Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 02:55
LES ENCHANTEMENTS D’AMBREMER
de Pierre PEVEL
Ed J’ai Lu/351p
 
Imaginez une ondine pour chaque fontaine, et une dryade pour chaque square ; imaginez des saules rieurs qui s’esclaffent ; imaginez des chats-ailés un rien pédant discutant philosophie; imaginez le bois de Vincennes peuplé de farfadets cachés sous les dolmens, imaginez au comptoir des bistrots, des gnomes en bras de chemise, la casquette de guingois, et le mégot sur l’oreille ; imaginez la tour Eiffel bâtie dans un bois blanc qui chante à la lune ; imaginez de minuscules dragons bigarrés chassant les insectes au ras des pelouses du Luxembourg et happant au vol les cristaux de souffre que leur jettent des enfants ; imaginez des chênes centenaires et sage et bavard ; imaginez une licorne dans le parc des Buttes-Chaumond ; imaginez la reine de fées se rendant à l’Opéra dans une rolls royce Silver Ghost ; imaginez encore de sombres complots, quelques savants fous, deux ou trois sorciers maléfiques et des clubs privés de gentlemen magiciens .. (extrait). Bienvenu dans le Paris enchanté de 1906 où le métro relie la ville à l’OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer.
 
Ce roman est un charmant divertissement et il est inutile d’y chercher autre chose. On enquête sur un trafic d’objets magiques qui cache un sombre complot contre Ambremer et sa reine Méliane dans une ambiance feuilleton et avec un brin d’humour. Il y a vraiment quelques très bonnes idées comme l’intervention des personnages des fameuses Brigades du Tigre, celle de Lord Dunsany (auteur de La fille du roi des elfes, de la fantasy avant Tolkien) en magicien, ou encore la création de ces chats ailés originaire de l’Outremonde qui parlent. Ils sont savants, qualité qu’ils doivent à une longévité exceptionnelle et à une capacité unique, celle s’imprégner de la matière des livres sur lesquels ils dorment. Des livres ou des journaux ou encore de tout écrit, imprimé ou non, correspondance comprise (extrait). Mais, le côté descriptif à l’extrême finit par peser un peu sur l’ambiance. Il ne se passe pas une page sans qu’un personnage ne nous soit décrit physiquement, avec les vêtements qu’il porte eux aussi décrits en détail, et au bout d’un moment ça lasse. Certes, on visualise très bien les personnages, les scènes, et le décor si particulier de l’époque avec un rien de magie là dedans, mais cela bloque aussi l’élan pour entrer dans le récit. A part ce détail, rien à redire, c’est du divertissement agréable, plein de fraîcheur, avec des personnages qui s’en donnent à cœur dans cette histoire.
Repost 0
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 02:47
LES NUITS BLANCHES DU CHAT BOTTE
de J.C DUCHON DORIS
Ed 10/18 238p
 
En octobre 1700 des crimes sanglants ont lieu dans la région des Alpes provençales. Quel lien existe t-il entre un couple de vieux bergers morts étranglés avec des cailloux blancs dans la bouche et des jeunes filles recouvertes d'une cape rouge ? Le procureur Guillaume de Lautaret aidée par Delphine d'Orbelet jeune fille de la noblesse locale mène l'enquête.
 
Une enquête au pays des contes de fées. L'écriture est agréable à lire et l'assassin est très bien caché. Un bon policier sur fond de chasse aux protestants commençant pas la traditionnelle phrase des contes : Il était une fois...  J'ai passé un bon moment à trifouiller mes neurones pour trouver l'assassin (vraiment très bien caché) mais je n'ai pas sauté au plafond non plus en criant au génie. Disons, que le récit est suffisamment captivant pour qu'il se laisse lire facilement. Reste à savoir si le deuxième tome de la série ne serait pas plus intéressant.
 
Repost 0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 06:29
AUTOBIOGRAPHIE D’UNE TUEUSE
de Brigitte KERNEL
Ed Flammarion/304p
 
Eugénie Grandet, 82 ans, a bel et bien l’intention d’être la première centenaire de son petit village de France et de connaître la gloire télévisuelle. Pas question d’être doublée par les petits vieux qui ont eu le mauvais goût d’avoir quelques années d’avance sur elle, quitte à les dégommer proprement. C’est qu’elle s’y entend très bien cette petite mamie pour se débarrasser des gêneurs ou de ceux qu’elle aime trop. Après tout elle a bénéficié de l’éducation d’une tante spécialiste dans l’art de mitonner des petits meurtres parfaits qui ne laissent jamais de trace. En attendant, Eugénie se passionne pour l’émission Retrouvailles et voue un culte à sa présentatrice Clémence et est prête à tout pour attirer son attention et ce ne sont pas quelques cadavres de plus à son actif qui vont la gêner.
 
Les grands criminels ne sont pas toujours ceux que l’on croît, il se pourrait que se soient ceux qui ne se font jamais prendre et que personne ne songerait à soupçonner une seconde. Mais, le journal intime de cette vieille dame indigne capable de tout pour accéder à la gloire est là pour nous ouvrir les yeux sur l’art et la manière de conduire son prochain au cimetière. Spécialiste des accidents « la faute à pas de chance », empoisonnement « suicide » ou « erreur dans la prise des comprimés » ou « la bonne vieille recette des champignons façon tante Faujeron », Eugénie a grandi dans l’ombre d’une tante meurtrière qui lui a légué son art et a pris grand soin d’appliquer les leçons apprises. Avec amusement, on finit par découvrir ce qui se trame réellement dans la nouvelle lubie télévisuelle d’Eugénie et on finit avoir pitié de ce « monstre » qui aura probablement été manipulée toute son existence. Mais bon, pas question de rester seule un instant avec cette vieille dame pas si inoffensive que cela, on ne sait jamais.
Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 00:36
LA COMPAGNIE DES FEES de Gary KILWORTH
Ed Librairie des Champs Elysées/377p
Trad : François Truchaud
 
La forêt de Sherwood se rétrécit et est trop polluée par les mortels, c’est la raison pour laquelle Obéron roi des elfes rassemble le peuple magique et avec l’aide de Sid mécanicien de son état embarque dans un car direction une nouvelle forêt ailleurs. Mais Morgane le fay a décidé de s’emparer du bébé humain que Titania a volé à sa mère pendant la course. Et le monde connaît des turbulences magiques.
 
L’idée d’une bande d’elfes traversant l’Angleterre à bord d’un bus, ça avait l’air sympa. Et effectivement c’est une histoire qui se lit bien. Truffée de référence au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, et c’est peut-être là que j’ai eu du mal. Les personnages faisant trop théâtral pas assez crédible, j’ai un peu décroché à la lecture et je n’ai probablement pas réussi à apprécier le récit. Dommage parce que les dialogues et les situations sont vraiment très drôles mais ce sont les personnages qui clochent à mon sens. Ils ne me paraissent pas vrais du tout et du coup je ne me suis pas intéressée à eux ni à ce qui leur arrivait.
Repost 0
17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 08:15
L’OISEAU MOQUEUR de Sean STEWART
Ed Calman Levy/251p
Trad : Nathalie Mège
 
 
A la mort de sa mère Toni Beauchamp et doit prendre en charge sa jeune sœur, s’occuper de son père, régler la tonne de dettes monstrueuse de sa mère. Difficile quand on est enceinte et qu’on se fait virer peu de temps après l’enterrement. Pour couronner, le tout, sa mère était une sorcière et se faisait régulièrement investir par des divinités mineures, Les Cavaliers, et elle a donné cet héritage à sa fille qui n’en a jamais voulu.
 
Jeune femme trentenaire célibataire, travaillant dans la finance, cherche à se débarrasser d’Esprits encombrants, à veiller au bon déroulement du mariage de sa sœur et à accoucher dans de bonnes conditions. On entre très vite dans cette famille hors norme où rien ne se passe jamais comme ailleurs et le capital sympathie pour les personnages joue à fond. Le surnaturel ici n’existe qu’en filigrane, en réalité il s’agit plus d’une histoire sur l’acceptation de ses racines et sur les relations entre les membres d’une même famille et les « joies » d’une grossesse. Par contre, il y a de bons moments de rigolade, comme ce détournement de pub absolument hilarant, lorsque Toni qui a quitté son corps au profit d’un des Cavaliers demande ce que cette absence a coûté vu la propension à la dépense dudit Esprit. Réponse de la frangine (qui a le don de voir l’avenir mais seulement les événements heureux) : « J’ai pas réussi à suivre en détail pour tout te dire.. J’ai tout mis sur ta carte Gold…..American Express, chantonna t-elle, ne quittez pas votre corps sans elle !. ». Un roman qui a un bon potentiel pour vous faire sourire. 
Repost 0
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 03:08
L’HOMME DES DEUX TRIBUS d’Arthur UPFIELD
Ed 10/18 288p
Trad : Michèle Valencia
 
Nullarbor est un immense désert au sud de l’Australie. Et c’est dans cette zone désertique qu’aurait disparu une femme qui s’est mystérieusement volatilisée d’un train. Napoléon Bonaparte dit Bony inspecteur de police est envoyé sur place pour la retrouver.
 
Nous voici donc avec l’un des tous premiers polars ethnologiques et on peut supposer qu’à l’époque de son arrivée c’était une idée novatrice et originale. L’histoire est par contre réellement tirée par les cheveux et peu crédible dans l’ensemble. Mais bon c’est un divertissement sympathique quand même. Quant au héros Bony, je n’arrive pas à lui trouver une profondeur et une personnalité. En même temps c’est le premier roman que je lis de cette série et les choses s’améliorent un peu avec les autres. J’ai donc été un peu déçue par cette série pionnière en un sens, j’en attendais sûrement plus qu’elle ne pouvait donner.
Repost 0
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 01:19
L’ENFANT DE BRUGES de Gilbert SINOUE
Ed Gallimard/426p
 
A Bruges, Le jeune Jan a été adopté par Jan Van Eyck et est devenu son apprenti. Mais une série de meurtres va bouleverser la vie du jeune garçon, tous ont un rapport avec le Maître de la peinture flamande mais également l’imprimerie.
 
Un roman qui se lit, mais pour lequel je n’ai pas d’intérêt particulier. Une petite lecture sympathique sur l’époque de la pré renaissance, les nouvelles découvertes en matière d’art ou de technique de l’époque, et l’intégrisme religieux. Le problème vient que le danger que peut courir le jeune Jan ne m’a pas passionné ou fait frémir. En réalité, aucun personnage ne m’a intéressé. Et ce qui m’agace de plus en plus dans certains romans historiques c’est qu’au moindre prétexte, un auteur vous sort son article encyclopédique sur tel aspect de la vie à l’époque en plein milieu de l’intrigue. A la limite, une note en bas de page me conviendrait mieux. Et enfin quant au pourquoi du comment toutes ces morts violentes, je ne dirai qu’une chose : tout ça pour ça ! Ce n’est pas un mauvais roman en soi, juste qu’en matière de roman historique, j’ai lu mieux ou du moins qui me plait davantage.
Repost 0
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 02:50
TU PAIES UN CANON ? de John CROSBY
Ed 10/18 319p
Trad : Michel Deutsch
 
Le professeur Cassidy a accepté un petit boulot occasionnel, une filature d’un type qui transporte des valises. Seulement voilà, quand votre employeur est une huile du renseignement, pas étonnant qu’une filature vous conduise droit dans les pires ennuis.
 
Cassidy et Lucia le retour ! Cette fois ci, l’intrigue se déroule dans le milieu des marchands d’armes, avec la participation de quelques services secrets et même de la mafia. Notre brave professeur d’histoire médiévale ex agent de la C.I.A aura bien du mal à démêler le nœud de l’affaire et à contrer un individu dangereux qui menace sa fille adoptive Lucia di Castiglione. Une bonne intrigue et de l’humour que demander de plus. L’auteur en profite pour dénoncer quelques pratiques gouvernementales peu recommandables en ce qui concerne la vente d’armes. Le final est l’occasion d’une hallucinante course poursuite mettant en avant deus sous-marins, des hélicoptères et quelques bateaux et en plus c’est raconté avec beaucoup d’humour. Maintenant si quelqu’un vous demande contre paiement de suivre un porteur de valise : refusez net !! Sauf si comme Cassidy vous êtes totalement fauché.
Repost 0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 06:34
LE GRAND VAISSEAU de Robert REED
Ed Bragelonne/413p
Trad : Michel Demuth
 
Un vaisseau immense et vieux de plusieurs milliards d’années a dérivé à proximité de notre galaxie et voyant qu’il était vide, les terriens en ont fait un gigantesque paquebot de luxe pour des milliards de représentants de toutes les espèces intelligentes. La Maîtresse du vaisseau et ses Capitaines gèrent les milliers de salles aussi vastes que des lunes. C’est alors que la découverte d’une salle secrète contenant un monde va tout changer…
 
Des humains immortels, des complots et sous complots, le secret du pourquoi un vaisseau aussi grand et aussi vide, bref une bonne petite aventure même si le côté la technologie ultra développée me permet de revenir à la vie à chaque fois que je meurs dans un accident ou assassiné m’agace un peu parce qu’on ne se sent pas vraiment impliqué par les personnages. Par contre, j’aime bien le dépaysement mais aussi le défi des naufragés sur ce monde étrange de bâtir une civilisation à partir de rien pour retourner dans le grand vaisseau. Les luttes de pouvoir sont bien décrites et on finit même par devenir totalement parano en soupçonnant n’importe qui d’avoir tout manigancé depuis le début. Les sociétés humaines et non humaines qui peuplent le Vaisseau sont suffisamment bizarres et hétéroclites pour accrocher à la lecture et le style n’est pas trop lourd avec quelques pointes d’humour qui rendent le récit agréable à la lecture.
 
Repost 0
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 03:07
LA TOUR DU DIABLE de Mark SUMNER
Ed PressePocket/407 p
Trad : Patrick Couton
 
La guerre de Sécession fut une telle horreur qu'elle a libéré une magie redoutable. Depuis, la plupart des gens se sont retrouvés avec des pouvoirs surnaturels et puisque les bandits sont devenus sorciers, il faut bien que les shérifs disposent eux aussi de talents particuliers dans ce domaine car c'est à coup d'invocations qu'ont lieu les duels. Jake Bird assistant de l'un d'eux se croyant sans pouvoir va devoir affronter l'assassin de son père le puissant et maléfique Custer. Bienvenu dans le nouveau western où savoir jeter des sorts est plus important que d'être un bon tireur.
 
Le cadre du récit change agréablement de l'atmosphère médiévale de la plupart des romans fantasy. Les lecteurs de La tour sombre devraient retrouver un peu l'atmosphère de ces romans bien que l'histoire se démarque de ce cycle. La magie décrite est plutôt originale, on trouve des mages qui sont des gribouilleurs, d'autres qui sont des transformeurs etc...On suit avec plaisir le parcours de Jake Bird en route pour affronter un adversaire particulièrement redoutable. Sans être totalement renversant dans son intrigue (un jeune garçon partit pour sauver le monde et qui se découvre un talent pour la magie), le roman a pour lui l'originalité de l'univers décrit et la magie elle-même qui est cohérente et s'intègre bien à l'ambiance
 
LE TRAIN DU DIABLE de Mark SUMMER
Ed Pocket/346 p
Trad : Patrick Couton
 
Jake Bird le shérif de Medicine Rock a bien du soucis à se faire. Le richissime Jay Gould veut faire passer la voie de chemin de fer qu'il est en train de construire à travers le continent. Seulement, le métal utilisé par la compagnie pour les voies a d'étranges propriétés maléfiques et les objectifs de Gould sont loin d'être honorables.
 
Rebienvenue dans la folle ambiance du western à la sauce fantasy. On retrouve avec plaisir Jake, Josie sa femme, et le petit monde de Medicine Rock mais aussi Buffalo Bill, un faiseur de pluie albinos, une étrange voyageuse dans le temps, des chiens de prairies serviables, un docteur dont l'identité suggérée par l'auteur à la fin du roman est une découverte sympathique. A coup de gesticulage, bavardage et autre gribouillage, il faut lutter contre l'infernal Gould et son plan de domination de tout le continent, mais quelques calibres ne seront pas de trop non plus.
 
 
Repost 0