Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 13:36
LE TUEUR AVEUGLE de Margaret ATWOOD
Ed Robert Laffont/588 p
Trad (anglais Canada) :Michèle Albaret-Maatsch

Le-tueur-aveugle.jpg
 
Laura Chase est l’auteur d’un seul roman Le tueur aveugle publié après sa mort. C’est sa sœur Iris veuve d’un homme politique influent qui s’est chargée de faire publier l’ouvrage et a fait de sa sœur un auteur culte. Mais, l’histoire des sœurs Chase n’est pas du tout ce qu’elle semble être.
 
C’est un récit labyrinthe, fait des souvenirs d’Iris la survivante de toute l’histoire, d’extraits du roman de sa sœur, de journaux, lettres, autour de la famille. Un tour de force dans la construction du roman car bien évidemment, rien n’est ce qu’il semble être, tout est là mais caché. Bien que vers la moitié du récit, on finit par se douter que le récit est un trompe l’œil et que derrière l’écran de fumée se cache une autre histoire dont on devine les tenants et aboutissants, on ne peut s’empêcher d’aller jusqu’au bout pour vérifier notre hypothèse. Les personnages sont suffisamment intrigants pour tenir l’histoire et faire en sorte que le parti pris de l’auteur de rester énigmatique sur son récit et de jouer avec le lecteur accroche. A condition de jouer le jeu bien sûr.  

Partager cet article
Repost0
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 03:36
PERDU LE PARADIS de Ces NOOTEBOOM
Ed Actes Sud/181p
Trad (néerlandais) : Philipe Noble

perdu_le_paradis.jpg
 
Deux brésiliennes découvrent l’Australie. Pour gagner leur vie, elles acceptent de jouer le rôle d’anges le temps d’un Festival autour de la poésie et l’œuvre du Paradis perdu de Milton.
 
Un récit en deux parties, deux points de vues différents sur un même événement. C’est assez particulier. Difficile d’en dire quoi que ce soit. Le propos n’est pas inintéressant, les personnages, les situations sont intrigants et font que la lecture se fait toute seule. Mais que retenir de ce livre ? Quelle conclusion tirer de la narration ? Je me pose encore la question. J’ai aimé l’écriture, les personnages, mais bizarrement je ne suis pas capable de dire quoi que ce soit de positif ou négatif sur le récit. L’impression que j’ai, c’est un inachèvement dans l’intrigue d’où la sensation de frustration à la lecture du moins en ce qui me concerne.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 02:48
MERVEILLEUSE-PLANTE de William GOYEN
Ed Actes Sud/100p
Trad : Patrice Repusseau

Merveilleuse-plante.jpg
 
Tony Sepulveda est déprimé. Un ami lui offre une plante. Or un couple de curieux personnages Monsieur et Madame Cramoisi vivent là dans Merveilleuse-Plante et se présentent bientôt à celui-ci. Ils finissent par sympathiser et Tony fait connaissance avec la communauté à l’abri des feuilles de Merveilleuse-Plante. On y croise un ver de terre rêvant d’une vie de star, les jumelles coccinelles Dame-Dame I et II, Adèle l’araignée, Le docteur Taupe Emmanuel Molleton un spécialiste des bulbes etc… D’un défilé quasi militaire, à un procès qui se changera en mariage, la vie est palpitante à Merveilleuse-Plante mais au grand regret de Tony, l’hiver arrive et il est temps de partir pour l’en-dessous jusqu’au printemps prochain. C’est un petit récit avec un ton humoristique et beaucoup de tendresse. De quoi vous amener à avoir de longues conversations avec votre plante verte.  
Partager cet article
Repost0
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 03:25
COLLECTION D'AUTOMNE de Jonathan CARROLL
EdPocket/282p
Trad : Hélène Collon

collection-d-automne.jpg
 
Les Silver sont ravis, ils ont déniché la perle rare en matière de femme de ménage : Dieu. Il y a aussi un chien fort utile pour la chasse au Loup-garou, des aides mémoires pour Dieu (toujours lui) atteint d'amnésie chronique, etc...
 
 Comme toujours dans un recueil de nouvelles, il y a du très bon, du bon, du moyen bon, du moyen bof, du pas mal à bien y réfléchir, bref c'est assez inégal, mais la première nouvelle du recueil : Ménage en grand mérite largement le détour. En fait rien que pour cette nouvelle ce recueil mérite que l'on s'y attarde. Jonathan Carroll a cependant une imagination débordante et parvient à intriguer les lecteurs avec des histoires qui parfois prennent des tours inattendus.
 
Partager cet article
Repost0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 03:19
LE CHASSEUR DE TÊTES de Timothy FINDLEY
Ed Le serpent à plume//572p

Trad : Nésida Loyer

Le-chasseur-de-t--tes.jpg 

 
Lilah Kemp ancienne bibliothécaire a laissé par mégarde s’échapper d’Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad le dangereux Kurtz qui devenu psychiatre et patron d’une clinique psychiatrique va se trouver au centre d’une sombre histoire.
 
Oh que ce fut long ! Il faut bien reconnaître que ce livre est loin très loin du charme de Pilgrim du même auteur. J’ai fini par m’y perdre au milieu de cette multitude de personnages qui apparaissent peu à peu dans le récit, le parasitant un peu. Je suis un peu dure, mais le personnage de Lilah me paraissait tellement plus intéressant à suivre. Par contre, l’ambiance sombre, étouffante et lourde de menaces, les horreurs qui se dévoilent peu à peu autour de l’inquiétant Kurtz est bien rendue et c’est à peu près la même ambiance que l’on retrouve dans Au cœur des ténèbres de Conrad. Les références à ce livre sont d’ailleurs bien amenées. Mais, j’ai trouvé lassant et harassant même tout cet imbroglio de personnages et de leurs magouilles sinistres. Peut-être pas la meilleure œuvre pour découvrir Findley à mon avis.
Partager cet article
Repost0
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 10:57
HICKSVILLE de Dylan HORROCKS
Ed L’association
Hicksville.jpg
 
 
Hicksville, petite ville perdue de la Nouvelle Zélande, où tous les habitants sont de fins connaisseurs de comics, BD, mais de ces œuvres qui n’ont jamais eu la chance d’une publication. C’est de là que vient Dick Burger, un grand nom dans l’industrie comics des Etats Unis devenu riche et adulé. Un jeune journaliste a entrepris de découvrir la ville natale de celui-ci et de savoir pourquoi tout le monde le déteste à Hicksville. Voilà une BD qui outre son histoire principale, fourmille d’histoires annexes ou plutôt des fictions de BD révélant peu à peu ce qu’est réellement Hicksville et le pourquoi du mystère autour de Dick Burger. D’où la diversification des dessins. Qui est le mystérieux dessinateurs qui envoient des planches de BD sur l’histoire d’une île qui bouge et des efforts de ses héros pour cartographier un lieu mouvant ? On y trouve des strips comiques qui illustrent plus l’état d’esprit de leur créateur vivant à Hicksville, une femme mystérieuse spécialiste en botanique de retour elle aussi dans cette ville et des habitants fanatiques du thé qui ignorent ce qu’est le café. Une histoire intéressante mais qui s’adresse sûrement à des connaisseurs du genre. Cela dit c’est agréable à lire et le glossaire en fin de volume permet de ne pas être trop perdu. On voit bien l’opposition entre l’artiste et ses aspirations et l’industrie du comics plus portée sur le chiffre d’affaire que sur l’intégrité artistique.
Partager cet article
Repost0
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 10:32
PETITES HISTOIRES DE….L’ÎLE D’OUESSANT
Ed Terre de Brumes/94p
 
Ce petit livre fait partie d’une collection thématique dédiée à l’imaginaire breton. Il regroupe quelques textes sur les histoires, coutumes et légendes de l’île d’Ouessant. Outre que c’est un très joli objet esthétiquement parlant, il est aussi intéressant par son contenu et donne envie de découvrir par soi même. Des histoires de sirènes, des coutumes de deuil et de mariage, des descriptions de paysages fantastiques, de quoi voyager à très peu de frais. Du coup, je me lirai bien les autres petits livres de cette collection :
 
Petites histoires de…
Sirènes bretonnes
Lancelot du lac
Lutins et Korrigans
 
Partager cet article
Repost0
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 02:54
LA ROUTE DE DUNE 
de F. HERBERT B.HERBERT K.J ANDERSON
Ed Ailleurs et demain/40p
Trad : Michel Demuth
 
Petit avertissement : ce livre n’étant pas un roman mais un ensemble de textes autour du roman Dune de Frank Herbert, j’ai délibérément choisi de ne pas lire les nouvelles écrites par son fils Brian et K.J Anderson. Effectivement, j’ai été tellement déçue en lisant la trilogie Avant Dune tellement en deçà de l’œuvre d’Herbert et surtout en contradiction flagrante avec elle que j’ai préféré me concentrer uniquement sur la correspondance de l’auteur, la première ébauche du roman et les chapitres coupés de son roman ce qui représente une bonne partie de l'ouvrage. Je ne peux donc pas vous dire ce que valent les écrits des deux coauteurs de ce livre. 
 
La correspondance entretenue entre Herbert et son agent permet de suivre la lente élaboration du roman et le long et difficile processus vers sa publication qui faillit ne jamais voir le jour (roman trop long, pas assez de super pouvoirs pour le héros, pas assez de science non plus, ce qui valut une réponse argumentée de l’auteur sur le fait que la politique, l’écologie, l’étude des phénomènes religieux sont aussi des sciences) et montre que les chef d'oeuvres sont rarement compris à leur début.
 
La première ébauche du roman permet de se rendre compte de l’étendue du retravail du texte tant sur la forme que sur le fond par l’auteur. Maintenant, comme le texte à a été remanié par les deux coauteurs cités plus haut, quelle est réellement la part de Franck Herbert dans ce premier jet ?
 
Plus alléchant pour les fans : les chapitres et scènes inédits et coupés de Dune et du Messie de Dune et là encore, on voit bien qu’il y a eut un vrai travail de réécriture puisque certaines tournures et expressions des personnages semblent un peu déplacées quand on connaît le résultat final mais c’est toujours passionnant de se plonger dans cet univers si riche.
 
Ce livre est fait pour ceux qui auront lu Dune et ses suites et je conseillerai de lire d’abord l’œuvre avant de vous y intéresser sous peine de vous gâcher les surprises du récit. Et puis je pense que seuls ceux qui auront été captivés par ce roman peuvent apprécier les éléments de cet ouvrage.
 
Dune est un livre univers d’une rare richesse où le lecteur est totalement immergé dans un futur lointain et parfaitement plausible de l’humanité et dans une histoire passionnante et chaque relecture permet de découvrir des éléments nouveaux qui apportent des significations différentes au récit.
 
Et puis j’ai choisi de finir d’une façon non hollywoodienne pour que le lecteur quitte l’histoire en emportant des fragments avec lui. Je ne voulais pas qu’il se sente noué bien proprement avec des fragments de souvenirs qu’il allait oublier dix minutes après. La désinvolture fait partie de nos tares modernes. Je n’écris pas avec désinvolture et je serai navré d’apprendre que quelqu’un m’a lu avec désinvolture. Je crains d’être présomptueux mais je ne porte aucun jugement moral sur ma technique d’écriture. Bonne ? Mauvaise ? Indifférente ? Je revendique les trois. C’est aussi qu’elle contient ce que j’appelle des « niveaux verticaux » dans lesquels le lecteur peut pénétrer. On choisit un niveau pour le suivre durant toute l’histoire. A la relecture vous pouvez choisir tel ou tel autre niveau et découvrir quelque chose de « neuf » dans l’histoire. Cela n’est pas une chose qui peut être soumise à analyse. Il n’existe pas de vérité que l’on peut découvrir ainsi. Extrait (lettre à un fan/La route de Dune F. Herbert, B. Herbert et K.J Anderson)
Partager cet article
Repost0
11 avril 2007 3 11 /04 /avril /2007 02:56
L’OMBRE DE L’OISEAU LYRE d’Andrés IBANEZ
Ed Au diable vauvert/519p
Trad (espagnol) : Antoine Martin
 
Le prince Adénar a quitté sa planète Amaule à la recherche de son âme. Mais, il a échoué bien loin de son but, sur le monde de Démonia. Or, dans ce monde existent des livres pour enfant dont le héros s’appelle Adénar et vit sur un monde où l’on pratique l’art de la mémoire, et où les gens vivent dans L’Instant Eternel. Qui est donc Adénar ? Un personnage de fiction ou quelqu’un qui croit être le prince Adénar ? Et quel est donc le secret des boîtes en bois de houx que possède chaque foyer.
 
Le roman est à mi-chemin entre le conte, le merveilleux et la science fiction puisqu’il est question de vaisseau spatial entre autre. Beaucoup d’idées originales, une ambiance conte à la façon du Petit Prince de Saint Exupéry, des réflexions intéressantes, une écriture agréable à lire et des personnages très attachants. Seul bémol, la fin un peu bâclée, je trouve. L’auteur passe à la trappe quelques pistes qui auraient mérité d’être creusées davantage et les derniers chapitres apparaissent comme trop vite amenés et trop abrupts perdant la poésie du début. Mais dans l’ensemble, le récit reste captivant.
Partager cet article
Repost0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 02:50
SON EXCELLENCE LE COMTE D’ABRANHOS
 de Eça DE QUEIROZ
Ed La différence/212p
Trad (portugais) : Parcidio Gonçalves
 
Le secrétaire particulier de feu le comte d’Abranhos, ministre de la Marine, entreprend la rédaction d’une biographie à la gloire du grand homme.
 
On découvre bien vite que cette hagiographie sert à mettre en évidence, la bassesse, la lâcheté et les actes les plus infâmes de ce cher comte qui n’apparaît décidemment pas à son avantage et dont la figure ne sort pas grandie de cette narration. Ecrite par un serviteur obséquieux, la biographie du grand homme s’efforce de transformer les faits les plus accablants en actes de grandeur et de bravoure. Ironique, l’auteur ne se gêne pas pour présenter un tableau peu reluisant de la classe politique de son époque (XIXème siècle) et manifestement, il manie l’art de la subversion avec beaucoup d’adresse et une évidente jubilation. Une petite critique acerbe, et méchamment caustique bien camouflée sous le ridicule hommage fait à un médiocre. Jubilatoire.
Partager cet article
Repost0