan familial. Pourquoi ? Et que signifie le  comportement étrange de sa famille ? Quels sombres secrets se cachent en Atlantis ?

Mêler le mythe Atlantis et celui arthurien, cela a déjà été fait. Mais ici, l'auteur se concentre sur un personnage des plus énigmatique : Niniane ou Viviane, la Dame du Lac. Et si elle était réellement une créature marine proche des sirènes. Car depuis sa chute, Atlantis est désormais un monde sous-marin qui semble avoir fait alliance avec des créatures venues d'un autre monde doté du don de visions du futur et télépathes. Les mondes de la surface, les humains, sont loin des préoccupations des mermyds.

Ce premier tome se passant exclusivement dans un milieu aquatique, l'auteur a développé des idées originales pour décrire un univers sirénien avec son architecture, son infrastructure de traitement de l'eau, ses lois et coutumes. C'est parfois difficile de s'imprégner de l'ambiance tant elle est étrange et peu conforme à ce que l'on connait. En soi, c'est déjà une réussite de sortir le lecteur de sa routine et de lui offrir quelque chose de différent.

Ce sont donc les jeunes années d'une Niniane qui va peu à peu quitter le royaume enchanté de l'enfance et se confronter à l'âge adulte, et bientôt aux circonstances dramatiques qui vont la mener à fouler le sol terrien et entrer dans la légende.

 

Repost 0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 00:00

 

William-Makepeace-ThackerayLA FOIRE AUX VANITES (Roman sans héros)

 de William Makepeace THACKERAY

Pages : 1183

Trad (anglais) : Georges Guiffrey 

Format livre numérique

Genre : littérature anglaise

Challenge : Gilmore girls challenge 

75692570

Les vacances c'est super, on en profite pour enfin lire ces gros pavés que l'on s'était promis de lire pendant toute l'année et même que l'on s'était inscrite à un challenge pour ça (voir logo ci dessus). Et qu'est ce qu'on regrette maintenant que c'est fait, de ne pas l'avoir lu plus tôt. On c'est moi. Je viens de passer des heures fabuleuses de lecture et je suis encore sur mon petit nuage. 

Cela dit, j'en descends un petit peu pour vous en parler en bien, et plus qu'en bien même. Donc l'histoire : C'est l'histoire d'une jeune fille qui..ou plutôt non,en fait il y en a deux, deux jeunes filles sortant de pension,. Pour l'une l'avenir semble tout tracé, le retour dans la maison familiale et la probabilité d'un mariage avec un jeune homme choisi par sa famille, du même milieu aisé, des enfants, un train de vie plus que confortable. Pour l'autre c'est plus incertain, pauvre, sans famille et sans appui dans le monde, elle deviendra gouvernante pour les filles d'un petit baronnet. Mais, quand le destin et à plus forte raison quand le destin s'appelle l'auteur s'en mêle, les choses ne sont pas si simple. Et rien ne garanti que tout se passera comme prévu.

Prenez, notre orpheline, elle est sans le sou certes mais elle est maligne, intelligente et sans aucun scrupule. En voilà une qui saura sans doute mener sa barque très loin. D'autant qu'elle n'a d'autre intérêt dans la vie que le sien propre. Et quant à la douce autre jeune fille qui semble mieux lotie par la position sociale de sa famille, il n'est pas sur que dans la lutte pour la survie, elle soit la mieux armée des deux. Et tout autour, d'autres personnages s'agitent pour eux aussi atteindre les hauteurs  inestimables du paradis de la richesse et de la gloire sociale, certains chutent, d'autres y parviennent avec plus ou moins de facilité mais rien ne dit qu'ils resteront au sommet de la chaîne alimentaire.

Portrait cruel et sans concession de la nature humaine dans tout ce qu'elle peut avoir de plus affligeant de bêtise, de superficialité, d'hypocrisie, de vénalité, d'orgueil et de présomption. Mais, on découvre aussi au détour des pages, un peu d'espoir pour l'amour, le don de soi, et la solidarité aussi. 

Si vous n'avez pas encore lu La foire aux vanités, rattrapez cette erreur vite.

 note51.jpg

 

Repost 0