Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 00:00

 

Bonjour, bonjour,

 

A compter de ce soir, je suis en vacances pour trois semaines. Ce qui signifie que ce blog va entrer dans une phase plus comateuse qu’en temps normal c’est dire le désastre imminent qui vous attend.

 

Il devrait (j’ai bien dis devrait) y avoir quelques billets publiés de temps en temps mais au ralenti. Je pars me ressourcer, me détendre, et lire plein de bonnes choses au soleil (du moins j’espère).

 

Je serai de retour vers le 12 août…

 

Bonnes vacances à ceux qui y sont déjà, et courage pour les autres qui n’y sont pas encore.

 

gifvac

Repost 0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 00:00

 

princess of the midnight ballPRINCESS OF THE MIDNIGHT BALL de Jessica DAY GEORGE

Ed Bloomsbury

Pages : 198

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : fantasy (conte de fée)

 

     

Y a-t’il une malédiction autour de la famille royale de Westphalie ? En tout cas, le doute plane autour des douze filles du roi. Elles usent leurs chaussures de bal de façon anormale et semblent perdre de leur vitalité jour après jour. Galen ancien soldat revenu de la guerre et aide jardinier du roi veut sauver les princesses et surtout l’aînée Rose. 

 

Basé sur un conte assez connu le récit reprend les éléments de celui-ci en tricotant (c’est le cas de le dire) une charmante romance entre Galen et la princesse Rose. Les contes montrent rarement le héros tombé amoureux de la princesse avant de partir accomplie l’exploit qui lui vaudra de l’épouser. Elle semble être plus une récompense qu’autre chose.

Ne manque donc à l’appel aucun des items magiques nécessaires à la périlleuse entreprise, les conseils avisés de vieux sages (qui sont peut-être plus qu’ils ne paraissent) et bref tout ce qui fait le sel d’un bon conte. L’auteur ménage également le suspens avec des obstacles secondaires à vaincre pour sauver le royaume de la ruine et parvient à créer des personnages intéressants

 

C’est une charmante lecture mais j’avoue avoir eu du mal à m’y attacher probablement parce le récit est ancré dans notre réalité géographique qui m’empêche probablement de me projeter totalement dans l’histoire. L’auteur a déjà écrit deux suites qui sont centrées sur les deux plus jeunes sœurs de Rose qui n’en ont pas fini avec la magie des contes de fées visiblement. Ce sera peut-être l’occasion d’approfondir l’univers et  les personnages et de proposer des variantes intéressantes au petit chaperon rouge notamment.

note31.jpg

Repost 0
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 00:00

 

trafic de reliquesTRAFIC DE RELIQUES d'Ellis PETER

Ed 10/18

Pages : 242

Trad (anglais) : Nicolas Gilles

Format poche

Genre : policier historique

 

 

Suite à ma lecture sur Le roman policier historique, j’ai eu envie de relire et de vous parler de ce qui a été mon premier pas dans le genre, à savoir le mythique Frère Cadfael créé par Ellis Peter. C’est avec Trafic de reliques que j’ai adopté cette série. Et en plus c’est un des premiers livres achetés avec mon premier salaire ce qui en fait un titre un peu à part dans mon histoire de lectrice.

 

Cadfael est un moine bénédictin du XIIème siècle de l’abbaye de Shrewsbury en Angleterre, un gallois, ancien soldat, revenu des croisades, il est entré tard dans les ordres ce qui le rend un peu atypique au sein de sa communauté où il est responsable de l’herborium de l’abbaye, grâce à ses connaissances des plantes médicinales (il a même rapporté de ses voyages des plantes jusqu’alors inconnues comme le pavot).

 

L’histoire de Trafic de reliques est basée sur un fait véritable. Il y a bien eu une sorte de guéguerre entre moines autour des reliques d’une sainte. C’est ainsi qu’après d’improbables visions d’un jeune moine exalté, tout une délégation de moines se rend au Pays de Galles afin de récupérer les ossements d’une sainte galloise, Winifred et de la ramener à Shrewsbury. Mais, un propriétaire terrien de la région, s’oppose à l’extraction de la sainte. Et lorsqu’il est retrouvé mort, une flèche dans la poitrine, les ennuis commencent…

 

Ellis Peter présente des personnages assez typés mais néanmoins savoureux. On y trouve le peu compatissant et aristocratique frère Robert le prieur de l’abbaye, son assistant zélé et servile, un moine frappé de « visions » mais surtout très ambitieux, mais aussi la fille de la victime en quête de vengeance, et tout une galerie de personnages hauts en couleur qu’on prend plaisir à découvrir et entendre. L’intrigue est suffisamment complexe pour tenir en haleine et le final ne manque pas finesse et est bien amené.

 

Comme, l’action se passe en Pays de Galle, et hors de l’abbaye, on échappe un peu aux rituels des prières et à la monotonie de la vie monacale. Et l’auteur en profite pour nous présenter les coutumes galloises de l’époque avec un Cadfael qui retrouve une part de ses racines et qui se sent comme un poisson dans l’eau au milieu de tout cela.

 

Une très bonne entrée en matière pour découvrir la série même si ce n’est pas le premier tome.

note41.jpg

Repost 0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 00:00

 

moving violationMOVING VIOLATION de Melanie JACKSON

Ed Smashword Edition

Pages : 163

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : policier

 

 

Toute petite déjà Chloe Boston voulait entrer dans la police et résoudre des enquêtes criminelles mais son petit gabarit ne lui a pas permis de passer les épreuves physiques d’entrée à l’école des officiers de police. Elle a néanmoins réussi à décrocher un poste dans sa ville natale : elle est en charge de surveiller les infractions au stationnement. Quant, elle ne distribue pas des contraventions, elle écrit des romans (policiers bien sûr) et fait partie d’un groupe d’écriture local. Lorsque son collègue et ami Jeffrey disparait la nuit où un notable du coin décède de façon suspecte, Chloe se met aussitôt en mode alerte et décide de mener sa propre enquête.

 

Alors sur cette idée de base, c’était bien partie pour me plaire, surtout l’idée avancée sur la présentation de l’éditeur d’une enquête menée grâce à l’aide du groupe d’écrivains amateurs. Mais, et il y a un mais. Si l’héroïne est ma foi sympathique, sa famille un rien excentrique (papa est l’ex chef de la police viré pour faute professionnelle) ce qu’il faut, la petite ville d’Hope Falls et ses habitants tout aussi sympathiques, je trouve quand même que question intrigue policière c’est léger, très léger. Certes, je ne m’attendais pas à du procedural hard core mais quand même !

 

Je comprends que sur le premier tome d’une série, on ait besoin de passer du temps sur la présentation du contexte, de l’environnement et des personnages mais quand sur 163 pages, il faut attendre le dernier tiers pour avoir enfin un début de travail d’investigation, c’est un peu trop long. Ce gros déséquilibre dessert forcément le récit. Ça et quelques invraisemblances (un policier disparait subitement et ça n’inquiète personne dans sa hiérarchie ni parmi ses collègues sauf l’héroïne ? J’y crois moyen) me gênent un peu aux entournures. Sans compter que je n’ai pas bien vu l’intérêt de donner une explication finale pareille sauf à faire passer les membres de la police pour des zéros absolus et le personnage principal pour un génie.

 

Limite, il n’y aurait eu aucune intrigue policière cela ne m’aurait pas gênée, d’autant que le côté chronique d’une petite ville américaine est plutôt réussie et c’est probablement la raison pour laquelle je suis allée au bout. Les personnages sont attachants, ou intéressants dans leurs qualités et défauts, j’aime bien le côté, tout le monde connait tout le monde ou presque et l’historique de la petite ville est amusant à découvrir. Alors est ce que la suite hausse le niveau d’investigation criminelle un peu plus loin ou non ? A voir, mais là tout de suite, je ne suis pas follement enthousiaste.

 

note25

Repost 0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 00:00

 

a moment of silenceA MOMENT OF SILENCE d'Anna DEAN

Ed Allison and Busby

Pages: 206

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : policier historique

 

 

Pourquoi le fiancé de Catherine a-t-il rompu ses fiançailles si soudainement, le soir même de leurs officialisations lors d’un bal ? C’est ce dont Catherine charge sa tante Dido Kent de découvrir. Mais une femme inconnue retrouvée morte dans les buissons de la propriété du père du fiancé va compliquer l’affaire. Y aurait-il un rapport entre ces deux faits ?

 

Dido est une fine observatrice dont l’intelligence pour débrouiller le sac de nœud que représentent un meurtre et un fiancé volatilisé force le respect et l’admiration. Peu à peu, les secrets qui cachent d’autres secrets sont mis à jour et je me suis prise au jeu, ravie de participer au jeu de piste et de suivre les différentes étapes du raisonnement de l’héroïne dont l’auteur nous fait profiter en alternant judicieusement les lettres qu’elle écrit à sa sœur Eliza et l’action en elle-même. Petit à petit, indice par indice Miss Dido Kent parvient à la vérité.

 

Le début du roman m’avait laissée perplexe mais le développement inattendu du récit m’a finalement séduite. L’atmosphère proche des romans austeniens (du moins dans l’époque, 1809 et le cadre de la campagne anglaise) ainsi que l’écriture fluide et élégante, très agréable sont également un plus non négligeable. Il y a par moment de la grâce dans certains passages notamment tous les non-dits entre Dido et William Loomax par exemple.

 

Cette chère Dido, est irremplaçable pour ses frères et sœurs qui ont toujours besoin d’une tante célibataire pour veiller sur les intérêts de leurs rejetons et nul doute que la prochaine étape chez l’un ou l’autre des membres de la famille de cette détective peu commune l’amènera à d’autres enquêtes tout aussi passionnantes.

 

note41.jpg

Repost 0
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 00:00

 

le chauffe eauHISTOIRE DE L’HUMANITE Fragment I :

LE CHAUFFE-EAU (EPOPEE) d'Antoine MARTIN

Ed Au Diable Vauvert

Pages : 65

Format livre numérique

Genre : littérature française

 

 

Au détour d’un vagabondage du côté d’une librairie numérique, je suis tombée sur ce titre  et j’ai craqué. Et j’ai bien fait. Car mine de rien ce petit texte (oui c’est très court) est une source inépuisable d’humours, de vérités ô combien pertinentes sur la nature humaine face à l’adversité d’une machinerie perverse capable de l’imagination la plus débridée quand il s’agit de vous pourrir la vie.

 

Le postulat de départ est simple. Un chauffe-eau en panne d’un côté, un père de famille avec sa boîte à outils très succincte et son inaptitude au bricolage de l’autre et en avant la galère ! Le tout raconté avec l’emphase d’une grande saga épique et ponctué de la série de cataclysmes attendus avec jubilation par le lecteur (certaines chutes se voient venir de loin mais on serait déçu, si elles n’étaient pas au rendez-vous). Vous pouvez vous laisser tenter sans problème.

 

Les plus sûres parmi celles de ses connaissances qui étaient notoirement compétentes pour régler l’incident en trois brossées de cuillère à pot furent diligemment consultées. Aucune ne s’offrit pour un coup de main (les rats !), mais les diagnostics qu’elles rendirent furent unanimes. (extrait)

 

note451.jpg

Repost 0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 00:00

 

lansquenetLANSQUENET de Pierre COMBESCOT

Ed Grasset

Pages : 282

Grand format

Genre : Littérature française

 

 

 

 

 

Il est de ces livres que pour des raisons que la raison ignore, on lit jusqu’au bout tout en se demandant mais pourquoi je lis ce truc-là qui ne me fait ni chaud ni froid depuis le début alors que ma pile à lire déborde de livres tellement plus excitants.

 

Vous l’aurez compris, je me suis ennuyée ferme pendant la lecture de ce qui pourtant partait pas trop mal. En pleine débâcle allemande, Kuno Von Urslingen-Frundsberg tente de regagner la maison de son enfance et de retracer dans le même temps son arbre généalogique des plus compliqués vu les nombreux secrets de famille bien tordus qui le caractérise. Évidemment, j’avais deviné de quoi il retournait exactement et donc rien ne fut vraiment une surprise pour moi. D’autant que le personnage principal ne m’intéressait absolument pas ni même sa famille dysfonctionnelle au possible. Si j’ai continué c’est vaguement pour espérer un quelconque rebondissement, un personnage qui me ferait entrer enfin dans le récit. Et en fait rien du tout.

 

Tout ça pour pas grand chose.

 

note25

Repost 0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 00:00

 

le roman policier historiqueLE ROMAN POLICIER HISTORIQUE

de Jean-Christophe SARROT et Laurent BROCHE

Ed Nouveau Monde

Pages : 495

Grand format

Genre : essai

 

 

Quand j’ai vu le livre sur le rayon consacré aux policiers à la bibliothèque, je m’en suis saisie rapidement. Un essai sur un de mes genres de prédilection, pensez donc ! Impossible de laisser passer ça. Et j’ai eu raison. Parce que j’ai dévoré l’ouvrage en très peu de temps et je songe même à me l’offrir (peut-être s’il sort en version poche).

 

La première partie aborde le genre proprement dit : qui en écrit et pourquoi, comment le genre est-il perçu, quels sont les points communs de ces nouveaux détectives, quels sont les secrets de fabrication d’un polar historique et d’autres questions passionnantes avec les réponses d’auteurs, de critiques, de lecteurs lambdas, ou de directeurs de collections.

 

La seconde partie se centre sur le genre par rapport à la discipline historique. A quel point ces romans sont-ils justes par rapport aux époques traitées, pourquoi faire sciemment des anachronismes, quels points communs peuvent avoir l’historien et le détective ?

 

Si on ajoute à cela une liste non exhaustive de 125 titres histoire de plomber encore plus sa petite liste à lire, des adresses de sites à consulter, plus d’autres ouvrages bibliographiques, le tout est donc très complet et m’a donné envie de redonner leurs chances à quelques séries dont je n’étais pas forcément convaincue de leurs intérêts.

 

Seul truc qui gêne, les révélations de certaines fins de ces romans notamment les noms des coupables ou des révélations sur le héros qui vont forcément gâcher la lecture de celui qui n’a pas lu les livres concernés (Maisie Dobbs, L’aliéniste et l’Ange des ténèbres notamment). Sans doute, les auteurs ont-ils pensés que leurs lecteurs avaient lu l’intégralité de la production avant de les lire eux. C’est dommage mais cela ne gâche pas pour autant le travail vraiment bien pensé et passionnant à lire.

 

note41.jpg

Repost 0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 00:00

 

her-royal-spyness.jpgHER ROYAL SPYNESS de Rhys BOWEN

Ed Berkley

Pages : 324

Version originale : anglais

Format poche

Genre : policier

 

 

 

1932, Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugénie fille de feu le duc de Glen Garry et Rannoch, Georgie pour les intimes est une jeune aristocrate qui décide qu'épouser le prince choisi par sa famille et qu'elle a rebaptisé Fishface ne lui convient pas.

Elle fugue donc à Londres mais parfois être de sang royal, sans qualification professionnelle et totalement fauchée n'aide pas beaucoup. Après avoir été renvoyée au bout de quelques heures de travail au rayon parfumerie d'une grande enseigne, la voici qui s'improvise service de nettoyage de maison et appartement, le tout sous un faux nom bien sûr (on ne peut tout de même pas déchoir à ce point). Elle est ensuite recrutée par la reine pour une mission d'espion : s'assurer que le prince De Galles ne se soit pas entiché d'une femme mariée et américaine (horreur) une certaine Mrs Simpson au point de causer un scandale sans précédent.

Et pour couronner le tout de sa vie trépidante de jeune femme indépendante et toujours aussi raide question finance, voilà qu'elle trouve un homme mort dans sa baignoire. Vraiment quel total manque de savoir vivre ! Il va donc falloir mener l'enquête et découvrir qui a bien pu l'assassiner sous peine que son  spineless dedemi-frère l'actuel duc ne soit condamné pour meurtre...

 

Que voilà, le premier tome d'une série policière des plus réjouissant avec un personnage attachant qui semble tout comme une certaine Stephanie Plum avoir le chic pour se prendre les pieds dans le tapis même quand il n'y en a pas. Heureuseemnt que Georgie peut compter sur son amie Belinda fantasque et excentrique créatrice de mode et du beau et séduisant irlandais Darcy O'Mara (ça ne s'improvise pas tout de même) sympathique aristocrate tout aussi sans le sous qu'elle pour l'aider à coincer un assassin retors qui semble vouloir l'éliminer elle-aussi. J'avais beaucoup apprécié de l'auteur le premier tome des enquêtes de Molly Murphy, et je suis sous le charme de cette nouvelle série également. Il va donc falloiçr que je lise les deux bien entendu. Ah pas facile, de maitriser une PAL quand on y pense. Donc une très chouette intrigue avec des personnagses haut en couleurs et un assassin plutôt bien trouvé. Je recommande

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

 

a royal painA ROYAL PAIN de Rhys BOWEN

Ed Berkeley Prime crime

Pages : 256

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : policier

 

 

Georgie toujours aussi fauchée, n’est décidemment pas aidée. La reine lui a demandé un service qu’elle n’a pas pu refuser et pourtant, elle aurait peut-être dû. Toujours dans l’optique de décrocher son fils, l’héritier, le prince de Galles des griffes de l’infâme Mrs Simpson, Sa Majesté a conçu un plan diabolique et imparable. Faire venir d’une contrée germanique, une jeune et belle princesse, tout juste sortie du couvent et organiser une rencontre fortuite entre les deux. Pour que la jeune fille ne se sente pas trop seule, elle charge donc lady Georgiana de l’accueillir chez elle et de lui faire connaître la vie londonienne (comprenez shopping de luxe et restaurants assortis). Donc comment Georgie va-t-elle pouvoir loger et nourrir une princesse, son chaperon et sa femme de chambre alors qu’elle n’a pas de serviteur et pas d’argent pour en embaucher ou pour remplir le garde-manger ? A cela s’ajoute que les cadavres commencent à pleuvoir autour d’elle, encore une fois…

 

Le seul petit bémol dans l’histoire, c’est que l’identité de l’assassin soit si euh prévisible. Mais ça ne gâche absolument pas l’ambiance délirante, les personnages toujours aussi attachants (rhaa ! le mystérieux lord Darcy O’Mara) et en plus c’est drôle. On peut s’étonner que l’héroïne ne percute pas aussi vite face à certaines évidences mais bon, limite si l’histoire ne se passerait pas de l’intrigue criminelle. Quant à la petite chose fragile et timide sortie de son couvent que recueille Georgie, c’est en fait une très jolie jeune fille, pas timide du tout, qui a appris l’anglais en regardant des films de gangsters américains (d’où des expressions argotiques du plus bel effet) et qui visiblement n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de séduire (et plus si affinité) tous les hommes séduisants qu’elle peut croiser. La pauvre Georgiana a du souci à se faire.

 

Une très sympathique petite série policière, légère et pétillante, à suivre.

 

note41.jpg

Repost 0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 00:00

 

la grande mêléeLA GRANDE MÊLEE de Michel TREMBLAY

Ed Actes Sud

Pages : 273

Grand format

Genre : littérature québécoise

 

 

 

 

1922, Nana et Gabriel vont se marier. Et Maria la mère de Rhéauna s’angoisse, comment payer les frais de cette noce qu’elle veut grandiose pour sa fille aînée ? Tout le monde sera là. Les tantes Bebette, Regina-Coelis, Tititte et Teena, l’oncle Ernest, et même la scandaleuse cousine Ti-Lou la louve d’Ottawa. L’oncle Josaphat viendra jouer du violon lui qui a retrouvé Florence et ses filles, ses curieuses dames fantômes tricoteuses qu’il est le seul à voir. Ce sera un beau mariage même si l’avenir semble incertain pour le jeune couple.

 

C’est amusant de découvrir les personnages encore enfants que sont Edouard ou Albertine, de voir comment vont se nouer le destin des deux familles et ce qui va advenir aux uns et autres. Et puis on a droit à quelques morceaux de bravoure, le choix de la robe de mariée, la recherche du financement du mariage, les angoisses des plus jeunes qui vont être privés de leur seconde mère. Et au milieu de ce chaos ambiant Rheauna qui irradie de joie et de bonheur rejaillissant sur chacun des personnages.

 

Une noce des plus réussie.

 

note451.jpg

Repost 0