Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 21:04

L'USAGE DES ARMES de Iain M.BANKS

Ed Le Livre de Poche/542p
Trad : Hélène Collon

L-usage-des-armes.jpg


« mais pareille habileté consommée, pareille compétence, cette faculté d'adaptation, cette cruauté aveugle et paralysante, cet usage des armes alors que tout pouvait devenir une arme (extrait) »


Encore une relecture d'un livre qui va être difficile de présenter sans trop en dire, histoire de vous réserver la surprise finale dont j'ai mis des mois à m'en remettre à la première lecture. Certes, je savais que je n'aurai plus cet effet de surprise en relisant mais j'ai redécouvert des aspects de l'histoire dont je ne me souvenais plus du tout et au final j'ai adoré me replonger dans l'univers de La Culture créée par Iain Banks.


L'usage des armes est un roman qui s'intègre dans un cycle celui de La Culture. Chaque tome est indépendant par rapport aux autres et il n'y a donc pas d'ordre de lecture particulier d'autant qu'ils sont écrits dans un style différent en fonction de l'histoire racontée. D'habitude, je me méfie des préfaces mais là je fais une exception. Je vous conseille vivement de lire celle de Gérard Klein avant car elle a le mérite de bien expliquer ce qu'est La Culture. Je tâche de vous en résumer les grands points.


La Culture au cours de sa longue évolution rassemble tout un ensemble de peuples humains ou non et des drones (robots intelligents). Elle est gérée par Les Mentaux, des Intelligences Artificielles qui prennent en charge toutes les contingences matérielles et assurent à chaque membre de la communauté une vie aisée faites d'art, de loisirs et de laisser vivre. Pour les peuples de La Culture la vie ressemble à de perpétuelles vacances de luxe gratuites, avec une espérance de vie de quatre cent ans, garantie sans misère, sans guerre ni maladie ni autres maux même vieillir n'est plus un problème puisque l'on peut stabiliser son âge.


La Culture est une utopie bienveillante à tendance anarchique qui estiment que son mode de fonctionnement devrait être étendu à tous les mondes qu'elles croisent. C'est à cela qui sert Contact, une agence qui évalue la possibilité pour les peuples étrangers d'être assimilés en douceur par La Culture et de profiter de tous ses bienfaits. Il arrive que certains de ces mondes se soient engagés dans des voies jugées néfastes comme le totalitarisme, l'intégrisme et tous les trucs en isme qui font un peu peur. Alors intervient une agence occulte au sein de Contact, appelée Circonstances Spéciales qui a toute latitude pour les remettre sur le droit chemin parfois par des méthodes musclés. On y trouve donc des marginaux, des mercenaires, des gens qui s'ennuient dans leur paradis doré et ont envie d'aventure.


Zakalwe Cheradine est un mercenaire au passé obscur employé par l'agence. Il travaille avec le tandem de choc issu de La Culture : la séduisante Rasd-Coduresa Diziet Embless Sma da'Marenhide (appelez là Diziet ou Sma comme tout le monde) et le drone Skaffen-Amtiskaw. L'histoire commence lorsque le duo se lance à la poursuite de Cheradenine qui a faussé compagnie aux agents de Circonstances Spéciales chargés de le tenir à l'oeil car on a besoin de lui pour résoudre un conflit qui pourrait dégénérer en carnage inter planétaires. On alterne un chapitre sur la mission des agents de Circonstances Spéciales et un chapitre sur l'histoire personnelle de Cheradenine racontée à rebours. Je n'en dis pas plus pour ne rien gâcher mais ce livre vaut vraiment le détour. Les personnages sont attachants au possible et le mystère autour du mercenaire à la personnalité complexe et tourmentée va vous obliger à tourner les pages pour savoir le fin mot de l'histoire.


J'avais oublié combien la lecture était facile et se faisait toute seule sans lassitude ni effort de compréhension. Il est vrai aussi, que le côté technologique n'est pas réellement mis en avant puisque l'action a souvent lieu sur des mondes au développement technique comparable au notre voire un cran au dessus mais pas tant que cela finalement. Et puis, il y a l'humour de certains dialogues surtout les prises de bec entre Skaffen et Cheradenine qui valent le détour. J'ai beaucoup ri à cette relecture. Il y a un côté second degré dans certains aspects de La Culture qui est réjouissant au possible. Par exemple, les vaisseaux qui bien sûr sont pensant,ont tous des noms (qu'ils se sont eux mêmes choisis) qui illustrent l'expression « pourquoi se prendre au sérieux ? ». C'est ainsi que l'on croise un vaisseau militarisé appelé Suave et pleine de grâce ou un autre appelé Quelles sont les applications civiles ?. Mon préféré est un vaisseau de quatre vingt kilomètres de long baptisé La taille ne fait pas tout. Le côté plus du roman, c'est sa construction : un tour de force fascinant. Car ce livre peut se lire dans les deux sens et il est parfaitement cohérent dans les deux cas. Lisez vous verrez.


« Je recommande à ses lecteurs de lire le livre deux fois. Une première fois selon l'ordre des pages et une seconde fois en suivant la numérotation des chapitres à partir de la fin en chiffre romain à l'aller, en lettres au retour. Ils feront d'intéressantes découvertes chronologiques et pourront étudier à loisir les tours de passe-passe de cet écrivain hors pair (Gérard Klein, préface)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chimère 25/02/2008 21:36

Laurence, lis d'abord dans l'ordre quand même. N'oublie pas les classiques comme Asimov, Bradbury, etc...Si tu veux Le cafard cosmique a suggéré une bibliothèque idéale :http://www.cafardcosmique.com/Bibliotheque-Ideale-de-la-SF?var_recherche=bibli

Lau(renceV) 24/02/2008 12:09

Je me lance dans la SF et celui-ci m'intrigue... Je le note... J'aime l'idée de pouvoir lire dans un ordre différent...

Chimère 20/02/2008 21:28

Pardon Turquoise, j'ai honte. (même pas vrai na :P)Isil, je te prête mon crayon ?Chiffonnette, effectivement, il y a une recherche quand même dans la construction du récit.

chiffonnette 20/02/2008 19:23

Je ne connais Banks que de nom... Avec une telle recommandation, je note! Et puis cet extrtait de la préface sur le sens de lecture m'intrigue! C'est quand même un sacré tour de force de parvenir à tenir ainsi une intrigue cohérente!

Isil 19/02/2008 19:56

Comme Yueyin, je ne connaissais pas et comme elle je le note.