Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 08:23
DOCTOR WHO : MADE OF STEEL de Terrance DICK
Ed BBC Books
Pages : 99
Version originale : anglais
Coll : Quick Reads
Genre : Le Docteur quoi !

C'est court et ça se lit très vite, le top ce serait avec la bande son originale dans les oreilles histoire de vous croire dans un épisode de la série. Ce roman se situe dans les tous débuts de la saison 3 et fait référence à la fin apocalyptique de la saison 2 (qui m'aura tirée bien des larmes d'amertume). Si vous n'avez pas vu cette saison, si vous êtes en train de la regarder, ne lisez plus rien de ce billet, tirez vous tant qu'il est temps, vous êtes prévenus...

Donc, pendant que le Docteur et sa nouvelle Compagne, l'étudiante en médecine Martha Jones sont en train de faire un safari photo en pleine ère des dinosaures et tentent sans succès de se lier d'amitié avec un T-Rex, chez nous, enfin là-bas en Angleterre, des événéments curieux se produisent. Des vols de matériels de technologie de pointe ont lieu et à chaque fois, des témoins disent avoir aperçu des silhouette de métal gris argenté. Vous l'avez deviné si vous connaissez la série, les abominables cybermen sont de retour !!

Les cybermen se sont les autres grands méchants de la série avec les incontournables Daleks. Ils sont aussi obsessionnels que leurs homologues à ventouses. Si côté Dalek, le mot d'ordre est "Exterminate !" (comprenez tout ce qui n'est pas Dalek), les hommes en métal, eux leur truc c'est transformer les humains en cybermen et ceux qui ne sont pas d'accord, ils lancent une procédure de "Delete" sur eux ce qui revient à la phase "Exterminate" des Daleks. Sur la forme, les deux groupes se rejoignent assez bien. Leur obsession les amène parfois à avoir des comportements limites crétins. La preuve par l'exemple que l'intégrisme n'est pas bon pour le QI.

Mais revenons à nos playmobils en acier inoxydable qui ont un plan "infaillible" pour envahir la Terre. Car souvenez-vous, à la fin de la seconde saison, les cybermen étaient expédiés hors de notre dimension sans aucun espoir de retour et avec les dommages collatéraux que l'on sait pour une certaine Rose. Pas de bol, quelques uns n'ont pas rejoint leurs copains dans un ailleurs meilleur et ont besoin du Docteur pour faire revenir tous leurs amis et accessoirement pourrir la vie des braves gens.

Une belle petite aventure très sympa et trépidante à souhait sans trop de coups de théâtre inattendu non plus mais ça ne gâche pas le plaisir. C'est comme se retrouver devant un épisode inédit avec des passages convenus mais avec beaucoup d'humour dedans. Et quelques passages à faire vibrer notre fibre guimauve lorsque les regrets du Docteur concernant sa précédente compagne sont suggérés.  Une bonne petite lecture de détente, idéale pour se donner envie de se revoir l'intégrale de la série juste pour le plaisir.




Et une lecture pour le défi :

Repost 0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 07:30
CRISTAL QUI SONGE de Theodore STURGEON
Ed J'ai Lu
Pages : 247
Trad (anglais, Etats Unis) : Alain Glatigny
Format poche
Genre : sf






  : Lecture du mois de novembre 2009


Horton appelé Horty pour les intimes est un enfant adopté et maltraité. Il finit par s'enfuir de chez lui en emportant son seul bien son jouet Junkie, un diable dans sa boîte et trouve refuge dans une troupe de forain dirigé par un mystérieux inquiétant directeur appelé Le Cannibale. Celui-ci a découvert des cristaux pensants aux étranges pouvoirs et cherche un intermédiaire au travers duquel, il pourrait tout obtenir d'eux. Et justement, Horty a de curieux talents et semble en résonnance avec les cristaux.

Cristal qui songe est donc le premier roman de Theodore Sturgeon, un auteur de sf plus intéressé par l'humain que par l'attirail habituel du genre. Il le prouve d'ailleurs avec une économie de moyens impressionnant. En très peu de pages, il parvient à immerger le lecteur dans l'univers d'Horty et à le mettre en empathie avec ses personnages. C'est vraiment de ce côté là, un parcours sans faute. Dommage qu'il cède à la facilité dans les dernières pages concernant le personnage de la naine Zena mais ce n'est pas si grave finalement. J'ai aimé l'univers à la fois inquiétant, étrange des forains mais aussi solidaires les uns envers les autres sauf en ce qui concerne Le Cannibale, un fascinant personnage de misanthrope mêlé de savant fou, cherchant le moyen d'éradiquer ses semblables avec une belle constance. Un livre que j'ai moins apprécié que Les plus qu'humains (plus abouti à mon sens) mais qui confirme tout le bien que je pensais de l'auteur. Pour un premier roman, ce n'est pas mal du tout, avec de belles trouvailles dans la construction du récit et les personnages.



Repost 0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 12:38

LE SECRET DE LA FEMME EN BLEU de Marc PAILLET
Ed 10/18
Pages :248
Format poche
Coll : « Grands détectives »
Genre : polar historique

En 805, Charlemagne a en projet de préparer un testament concernant sa succession qu'il compte présenter à la résidence impériale de Thionville lors d'un grand rassemblement. Or un drame a eu lieu à la future résidence impériale, une dame d'atour de la favorite de l'empereur a été assassiné avec ses enfants et des coffres contenant une somme importante ont été dérobés. Childebrand est envoyé là-bas pour mener une enquête discrète, et c'est sans ami l'abbé Erwin qu'il commence ses investigations.

Sixième volet des enquêtes des missi dominici (hélas, le cinquième fait défaut à la bibliothèque) et malheureusement, pour cette enquête là il aurait fallu lire ce fameux cinquième. Même si l'intrigue est compréhensible dans son ensemble. Mais certaines informations manquantes rendent la lecture un peu frustrante par moment. Cela dit, cette série a beaucoup d'intérêt, d'abord parce que les enquêteurs et leurs adjoints sont des personnages intéressants à suivre et puis la période historique évoquée est quand même moins exploitée dans le domaine du polar. On apprend toujours des choses sur cette époque et sur les personnages historiques. Le mystère entourant le massacre et le vol est bien entretenu et Erwin qui finalement va finir par s'en mêler va se confronter à un beau casse tête et un dilemne moral compliqué. Cela dit la résolution finale perd de son intérêt sans ce fameux cinquième tome que je n'ai pu lire et qui contient surement des tas d'éléments qui m'ont fait défaut pour apprécier certains personnages et leurs actions.


 

 

 

 

 

LE SPECTRE DE LA NOUVELLE LUNE de Marc PAILLET
Ed :10/18
Pages : 284
Coll: Grands Détectives
Genre : polar historique

Erwin et Childebrand sont envoyés en mission dans la Brenne avec mission d'enquêter sur les évènements troubles qui s'y déroulent : disparitions, massacres, orgies et cérémonies avec culte du démon.

 

Ceci est donc le cinquième tome de la série à lire avant Le secret de la femme en bleu. Je déplorais de ne pas avoir pu le faire et d'avoir manqué quelqus informations utiles pour bien comprendre l'histoire du sixième tome, heureusement Yueyin est venue à la rescousse. Donc, nous voici dans une affaire plus politique que les précédents dans une ambiance très trouble, un décor pas franchement joyeux où règne un climat d'oppression constante. Il est évident que tout le monde sait ce qui se passe et qui est la cause des événements mais personne ne parle. J'ai cependant moins accroché, peut-être parce que les deux personnages principaux se trouvent un peu en retrait par rapport à leurs adjoints, bien qu'ils soient intéressants à suivre où bien le contexte un peu déprimant, va savoir. Cela ne m'empêchera pas de lire la suite bien entendue.

 


 



LES VIKINGS AUX BRACELETS D'OR de Marc PAILLET
Ed 10/18
Pages : 282
Format poche
Coll : « Grands détectives »
Genre : polar historique

Printemps 806, Charlemagnes envoie Frère Erwin en mission diplomatique dans le pays des Danes qui terrorisent les populations par leurs pillages incessants. Mais un des chefs de clan est retrouvé mort assassiné et la délégation diplomatique se retrouve obligé de mener l'enquête pour découvrir la vérité.

 

Changement d'ambiance puisque notre fine équipe se retrouve en terre inconnue, parmi une civilisation qui leur paraît exotique et totalement incompréhensible quant à la façon de fonctionner de son gouvernement. Et c'est en territoire totalement inconnu et même pas chrétien, qu'ils vont devoir démêler les noeuds d'une série de crimes pas simples. Plus intéressant que le précédent, à mon goût avec une description intéressante de la civilisation viking. Du coup, j'ai cherché à savoir qui était le coupable durant tout le roman, chose que je n'avais pas fait pour les précédents. Merci encore à Yueyin qui m'a également envoyé cette enquête.

 







LES NOYEES DU GRAU DE NARBONNE de Marc PAILLET

Ed 10/18
Pages : 246
Format poche
Coll : Grands détectives
Genre : polar historique


A Narbonne, le meurtre de l'épouse d'un notable descendant d'une vieille et honorable famille retrouvée noyée met la ville et la région en émoi. D'autant que ce crime est suivi par un autre, une autre femme noyée dans les mêmes conditions. C'est suffisamment grave pour que les Missi Dominici soient envoyés afin de résoudre l'affaire...


Pour une fois, l'enquête n'a pas grand chose à voir avec la politique et toute l'équipe se retrouve très vite dans un sac de noeuds d'intrigues familiales bien tordues. Difficile de trouver la solution quand visiblement tout le monde ment et cherche à cacher des choses. Erwin est plutôt tourmenté par un sentiment nouveau et qu'il juge incompatible avec son engagement dans l'Eglise : le sentiment amoureux envers la belle et plutôt sulfureuse Agnès qui semble s'être assagie par rapport aux tomes précédents (Le spectre de la nouvelle lune, et Le secret de la femme en bleu). Cette huitième enquête n'est pas simple même si j'ai finalement vers la fin compris le pourquoi du comment mais cela ne m'a pas déplut, et j'y ai trouvé mon compte à la lecture.



 

 

 

 

 

 

 


 

 


Repost 0
28 octobre 2009 3 28 /10 /octobre /2009 04:34
VOTRE MORT NOUS APPARTIENT d'Antoine LENCOU
Ed Griffe d'Encre
Pages : 123
Format semi poche
Coll : Novella
Genre : sf

Roïn Venko en a assez de son existence et du monde absurde dans lequel il vit. Il aimerait mourir. C'est pourquoi, il adresse une requête à l'Administration des défunts, le bureau des Suicides. pour pouvoir quitter ce bas monde dans les plus brefs délais. Mais l'administration étant ce qu'elle est, même mourir peut s'avérer être un vrai parcours du combattant. Et même si vous décidez de vous passer d'autorisation, la justice peut vous attendre au tournant...

Dans un futur peut-être proche ou lointain, il sera possible de récupérer au moment de votre mort, votre âme sur support numérique, vos souvenirs, votre personnalité et d'en faire commerce. Votre vie sera plus longue. Votre table basse fera fonction d'ordinateur plus performant que les machines (machines qui auront les mêmes droits civiques que les humains) de votre lieu de travail. D'ailleurs vous travaillerez à domicile parce que sortir c'est s'exposer à la pollution et les relations virtuelles sont plus que satisfaisantes après tout. Bref, vous vivrez dans un monde parfait.

Sauf si vous êtes Roïn Venko qui n'a pas la même vision des choses que ces concitoyens et qui devant l'absurdité de tout ceci décide d'en finir. Sauf que son suicide raté va le conduire à découvrir de sombres secrets et lui donner l'impulsion nécessaire pour disons...vivre avec son temps et pourquoi pas saborder le système de l'intérieur.

De la sf spéculative très intéressante où finalement même mort vous n'êtes pas délivré de vos obligations envers la société et surtout la bureaucratie et ses lois frisant l'absurde, mieux vous rapportez de l'argent. J'aime bien cette idée qu'un meuble soit capable d'autres fonctions que celles prévues à son usage et qu'en plus il ait une personnalité et entretienne un dialogue avec son propriétaire. C'est plutôt bien exploité et bien développé.

Encore un bon opus de cette collection en fin de compte


Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 04:31
FLEURS DE DRAGON de Jérôme NOIREZ
Ed J'ai Lu
Pages : 242
Format poche
genre : littérature jeunesse (polar)

1489, des samouraïs meurent assassinés sur les routes du pays. Ils sont retrouvés avec un sutra dans la bouche. Ryôsaku, enquêteur est chargé de retrouver le ou les assassins par le shogun. Cependant, au vu de son obstination à ne pas porter de sabre dans cette période de trouble, il lui est assigné trois gardes du corps, trois jeunes adolescents d'une quinzaine d'années, petits délinquants notoires à qui il est offert une occasion de se racheter.

Je ne connaissais pas l'auteur dans le registre de la littérature jeunesse, cette sortie poche était l'occasion de  tester et c'est dans l'ensemble une bonne surprise. J'ai été gênée de temps en temps par l'utilisation du présent de l'indicatif pas toujours bien inspiré dans certains passages mais c'est un avis subjectif et personnel. Par contre, une fois lancée dans le récit, j'ai complètement oublié la forme pour adhérer au fond avec des personnages attachants, des énigmes à résoudre, des meurtres sanglants, une ambiance japon médiéval plutôt bien rendue avec l'utilisation de son bestiaire fantastique et de sa mythologie. Apparemment, Jérôme
Noirez s'y entend comme personne pour créer des personnages d'enfants que l'on peut sans conteste qualifier de terribles, incorrigibles et très drôle. Personnellement, les frasques des trois soeurs ninjas m'ont mise en joie pendant toute la lecture. Pouvant plaire aussi bien aux adolescents qu'aux adultes, cette première aventure de Ryôsaku, son terrifiant maillet de sagesse (avec lequel il se frappe le front pour s'éclaircir les idées, et n'hésite pas à s'en servir sur ses jeunes et turbulents gardes du corps pour leur faire entrer un peu de plomb dans le crâne) et ses acolytes est plutôt une réussite. Je prend bonne note pour la suite qui devrait m'en apprendre davantage sur le mystérieux shôgun de l'ombre. 

Seul petit bémol : pourquoi mais pourquoi ce roman est-il publié dans la collection fantasy des éditions J'ai Lu. ? Parce que, il n'y a aucun élément faisant penser au genre. Il existe bien des éléments surnaturels, mais une explication rationnelle leur est donnée à chaque fois. J'avoue que je suis dubitative sur cette étiquette qui n'a pas lieu d'être en mon sens.

 

Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 07:05
MERCY THOMPSON : 1 L'APPEL DE LA LUNE de Patricia BRIGGS
Ed Milady
Pages : 374
Trad : (anglais Etats Unis) : Lorène Lenoir
Format : poche
Genre : fantasy urbaine

Challenge ABC 2009 : lettre B

 


Mercedes Thompson, Mercy pour les intimes est mécanicienne dans un garage. Elle vit en face de la maison d'Adam, l'alpha d'une meute de loups garous. Elle même est une changeuse qui peut prendre l'apparence d'un coyote. Son meilleur ami est un vampire à qui elle répare un minibus (aux couleurs de Scoubidou). Bref, une vie normale et tranquille jusqu'au jour où les ennuis pointent leurs crocs et leurs griffes dans le paysage.

 


Dans ce monde là, les Fae ont fait leur coming-out sous la pression et sont très vite devenus victimes de persécutions. Les loups-garous eux vivent encore dans le secret et savent très bien se fondre parmi les humains mais le temps du secret arrive à son terme pour eux-aussi. Au milieu de tout ce petit monde, la plutôt grande gueule Mercy fait de son mieux pour survivre. Et ce n'est pas évident.


Raconté par Mercy elle-même, ce premier tome est sommes toutes plutôt réussi si on n'y cherche pas de grandes réflexions métaphysiques mais en tant que pur divertissement, l'histoire est bien fichue, trépidante à souhait avec un personnage principal sympathique et attachant, un monde qui sera surement plus développé dans les tomes suivants mais qui s'annonce intéressant à découvrir.


L'auteur semble réserver quelques mystères sur son héroïne en titillant la curiosité de la lectrice que je suis sur certains petits éléments qui auront de l'importance je crois par la suite. De l'organisation d'une meute, à la visite chez la reine des vampires, en passant par des expérimentations médicales sur des loups-garous, où l'enlèvement de la fille du grand patron Adam, on a de quoi faire et l'action ne manque pas au rendez-vous. Bonne première prise de contact donc, à voir si cela se confirme sur la durée.

 

    

 

 




LES LIENS DU SANG de Patricia BRIGGS

Ed Milady
Pages : 402
Trad (anglais) : Lorène Lenoir
Format poche
Genre : fantasy urbaine


Mercy Thompson mécanicienne et accessoirement changeuse pouvant se transformer en coyote, est amenée à rendre service à son ami Stephan le vampire. Ce faisant, elle se trouve mêlée de très près à une affaire pas nette où un vampire se révèle être un peu plus que cela.

 

 

Seconde aventure de Mercy cette fois ci axée sur les vampires. On sort un peu du cliché du beau vampire héros romantique, torturé entre sa soif du sang et sa conscience humaine pour un personnage plus dangereux, immoral, et aux moeurs franchement pas très engageantes tout en étant fascinant à connaître. Il en ressort que Stephan est un vampire plutôt en marge et original dans sa démarche de saigneur de la nuit et que la reine de l'essaim est réellement dérangée du bocal vu ses agissements. Les loups-garous sont de la partie également de même que certains faes. Mercy se retrouve avec deux soupirants garous, l'alpha de la meute de Tri-Cities et Samuel une ancienne liaison du temps où elle vivait dans une meute au Montana dirigée par Bran l'alpha des alphas. Entre les deux son coeur balance et difficile de faire un choix quand un démon vampire sème les cadavres et met la ville en ébullition. Et puis, toujours ce mystère autour de notre héroïne qui apparemment aurait plus de pouvoir qu'elle ne semble le croire. Vivement le troisième tome, d'autant qu'à la lecture du premier chapitre en fin de volume, on va en savoir plus les faes ces mystérieuses créatures magiques. 









LE BAISER DU FER de Patricia BRIGGS
Ed Milady
Pages :410
Trad (anglais) :Lorène Lenoir
Format poche
Genre : fantasy urbaine

Chose promise, chose due, c'est dans l'univers des mystérieux Fae que se situe ce troisième tome de la changeuse Mercy Thompson. Tout commence avec l'appel de Zee, son ami et mentor qui lui demande de l'aider à trouver l'assassin de plusieurs faes de la réserve. Et quelques temps plus tard, le meurtrier est retrouvé mort sauvagement mutilé et tout accuse Zee. Mercy va donc tout faire pour l'innocenter.

Ce qu'il y a de bien avec cette série, c'est que plus on avance, plus l'auteur trouve des choses inédites à développer sur son monde et les créatures fantastiques qui le peuplent. Là, c'est plus le côté fae qui ressort encore qu'en bon peuple mystérieux et secret, ils continuent à rester énigmatiques. Par contre, on ressent mieux le racisme ordinaire dont sont victimes faes et loups-garous et c'est un plus  réaliste dans cette série que j'apprécie, crédible aussi farfelu que soit le postulat de départ. Autre point bonus, visiblement l'héroïne ne va pas tergiverser pendant deux cent tomes pour savoir qui de Samuel ou d'Adam, elle va choisir et au moins ici, elle fait un choix et elle s'y tient. Du moins, jusqu'au prochain épisode. 

A part ça, encore une histoire passionnante de bout en bout avec une enquête criminelle pas simple mais pas de bol, mes soupçons sur un personnage se sont révélés être justes donc je n'ai pas été vraiment surprise par la conclusion sauf pour la tournure dramatique que prend les événements pour l'héroïne mais qui reste logique, horrible mais logique. Certains personnages secondaires prennent un peu plus d'épaisseur tels Ben que l'on finit par apprécier ou Honey. Donc, aucune raison de se priver de la suite.

Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 06:19

INTRIGUE A L'ANGLAISE d'Adrien GOETZ
Ed Grasset
Pages :330
Grand Format
Genre : littérature française

Pénélope Breuil, jeune conservatrice ayant obtenu son premier poste au musée de Bayeux où se trouve la célèbre tapisserie décrivant l'invasion de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, se trouve devant quelques mystères. Qui a tenté d'assassiner la directrice du musée ? Que représentaient les trois mètres manquants de la tapisserie ? Pourquoi l'a t-on nommé à ce poste alors qu'elle est une spécialiste des tissages coptes égyptiens ? Existe t-il un lien entre la tapisserie et l'Egypte ?

Sans être follement palpitant, le récit est intéressant à suivre ne serait ce que pour apprendre des choses concernant l'histoire de la tapisserie puisque certains faits racontés sont tirés de la réalité (notamment l'épisode pendant l'Occupation). J'ai eu du mal à comprendre ce que l'affaire Lady Di venait faire dans la trame du récit d'autant que cela reste anecdotique. On comprend quelques uns des parallèles faits mais franchement on aurait pu s'en passer. A part ça, l'histoire est assez prenante sans nous faire sursauter à chaque page. Mis à part, l'héroïne Pénélope qui est quand même assez pénible au début et qui m'est restée peu sympathique pendant une bonne partie du roman, les autres personnages le sont plus dès le départ : sympathiques. Donc tout le monde se démène pour résoudre les énigmes de cette tapisserie et finalement, savoir le fin mot de l'histoire n'était pas ma priorité absolue. Un bon petit roman agréable à lire sans être renversant, parfait pour se détendre.

Repost 0
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 07:46

BLACK ROSE ALICE 1 de Setona MISUSHIRO
Ed Asuka
Trad (japonais) : Satoko Inaba
Genre : manga

Vienne 1908, Dimitri un jeune chanteur d'opéra se relève inexplicablement d'un accident mortel. Peu après suicides et autres morts étranges se multiplient dans son entourage. Quand un mystérieux personnage l'approche avec de terrifiantes révélations. Dimitri prend conscience que quelquechose en lui est en train de changer
Tokyo 2008, Asuka une jeune enseignante vit une douloureuse aventure avec un de ses élèves jusqu'au jour où un évènement dramatique va bouleverser son existence.

C'est donc une histoire de vampire, amoureux comme il se doit, avec une histoire tragique bien entendue. sinon ce ne serait pas drôle. Si la première partie à Vienne ne manque pas de charme et de fascination j'avoue avoir décroché et eu du mal à comprendre la seconde partie à Tokyo. Bien que les fils finissent par se rejoindre au  bout d'un moment, j'ai un peu perdu pied. Il faut reconnaître aussi que le côté documentaire sur la reproduction chez les vampires m'a paru un brin bizarroïde et que je ne suis pas une fanatique des bêbêtes façon araignées par exemple. Je ne pense pas me pencher sur la suite cependant.





BAMBOO BLADE 1 de Totsuka MASAHIRO/Igarashi AGURI
Ed Ki-oon
Trad (japonais)
Genre : manga

Kojirô professeur de Kendo de son état est dans de sales draps. Endetté jusqu'au cou, il en est réduit à se nourrir presque exclusivement de nouilles instantanées ! Mais le destin semble enfin décidé à lui donner un coup de pouce. Kenzaburô un ancien partenaire d'entraînement lui propose un pari farfelu : une année complète de sushis à volonté dans un restaurant réputé si l'équipe féminine de Kojirô arrive à battre la sienne ! Bien décidé à sortir de sa détresse alimentaire Kojirô saute sur l'occasion. Seul problème et il est de taille : l'équipe féminine de son lycée ne compte qu'un seul et unique membre...Commence alors une formidable campagne pour recruter quatre guerrières supplémentaires et former l'équipe de Kendo la plus redoutable du pays !

Qu'est ce qu'on ne ferait pas pour des sushis ? Surtout gratuit ! C'est donc avec un enthousiasme limite hystérique que notre entraîneur décide de recruter son équipe féminine et tous les moyens sont bons et d'ailleurs, on prend tout ce qui se présente. On a donc la capitaine de l'équipe, le seul membre du club jusqu'à présent, une jeune fille minuscule limite autiste mais qui devient une arme de destruction massive à elle toute seule avec un shinraï à la main, la jolie nunuche de service qui va probablement présenter bien des surprises vu le regard de psychopathe sadique qu'elle affiche, un sabre à la main, son petit ami et le meilleur ami du petit ami (oui il y a des garçons aussi), bref tout ce petit monde ignore qu'il est surtout là pour satisfaire les besoins égoïstes de leur entraîneur pas forcément compétent du point de vue de ses élèves en matière de kendo justement. D'habitude dans ce type de série sportive, la motivation principale est le dépassement de soi, prouver qu'on est le meilleur, gagner un championnat en l'honneur d'un père, frère, soeur, mari ou beau-frère et bien là, on change la donne : gagner oui ! Mais pour manger ! D'où un début de série assez marrant avec des personnages attachants dont on se demande bien comment ils vont se débrouiller pour devenir une vraie équipe de championnes, pour l'instant c'est pas gagné. A suivre pour voir.


Repost 0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 11:40
LE SERPENT DU RÊVE de Vonda MCINTYRE
Ed Le Livre de Poche
Pages : 410
Trad (anglais) :
Format poche
Genre sf


Serpent est guérisseuse et soigne avec ses serpents dont le plus précieux est un spécimen très rares, si rare qu'il est probablement issu d'outreciel, c'est un serpent du rêve. Il apaise et fait rêver les malades. Mais voilà que ce précieux serpent est tué et sans lui Serpent ne peut plus guérir. Commence un long voyage à la recherche d'un autre serpent du rêve et peut-être percer le secret de leur reproduction.

Il faut reconnaître que ma phobie des reptiles ne m'a pas aidée à entrer facilement dans le récit mais cela faisait des années que je voulais lire ce roman alors j'ai passé un peu outre ainsi que l'horrible couverture du livre. On a donc le personnage d'une femme guérisseuse qui au prix de maintes épreuves va faire de surprenantes découvertes dans un monde qu'on supppose le nôtre dans un futur où une catastrophe probablement nucléaire a eu lieu.Quelques îlots de savoir, de technologies, existent encore et tentent de préserver et étendre leurs connaissances. Ce sont de nouvelles civilisations qui se sont créées, de nouvelles convenances sociales et familiales. Malheureusement, on ignorera toujours ce qui a bien pu se produire pour que l'on en arrive là et c'est assez frustrant. La quête de Serpent n'est pas des plus passionnantes mais cela dit on passe un agréable moment à se promener dans ce nouveau monde dont certaines spécificité surprenantes sont intéressantes à découvrir.



Repost 0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 04:33

LE PETIT LIVRE DES GROS CÂLINS de Kathleen KEATING
Ed Points Seuil
Pages : 87
Illus : Mimi Noland
Adapté par : Anne Debarède
Format poche
Genre : ours câlins ?

 

Il y a quelques temps suite au défi lancé par Virginie de lancer unread-a-thon, j'ai eu le plaisir de me découvrir gagnante du challenge et j'ai donc reçu de la part de l'organisatrice (c'est quand est ce prévu pour le suivant ?) ce tout petit livre qui donne envie de 1) avoir un gros câlin (on est période harlequinade après tout) 2) acheter un ours en peluche à défaut du câlin en question. Merci encore Virginie, c'était tout mignon et tout doux à lire et ça remonte bien le moral.

Repost 0