Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 02:08

 

 

blotto, twinks and the ex king's daughterBLOTTO, TWINKS, AND THE EX KING'S DAUGHTER

de Simon BRETT

Ed Constable & Robinson

Pages : 124

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : policier

 

 

 

Lorsque Devereux Lyminster alias Blotto trouve un cadavre dans la bibliothèque du manoir familial où sa mère reçoit l’ex roi de Mitteleuropean et sa cour en exil et que le cadavre en question fait partie de l’entourage dudit monarque, il va y avoir de l’animation. Surtout quand sa sœur lady Honoria alias Twinks décide de mettre sa redoutable intelligence pour retrouver l’assassin. Parce que s’il faut compter sur la police pour ça…

 

Tout le monde le sait, dans un roman policier c’est toujours le détective amateur qui démasque le criminel, la police n’a plus qu’à l’arrêter. Et c’est bien ce que compte faire l’inspecteur en charge de l’affaire. Car ici, l’auteur joue avec les codes du genre et les pastiche avec bonheur. D’ailleurs les personnages eux-mêmes savent qu’ils vivent un roman policier. Quand Blotto et Twinks perdent la voiture de l’assassin qu’ils poursuivaient, cela n’inquiète pas beaucoup Twinks qui sait qu’à ce moment du récit, il y a toujours un brave paysan qui sert de témoin oculaire pour donner les bonnes informations. Et effectivement, ledit paysan fait son apparition, lui-même a parfaitement conscience de son rôle dans l’histoire.

 

Bref si vous attendez un policier plus ou moins sérieux passez votre chemin. Une fois qu’on s’y fait, le récit est rigolo à suivre surtout grâce aux personnages de Blotto, sa sœur et leur mère, l’impayable duchesse douairière. Blotto le reconnait volontiers, en dehors des chevaux, de la chasse et du cricket où il est incollable, son cerveau n’est guère brillant pour le reste contrairement à sa sœur le vrai cerveau de la famille. Du coup, il enchaîne les gaffes monumentales pour le bonheur du lecteur tandis qu’en arrière-plan Twinks recolle les morceaux et fait progresser l’enquête.

 

Une bonne petite histoire sans prise de tête, plutôt drôle, avec des personnages loufoques en somme.

 

 

note31.jpg

Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 06:27

 

 

freyFREY de Chris WOODING

Ed Milady

Pages : 410

Trad (anglais) : LaurentQueyssi

Format numérique

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

Darian Frey fringant capitaine de l’aéronef la Ketty Jay, et de son insurpassable équipage de fiers aventuriers ou pour coller au plus près de la réalité, Darian Frey pas si fringant capitaine que ça et son équipage de désespérés de la vie, apatrides et trainant chacun un lourd passif, vivant de petites combines minables et miteuses plus ou moins légales, se retrouvent soudainement dans les pires ennuis suite à un contrat qu’ils n’auraient jamais dû accepter. S’ils veulent s’en sortir, il faudra faire preuve d’audace et d’habileté et ça c’est pas gagné surtout quand on a affaire à autant de personnalités disparates, et individualistes.

 

De l’aventure, des personnages plus ou moins originaux, plus ou moins sympathiques, une intrigue qui ne casse pas des briques mais qui a le mérite d’être bien maîtrisée, du rythme, de l’action, et surtout un univers vraiment sympathique et fascinant à découvrir (je crois que c’est ce que j’ai le plus aimé en fait).

 

J’ai passé un bon moment avec Frey et sa bande de marginaux plus ou moins attachants quand on les connait mieux. Entre les deux pilotes de chasseurs l’un atteint de phobie et de paranoïa aiguë et l’autre complètement crétin (y a pas d’autre mot), une navigatrice victime d’une mystérieuse mutation, un médecin alcoolique, un démoniste et son golem baptisé Bess et les autres, on se demande comment tout ce petit monde va bien parvenir à s’entendre pour faire front commun face à l’adversité. D’autant qu’ils ne sont pas aidés par leur capitaine qui est aussi égocentrique que ses compagnons, centré sur ses problèmes personnels. Du reste, Frey et son équipage au complet pourrait faire la fortune d’une bonne dizaine de psys à eux tous seuls.

 

Mais là n’est pas le propos, l’auteur nous propose de l’aventure, une géographie exotique, des peuples un peu étranges et des mystères qui seront peut-être éclaircis dans le deuxième tome. Ne partez pas en courant, oui Frey s’inscrit dans une série mais le premier opus présente une histoire complète ne demandant pas d’attendre les tomes suivants pour en connaître la fin. J’ai beaucoup aimé l’ambiance, le monde présentés par l’auteur et les personnages, l’intrigue même si elle tient la route ne m’a pas donné l’impression d’une folle originalité, mais juste pour l’univers et les personnages, je me lirai bien le second épisode.

 

note351.jpg

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 13:29

 

christine de pizanCHRISTINE DE PIZAN de Simone ROUX

Ed Payot

Pages : 263

Grand format

Coll : Biographie

Genre : Biographie

 

 

 

 

Première femme de lettres ayant vécu de sa plume Christine de Pizan (1363-1430) fille d’un médecin italien du roi de France Charles V entra dans l’histoire lorsqu’à 22 ans, devenue subitement veuve et sans ressources avec ses trois enfants à charge, elle décida d’assumer un métier d’homme et de se consacrer à l’écriture plutôt que d’entrer au couvent ou de se remarier (Note de l’Editeur)

 

Parfois, les biographies permettent de faire des découvertes intéressantes. Christine de Pizan, je connaissais la poétesse et quelques uns de ses poèmes que j’ai lu (si ! si ! je vous assure) mais j’ignorai totalement qu’elle s’était essayée à plusieurs genres littéraires de son époque (jusqu’à un traité de l’art des tournois) ni qu’elle dirigeait probablement un atelier d’écriture et d’enluminure pour l’édition de luxe de ses œuvres et qu’elle en vivait de façon relativement confortable. L’auteur offre également une idée du contexte politique, social et économique dans lequel a évolué Christine ce qui permet de se faire une idée du personnage et de ses œuvres.

 

note351.jpg

Repost 0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 00:00

 

duguesclin et froissardDU GUESCLIN ET FROISSARD : LA FABRICATION DE LA RENOMMEE

de Bernard GUENEE

Ed Tallandier

Pages : 237

Grand format

Genre : essai (histoire)

 

 

 

 

Bertrand Du Guesclin a accompli des prouesses. Il a surtout pris soin de couvir d'or les jongleurs pour qu'ils les chantent. L'obscur petit noble breton né à la Motte-Broons vers 130 s'acquit ainsi une2 remarquable renommée. (extrait)

 

Jean Froissart naquit un peu plus tard très probablement vers 1330 à Valencienne dans le Hainaut (...) L'âge venant, son talent s'affirmant, sa réputation grandissant, il en vint à espérer plus encore. A lui l'historien qui avait tant oeuvré à la renommée des preux, son livre lui vaudrait peut-être après sa mort une durable renommée égale à celle des preux (extrait)

 

 

La notion de Comment devient-«  une star » au moyen-âge ? Comment quitter l’anonymat et parvenir à une forme de célébrité même après sa mort quand on n’est ni prince, roi, ou sans rang ecclésiastique de très haut niveau ? Cette notion de renommée ne va pas de soi à cette époque et arrive assez tardivement, surtout pour les historiens et hommes de lettres qui souvent ne signent pas leurs œuvres quand elles ne sont pas attribuées à un autre. Une lecture intéressante bien qu’une bonne partie du texte m’ait finalement peu interpellée. La seconde partie consacrée à Jean Froissart et surtout aux conditions de travail et de diffusion des textes m’a paru plus vivante et agréable à lire. On y apprend beaucoup de choses passionnantes. Evidemment, le fait que ce livre soit le troisième d’un triptyque et que je n’ai pas lu les deux premiers fausse peut-être mon ressenti. Néanmoins, c’est une lecture que je ne regrette pas d’avoir abordée.

 

note31.jpg

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:00

 

agatha raisin and the quiche of deathAGAHTA RAISIN AND THE QUICHE OF DEATH

de M.C BEATON

Ed Robinson

Pages : 141

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre policier

 

 

Agatha Raisin, active femme d'affaire londonienne décide de s'octroyer une retraite bien méritée en achetant un cottage dans le petit village de Carsely et vivant des rentes que lui ont rapporté la vente de son affaire. Mais à peine installée, Agatha doit vite déchanté, les villages anglais n'ont rien de bien palpitant, les habitants ne sont guère amicaux et on s'ennuie un peu voire beaucoup. Jusqu'à ce qu'elle décide de participer au concours de la meilleure quiche du village et que l'odieux juge du concours qui n'a pas eu la bonne grâce de lui donner le meilleur prix soit retrouvé mort empoisonné après avoir mangé sa fameuse quiche aux épinards acheté chez le meilleur traiteur de Londres qu'elle connaisse.

 

Sacrée Agatha, dans le genre elle fait fort. On ne la trouve pas de prime abord franchement sympathique, mais on finit très vite par s'attacher à elle. C'est vrai qu'elle essaye maladroitement de s'intégrer dans son nouvel environnement et qu'elle fait des efforts honorables dans ce sens. Après tout, grâce à son sens du marketing et de la vente, les oeuvres de charité du petit village ne se sont jamais mieux portées et depuis la malheureuse affaire de la quiche, Agatha a fermement décidé de se mettre elle même à la cuisine, et l'inspecteur de police local est vraiment très sympathique et son nouveau voisin, le très séduisant colonel à la retraite lui fait perdre un peu les pédales. Et dans tout ça, il faut trouver un assassin particulièrement coriace; Certes, nous ne sommes pas dans un roman d'Agatha Christie comme aime le rappeler l'auteur en faisant souvent référence à l'auteur et ses thèmes de prédilection mais tout de même, quand on s'appelle Agatha, on doit bien pouvoir démasquer l'infâme qui lui aura causé tant de tort en empoisonnant sa quiche. Un premier tome d'une longue série (heureusement trouvable en numérique) bien ficelé avec des personnages attachants et une intrigue certes peu révolutionnaire mais qui se laisse lire avec délice.

 

note351.jpg

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 00:00

 

not all tarts are appleNOT ALL TARTS ARE APPLE de Pip GRANGER

Ed Corgi Books

Pages : 199

Version originale : anglais

Format livre numérique

Genre : littérature anglaise

 

 

 

 

 

L'été du couronnement de la reine Elisabeth II, Rosie est une petite fille qui vit dans le café de tante Maggie et Oncle Bert ses parents adoptifs chaleureux et aimants. Mais ce même été, l'héritage familial de Rosie risque de bouleverser sa petite vie heureuse au milieu des habitués un peu fantasques voire légèrement excentriques qui fréquentent l'établissement.

 

Plus que les vicissitudes et les souvenirs d'enfance de Rosie, c'est la description de la joyeuse bande de caractères marginaux et finalement très sympathiques que j'ai vraiment apprécié. Entre l'ex prostituée, l'avocat prêt à défendre toutes les causes, la voyante, la grand tante de Rosie, sa mère qui ne se remet pas d'un traumatisme et plonge dans l'alcool et la prostitution, il y a de quoi faire. Le côté cosmopolite, la solidarité entre les membres de la petite communauté, sont aussi un petit plus agréable à la lecture. Entre les magouilles de la famille biologique de Rosie qui ne sont pas franchement nettes voire même glauques et la famille adoptive de celle-ci, le camp est vite choisi et on espère que les gentils seront récompensés et les méchants bien punis. Une histoire des plus sympathiques à lire.

 

note351.jpg

Repost 0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 00:00

 

 

a la mémoire des mortsA LA MEMOIRE DES MORTS d'Anne PERRY

Ed 10/18

Pages : 379

Trad (anglais) : Luc Baranger

Format poche

Coll : Grands détectives

Genre : policier

 

 

 

La guerre est sur le point de prendre fin, et c'est également pour les Reavley, la fin de leur long combat pour démasquer l'assassin de leurs parents, ce fameux Pacificateur qui leur aura mis tant de batons dans les roues. Mais auparavant, les frères et la soeur Julie, doivent résoudre le meurtre particulièrement sanglant d'une infirmière et faire passer en Angleterre, le seul témoin capable de dénoncer le Pacificateur.

 

Autant l'enquête criminelle est intéressante ainsi que l'ambiance et le contexte des dernières semaines de guerre autant la résolution finale m'a laissée perplexe. Quoi ? C'est tout. Je n'ai pas eu le sens d'une vraie révélation, d'un possible suspens insoutenable Mais, j'ai plutôt eu l'impression d'un final traité à la va vite et qui n'impressionne pas beaucoup. Ce qui est d'autant plus dommage que cet ennemi dans l'ombre aura quand même pendant les quatre tomes précédents été un formidable adversaire pour les Reavley. Dommage, je me console avec l'intrigue criminelle et le fait que ces personnages que j'ai suivis et appréciés pendant toute la série, auront enfin obtenu gain de cause et vont pouvoir tourner la page. 

note351.jpg

Repost 0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 00:00

 

 

 que le spectacle commenceQUE LE SPECTACLE COMMENCE ! D'Ann FEATHERSTONE 

Ed 10/18

Pages : 378

Trad (anglais) : Carine Chichereau

Format poche

Coll : grands détectives

Genre : policier

 

 

Editeur : Dans le monde du spectacle, les apparences sont reines et les secrets mortels. Et s'il y a bien un rôle que l'amuseur public Corney Sage aurait préféré ne pas endosser, c'est être témoin du meurtre de la jeune actrice Bessie Spooner ! Le Constellation Concert Rooms devra se passer de ses services, il préfère prendre la fuite. Mais sous ses nombreux déguisements l'assassin rôde et se rapproche...

 

Au début ça partait pas trop mal. Un meurtre bien horrible façon Jack L'éventreur, deux témoins gênant, une méprise judiciaire...et puis très vite pour le lecteur, le mystère de l'identité du tueur est levé. Alors certes, c'est un peu surprenant et peu commun mais l'intrigue perd un peu de son mystère. Tout l'intérêt par la suite, c'est le jeu de course poursuite entre l'assassin qui a réellement plusieurs identités et déguisements réussis et Corney. L'autre intérêt c'est aussi la description du monde des artistes de l'époque victorienne celui du cirque, des forains, des petits cabarets, etc... Une fois que j'ai fais mon deuil d'un bon classique du whodunit, j'ai apprécié plus sereinement les caractères des personnages, les « gentils » comme le « méchant » (tant d'intelligence au service du crime c'est assez extraordinaire) et la construction du récit qui change de narrateur et donc de point de vue et de style de langage selon que c'est Corney ou l'assassin qui parle. 

note31.jpg

 

 

Repost 0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 00:48

 

 

enchanted-incENCHANTED, INC. De Shanna SWENDSON

Ed Ballantine Books

Pages : 308

Version originale : anglais

Grand format

Genre : chick litt fantasy

 

 

 

 

Katie Chandler savait qu'à New York, les gens étaient bizarres. Sa famille l'avait avertie quand elle a quitté le petit commerce familial de sa petite ville natale du fin fond du Texas. pour tenter sa chance dans la grande pomme. Les new yorkais sont différents, étranges, bizarres. Mais bizarres à ce point là ? Tenez, comme cette fille avec des ailes de fée que Katie croise dans le métro où cette gargouille qui semble la suivre du regard. Et d'ailleurs comment se fait-il qu'elle soit la seule à remarquer ces choses là...

 

Katie Chandler a une particularité, elle est immunisée à la magie, ce qui fait qu'elle n'a aucun don magique mais également qu'aucun sort ne peut l'atteindre et particulièrement les illusions qui permettent à la communauté magique de se cacher du monde humain ordinaire. Mais eux-mêmes ne sont pas immunisés par la magie. Grâce à ce petit talent, Katie est embauchée par la Magic, Spell, Inc.afin de vérifier qu'aucune clause magique invisible ne se cache dans les contrats, ou qu'un individu suspect caché par une illusion ne s'introduise dans la firme pour voler des projets. La MSI crée et commercialise des sorts, incantations et charmes pour les créatures magiques et les sorciers. Elle fonctionne comme n'importe quelle grande industrie avec ses départements de recherche et développement, direction des ressources humaines et autres...

 

Le patron direct de Katie est un ogre (un vrai), elle a craqué pour le très séduisant et très timide marié à son travail, directeur du département recherche et développement, Owen, un puissant sorcier, et depuis qu'elle a embrassé un homme transformé en grenouille pour le libérer de son sort, elle a hérité d'un stalker reconnaissant et totalement transi d'amour. Sa vie est devenue sacrément trépidante et finalement plutôt excitante.

 

 

De la chick lit je ne suis pas très friande de ce genre là mais à la sauce fantasy, c'est déjà plus digeste et plus marrant aussi. Mis à part le détail hyper crispant du syndrome super Katie qui m'aura un peu gâché la lecture, le reste est une jolie petite histoire fort sympathique, facile à lire et sans prise de tête. Pour ceux qui aimerait connaître le syndrome super Katie, c'est simple : Katie Chandler démarre comme simple assistante (secrétaire) à la MSI et en moins d'une semaine est bombardée responsable marketing, super Katie a des solutions pour tout problème, des solutions génialissimes qui sont adoptées avec enthousiasme et sans aucune réticence par ses supérieurs hiérarchiques qui donnent l'impression qu'ils sont une belle bande d'incompétents incapables de s'en sortir sans elle.

 

Mais, le récit est sauvé par un peu d'humour, des idées vraiment bien trouvées avec cette super compagnie qui ressemble à n'importe quelle grande entreprise sauf que son domaine c'est le surnaturel, ses fées, elfes (qui depuis un certain film se prennent pour Legolas), gargouilles, où bien que les hommes métamorphosés en grenouilles sont en règle générale des sales types qui ont amplement mérité leurs sorts.

 

La petite intrigue amoureuse est sympathique, les personnages attachants. Sur un ton non dramatique, léger et dynamique, le roman sans forcément toucher au génie (mais ce n'est pas ce qu'on lui demande) se lit facilement d'une traite et permet de passer un moment agréable.

 

note351.jpg

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 00:44

 

échange standardECHANGE STANDARD de Robert SHECKLEY

Ed Le Livre de Poche

Pages :

Trad (anglais, états unis) :

Format poche

Genre : sf

 

 

 

 

Marvin Flynn s'ennuie. Il aimerait voyager. Mais pas aller dans un pays étranger non, ça il l'a déjà fait. Ce qu'il voudrait c'est visiter d'autres planètes. C'est faisable mais c'est hors de prix. Alors quand un martien passe une petite annonce pour échanger son corps avec celui d'un terrien, il tente sa chance et par le biais de l'agence Psychotroc, son esprit est transféré dans celui d'un martien qui s'avère être un escroc et Marvin doit impérativement changé de corps pour ne pas mourir, engager un détective pour retrouver le voleur qui se balade dans son corps et accessoirement rentrer chez lui.

 

Mais, bon il a eu ce qu'il voulait, il va pouvoir en voir des mondes exotiques, des peuples et créatures étranges, aux coutumes bizarroïdes et même changer de dimensions. S'il s'avère que l'idée de départ est plutôt marrante, j'ai eu beaucoup de mal à suivre le délire complet de l'auteur vers le milieu du livre. Autant j'adore quand un roman part en vrille mais que l'on sent quand même que le concept est maîtrisé autant j'ai du mal avec les textes où on n'arrive même plus à comprendre qui est qui, qui est où et qui fait quoi. Cela dit, la fin rattrape bien le dérapage avec une idée plutôt bien vue. Echange standard, fait partie des "classiques" de la science fiction mais autant j'avais adoré les nouvelles de Sheckley et même ses polars autant ce roman m'a laissé de marbre niveau humour (malgré un pastiche rigolo des romans de cape et d'épée). Bon, à tenter si vous voulez voir des extra terrestres loufoques par exemple.

 

note251.jpg

 

 

 

 

Et puis l'auteur entre dans le

 

chanec2011

Robert Sheckley (1928-2005) : auteur de sf et de polar, connus pour ses courtes nouvelles marquées par un humour absurde et décalée. En 2005, il tombe gravement malade lors d'un déplacement en Ukraine. Il  finira par se rétablir mais mourra des suites d'un anévrisme cérébral quelques mois plus tard.

 


Repost 0