Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 07:32

 

L-astragale.jpgL'ASTRAGALE d'Albertine SARRAZIN

Ed Pauvert

Pages :226

Grand format

Genre : littérature française


 

 

 

 

L'astragale c'est une plante, c'est aussi un os de la cheville que se fracture Anne lord de son évasion d'une prison pour mineure. De là, elle rencontre Julien lui aussi en cavale qui l'aide à se cacher et à échapper à la police. Anne c'est Albertine, qui aura aussi connu la prison, et la délinquance. On s'attache beaucoup à son héroïne, son alter ego qui court après la liberté sur des béquilles, parfois, on la trouve un peu sans gêne et égoïste aussi. Une relecture qui m'aura permis d'apprécier un peu plus le récit de cette folle cavale et l'écriture  énergique et inventive avec laquelle se construit l'histoire ce qui ne m'avait pas sauté aux yeux lors de la première lecture (je devais être un peu trop jeune je pense). A découvrir.

 

note351.jpg

 

 

 

 

Et encore un auteur dans le

 

chanec2011

 

Catégorie auteur mort avant 35 ans : Albertine Sarrazin (1937-1967)qui peut aussi entrer dans la catégorie auteur mort dans des circonstances particulières puisque c'est dans les suites d'une banale opération chirurgicale qu'elle décède faute à la négligence de l'équipe chirurgicale qui sera d'ailleurs condamnée au tribunal.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 00:00

 

project xPROJECT X de Jim SHEPARD

Ed Liana Levi

Pages : 190

Trad (anglais, états unis) : Françoise Bouillot

Grand format

Genre : littérature américaine

 

 

L'éditeur «Tout le monde est dans un groupe. Au sommet, il y a les sportifs. A côté des sportifs, il y a les Buffy parce qu'ils ont l'air de sortir tout droit d'une série télé. Derrière les Buffy, il y a les types qui ont l'esprit de l'école, ceux qui organisent les rallyes, les bals à thème. Derrière eux; les types qui jouent dans un groupe. Derrière eux, les artistes. Derrière eux, les rebelles. Derrière eux, les tox. Derrière eux; les tarés. Derrière eux, les bouseux qui vivent dans des caravanes. Derrière eux, nous. Notre groupe est un groupe de deux.... »

 

 

Edwin et Roddy ne supportent plus l'école, les élèves, les professeurs et le monde en général. Sans aucun centre d'intérêt, en échec scolaire, régulièrement en train de se battre avec d'autres élèves, ils profitent des armes que collectionne le père de Roddy pour monter un « projet scolaire » personnel. Dès le début, c'est mal parti pour les deux garçons, et la tension monte jusqu'au drame final. Comme quoi, quand on laisse à porter de mains des « jouets dangereusement mortels » et qu'on banalise l'usage d'avoir un arsenal chez soi, et bien il est assez logique de voir que ces adolescents mal dans leurs peaux et ne se trouvant aucun avenir dans l'existence envisagent comme seule solution l'idée de faire un carnage. Démonstration en moins de deux cents pages d'un désastre annoncé.

 

note351.jpg

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 12:03

 

Sur les traces du serpentSUR LES TRACES DU SERPENT de Mary Elizabeth BRADDON

Ed Joelle Losfeld

Pages :437

Trad (anglais) : Alexandre Du Terrail

Grand format

Col : littérature étrangère

Genre : littérature anglaise

 

 

 

Bon alors sans être une déception, je me suis moins passionnée pour cette histoire. que pour Le secret de Lady Audley. Certes, l'auteur a le truc qui fait que je suis restée scotchée au livre jusqu'au bout mais bizarrement, j'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à m'immerger totalement dans le récit mais c'est également un premier roman donc forcément moins abouti que les suivants. Il me semble également que les ficelles utilisées et qui fonctionnaient très bien à l'époque où a été écris le roman apparaissent trop énormes de nos jours pour être crédibles, voire limite invraisemblables pour certaines.

 

Mis à part ça, nous avons quand même le portrait d'un criminel d'une intelligence prodigieuse, pervers, manipulateur, totalement insensible aux opinions d'autrui, cachant sous son apparence de jeune homme bien sous tous rapport, une ambition démesurée et aucune inhibition morale pour parvenir à son but : la richesse et le pouvoir.

 

Et puis, l'auteur ne se gêne pas pour égratigner l'hypocrisie ambiante de l'époque, la misère sociale et humaine, bref un portrait pas très glorieux en fait. L'ironie caustique de Mary Elizabeth est assez jubilatoire dans certains passages notamment dans ses descriptions de la bonne société de la petite ville de Sloperthon qui n'en sort pas grandi.

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

Et encore un auteur pour :

 

chanec2011

 

Mary Elizabeth Braddon (1837-1915) : visiblement assez scandaleuse dans son genre puisqu'elle entame une carrière d'actrice pendant trois ans avant de se consacrer à l'écriture. Elle rencontre l'éditeur John Maxwell dont l'épouse est internée dans un asile d'aliénés en Irlande. Cela n'empêchera pas le couple de vivre ensemble Mary Elisabeth devenant la belle mère plus ou moins officielle des cinq enfants de son compagnon, qu'elle épousera à la mort de l'épouse légitime en 1874. Ils aurons six enfants. Auteur prolifique, elle meurt en 1915 à Richmond dans le Surrey. Il semble qu'un certain nombre des rues de la ville sont été renommées d'après les personnages de ses romans.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 07:52

la veuve du gouverneurLA VEUVE DU GOUVERNEUR de Marie Eve STENUIT

Ed Le castor Astral

Pages : 290

Grand format

Genre : roman historique

 

 

 

En 1595, une expédition est lancée à partie du Pérou pour coloniser les Les îles Salomon, expédiction réunissant des colons et leurs familles et qui se soldera par un échec retentissant. Cette aventure est marquée par l l'orgueil démesuré et la volonté inflexible d'Isabel Barreto, l'épouse d'Alvaro de Mendana de Neira le chef de l'expédition nommé gouverneur des îles...

 

Inspiré d'une histoire vrai, le roman est truffé de naufrages, de tempêtes, de mutinerie, d'épidémies, de personnages haut en couleur et surtout marqué par le personnage de la gobernadora Isabel formidable personnage imbue de son rang et ayant une ambition démesurée, totalement indifférente à la souffrance ou la mort d'autrui, elle n'aura quasiment aucun problème pour abandonner à une mort certaine les passagers d'un navire de l'expédition entrain de couler dont sa propre soeur alors enceinte. Le personnage en devient effrayant et fascinant d'égoïsme et d'orgueil. Le récit ne tient que grâce à cette personnalité hors du commun. Jusqu'au bout, on se demande s'il y aura des survivants à cette désastreuse aventure. Forcément oui sinon, il n'y en aurait pas eu un récit circonstancié rapporté par le pilote de l'expédition mais dans quel état ces malheureux parviendront à bon port c'est là toute la question que l'on se pose à la lecture.

 

note351.jpg

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 07:56

l-amant.jpgL'AMANT de Marguerite DURAS

Ed Les éditions de minuit

Pages : 142

Grand format

Genre : littérature française

 

 

 

 

 

 

chainys.jpg

 

 

 

 

Le retour de la chaîne des livres enfin ! Je n'avais jamais lu L'amant (honte sur moi je sais...) et donc cette chaîne étant une bonne occasion j'ai pu combler cette lacune. A vrai dire, si j'ai plutôt apprécié la lecture je n'ai pas réellement eu de vrai coup de coeur. Les incessants passages de la première personne à la troisième m'ont un peu perturbé et j'ai parfois eu du mal à savoir de quel personnage il était question. Cela dit, c'est une belle écriture et un récit intéressant donc dans l'ensemble c'est une lecture agréable mais qui en ce qui ne concerne que mon avis personnel et forcément subjectif, ne m'aura pas plus emballée que cela.

 

note351.jpg

 

 

 

 

Et parce que Marguerite Duras nous a quitté en 1996 la voici qui peut entrer dans le

 

chanec2011

 

 

L'auteur entre dans la catégorie auteur mort enterré à Paris puisqu'elle a été inhumée au cimetière Montparnasse.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 07:50

william-et-cie.jpgWILLIAM ET CIE de Peter ACKROYD

Ed Philippe Rey

Pages : 219

Trad (anglais) : Berbnard Turle

Grand format

genre : littérature anglaise

 

 

 

William Ireland, jeune homme travaillant dans la boutique de livres de son père rêve de gloire littéraire. Or le hasard met entre ses mains un manuscrit du grand William Shakespeare totalement inconnu. Soutenu par Mary Lamb la soeur de Charles Lamb, le jeune homme va faire ses premières incursions dans le monde littéraire. Mais ces textes du grand barde ne sont-ils pas une habile mystification ?

 

 

Dans ce court roman tout tourne autour du grand Will et surtout de la soeur de Charles Lamb, Mary supportant difficilement de vivre dans le tombeau qu'est la maison familiale, sans aucun espoir d'en sortir un jour. Ce personnage tragique finalement se, retrouve au centre de l'histoire entre deux auteurs en devenir et il est clair qu'elle va en payer le prix fort. J'ai eu du mal à entrer véritablement dans l'histoire, et notamment à me faire à l'obsession de la plupart des personnages pour Shakespeare (les ratiocinations sans fin sur le barde est-il mort catholique donc hérétique m'ont paru un brin surréaliste) et son oeuvre. Cela dit, la lecture est agréable et j'ai passé un bon moment avec ces passionnés.

 

note351.jpg

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 07:03

Les lames du cardinalLES LAMES DU CARDINAL de Pierre PEVEL

Ed Bragelonne

Pages : 300

Grand format

Genre : fantasy historique

 

  Il était une fois trois ou quatre mousquetaires qui euh...non je me suis trompée de livre. Dans celui là, les héros ce ne sont pas les gars en bleu mais en rouge au service du cardinal Richelieu et parmi ces gardes, une élite : les légenda ires "Lames"; menée par le capitaine La Fargue et qui reprend du service après avoir été dissoute suite à une méchante affaire dans le passé. Mais la France a besoin de leurs services et de leurs talents car menacée par une très ancienne caste de dragons magiciens regroupés dans un ordre tentaculaire et puissant : la Griffe Noire.

 

Dans cette histoire de France, les dragons et la magie sont une réalité connue de tous. Il existe même des sangs-mêlés. Bref, voilà un roman de cape et d'épées avec une petite sauce fantasy pour épicer le plat. On croise quelques personnages connus à travers les pages comme un certain Rochefort ou Treville. Il y a des duels et des combats à n'en plus finir, des enlèvements, des retournements de situation, des coups de théâtre, le truc que l'on s'attend à trouver dans ce genre d'histoire.

Pourquoi, ai je eu du mal au final à apprécier le plat ? Au bout d'un certain nombres de pages je me suis lassée très vite de ce récit et j'ai eu du mal à m'intéresser aux personnages censés incarner les héros et même les secrets des uns et des autres, ne m'ont pas si étonnées que cela. Et puis le fin mot de l'histoire m'a paru un peu faible, même la révélation qui clot le livre ne m'a pas paru renversante.

 

Il paraît que le deuxième tome est mieux. Il paraît. Si je le trouve en bibliothèque, je tenterai peut-être le coup d'autant que le début était de cette histoire était prometteur et que j'ai beaucoup aimé cette idée de passer du côté des hommes en rouge.

 

note251.jpg


Partager cet article
Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 07:42

mon couronnementMON COURONNEMENT de Véronique BIZOT

Ed Actes Sud

Pages : 108

Grand Format

Genre : littérature française

 

 

 

 

On vient d'attribuer un prix pour une découverte qu'il a faite il y a des années et dont il ne se souvient plus à un vieux scientifique, désormais à la retraite et vivant seul avec sa femme de ménage

 

Un court récit où l'humour est assez présent ce qui donne beaucoup de charme aux réflexions de ce vieux monsieur plus embêté qu'autre chose par cette soudaine célébrité, d'autant qu'il n'a aucune idée de quoi parle tous ces gens qui le félicitent sans cesse. En même temps, il met un peu d'ordre dans ces souvenirs, et on découvre ses relations avec son frère , l'écrivain célèbre un peu blasé de son succès littéraire, sa soeur Alice obsédée par le rangement et  le chiffon à poussière, son fils qui ne lui pardonne pas le suicide de sa mère, son autre soeur absente et disparue dont il ne se remet pas de sa perte. Sans compter sa femme de ménage Mme Ambrunaz avec qui il entretient une relation amicale presque maritale sur certains points. Une jolie tranche de vie à découvrir.

 

"La cérémonie de mon couronnement scientifique est je l'apprend prévue pour le 12 novembre. Lendemain donc du 11 novembre, où l'on aura exhibé ce qui reste d'anciens combattants, une poignée d'hommes qui aujourd'hui me dis je ne sont plus des rescapés de la guerre mais du temps. Novembre le mois des vieillards et des défunts. Feuilles mortes, fossés humides, ciels absents. Est ce que je me sens honoré ? Non, j'avoue que tout ça m'indiffère. Je m'apprête à quitter sans façon ce monde, et l'on entreprend soudain de m'y ramener à grand renfort de champagne au motif de cette trouvaille de jeunesse dont on m'attribue la paternité quand n'importe quel jeune laborantin tombé dessus aurait pu aisément se l'octroyer et en tirer quelque gloire. Ce n'est pas moi qui serait venu la disputer "(extrait)

 

note351.jpg

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 07:58

Le roman d'oxfordLE ROMAN D'OXFORD Javier MARIAS
Ed Folio
Pages : 330
Trad (espagnol) : Anne Marie Geminuet/Alain Kerozoré
Format poche
Genre : littérature espagnole




chainys.jpgchaîne de lecture


Etant donné les réactions précédentes sur ce livre, j'étais un peu anxieuse de savoir si j'allais pouvoir aller au bout de ma lecture et si le charme prendrait ou non. Alors oui, j'ai pu le finir et non ce n'est pas si catastrophique que ça. Je me suis surtout attachée aux petits détails du quotidien à Oxford, la hiérarchie stricte et assez bien rendu pour être drôle des repas, mais aussi la quête des livres chez les bouquinistes, certains personnages plus intéressants à mon avis que le narrateur. Et je crois que c'est là que j'ai eu du mal à totalement adhérer. Le narrateur m'ennuie, sa liaison adultère, ses réflexions, bref, sa vie ne m'intéresse pas. Sinon c'est un récit plutôt intéressant sur un milieu universitaire peu commun et je pense que c'est comme cela que j'ai pu en retenir des côtés positifs.

 

 

note251.jpg

Partager cet article
Repost0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 07:16

La-patrouille-du-temps.jpgLA PATROUILLE DU TEMPS de Poul ANDERSON
Ed Le Belial
Pages : 231
Grand Format
Genre : sf

Manse Everard est recruté pour intégrer la Patrouille du temps, vaste entreprise planétaire et même extra planétaire chargée de veiller à empêcher des gens mal intentionnés de modifier et réécrire l'Histoire...

C'est un grand classique de l'âge d'or de la sf que je n'avais pas encore lu jusqu'à maintenant. Il s'agit d'une série d'aventures dans diverses époques où le héros se doit de rétablir "la vérité historique" qui est mise en péril par des divergences temporelles dûes à des individus peu scrupuleux. C'est l'occasion de découvrir l'époque romaine, l'empire perse, et le peuple mongol du temps de Khoubilaï Khan entre autres ainsi qu'une réalité alternative plutôt curieuse. Ca se lit bien, les histoires sont variées et assez plaisantes. Dommage qu'Everard soit si monolithique et peu approfondi comme les autres personnages mais ce n'est probablement pas le principal intérêt de l'ouvrage. Le côté didactique genre cours d'histoire est parfois un peu trop appuyé mais dans l'ensemble j'ai passé un bon moment avec ce livre.

 

 

note31.jpg

Partager cet article
Repost0