Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 00:00
BORIS AKOUNINE et son héros
ERASTE FANDORINE
 
AZAZEL
Ed 10/18 318p
Trad (russe) :Odette Chevalot
 
 
Un suicide étrange met Eraste Fandorine, jeune policier sur la piste d'une gigantesque conspiration à l'échelle mondiale.
 
Rien ne manque dans ce roman hommage au feuilleton du 19ème siècle. On y trouve un complot, une femme fatale (et quelle femme), des méchants vraiment méchants, des enlèvements, des meurtres, des coups de théâtre, un savant fou, des traîtres, ce pauvre Fandorine va en avoir du mal à détricoter toute l'affaire. Avec une pointe d'humour en plus (ah le fabuleux corset Lord Byron) on ne s'ennuie pas une seconde et on en redemande pour la suite, d'ailleurs.
 
LE GAMBIT TURC
Ed 10/18-303p
Trad (russe) Irène Sokologorsky
 
 
1877 durant la guerre entre la Russie et l'Empire Ottoman, une jeune femme, Varvara Souvorova aux idées féministes et progressistes débarque sur le front pour y rejoindre son fiancé, jeune officier attaché au Chiffre. Elle y croise un certain Eraste Fandorine. Or, un télégramme codé a été modifié faisant perdre beaucoup de temps à l'armée russe. Le fiancé de Varvara est aussitôt mis aux arrêts. Pour l'innocenter, il faut trouver le vrai coupable.
 
Ici, Fandorine a perdu son allure de jeune adolescent insouciant et c'est normal au vu du terrible drame qui s'est joué à la fin du premier tome. C'est surtout le personnage de Varvara qui reprend ce rôle là avec sa naïveté et sa très nette tendance à mettre les pieds dans le plat. Le récit avance à un rythme effréné, les coups de théâtre abondent, des personnages hauts en couleur font leur apparition,  l'adversaire est intelligent, et un maître manipulateur particulièrement brillant. Le contexte de cette guerre dont je ne connaissais presque rien est intéressant à suivre. Les extraits d'articles de journaux en début de chaque chapitre s'insèrent relativement bien dans le contexte et sont un plus appréciable. Vivement la suite.
 
 
LEVIATHAN
Ed 10/18 321p
Trad (russe) Odette Chevalot
 
 
Le commissaire Gauche est embarqué à bord du Léviathan paquebot géant en route pour Calcutta car parmi les passagers se cache celui qui a assassiné un riche lord et ses domestiques à Paris. Dix personnes de la première classe sont suspectées, Eraste Fandorine en route pour le japon en fait partie.
 
Donc notre héros devenu diplomate en partance pour le japon va devoir démêler une difficile affaire. Fandorine est un héros que l'on ne perçoit que par le point de vue des autres qui diffèrent selon leurs nationalités et leurs préjugés. Mais même si cela n'est pas dit, on sent qu'il réfléchit, se renseigne a des soupçons, et dénoue patiemment le nœud de l'intrigue tandis que s'agite au premier plan le commissaire et les suspects. Voilà une série qui nous fait voir du pays. A chaque volume, on découvre un autre aspect de l'époque dans laquelle évolue le héros et là j'attends avec impatience sa découverte du japon qui promet d'être intéressante.
 
 
 
Sauf pour le premier tome, Fandorine est toujours extérieur, on ne le connaît que par le regard des autres personnages et leur jugement parfois trompeur sur le personnage mais le lecteur a un avantage sur eux, lui il connaît Fandorine. Il y a une complicité évidente entre ce personnage et eux car ils partagent les mêmes références inconnues des autres. D’où l’importance de lire cette série dans l’ordre afin d’entrer vous ici dans le cercle des initiés. 
 

LA MORT D’ACHILLE

Ed 10/18 414 p

Trad (russe) : Irène Sokolorsky et Louis Daguinot

 

 

De retour en Russie après des années au japon, Eraste escorté de son étrange serviteur japonais est chargé de l’enquête sur la mort du général Sobolev, un héros de la nation adulé par la Russie…

 

Ce quatrième tome renoue avec le côté léger du premier avec une intrigue plus politique que policière. Car notre héros se retrouve mêlé à une sombre affaire de complot, de manipulations et de corruption. Il en laissera toutes ses illusions sur les institutions policières de son pays. Massa l’excentrique serviteur qui découvre les mœurs étranges du pays de son maître est un parfait partenaire quant il s’agit de se déguiser et se battre. On croise forcément des femmes fatales, des espions, des assassins, des politiques mouillés au-delà du raisonnable dans les hautes sphères de la manipulation, bref on s’amuse comme on peut. Néanmoins, il y a une coupure très nette dans le roman avec l’étonnant récit basé sur la vie d’un assassin peu ordinaire qui donne tous les détails de l’affaire restés dans l’ombre et qui permet de comprendre les réels enjeux du récit. On aime ce type de mise en miroir ou non. Tout dépend si le personnage du « méchant » est suffisamment intrigant pour le lecteur afin de capter son attention.

 

MISSIONS SPECIALES
Ed 10/18 – 473p
Trad (russe) : Odette Chevalot et Paul Lequesne
 
 
Devenu chargé des missions spéciales auprès du prince gouverneur Dolgooukoï, Fandorine va devoir faire face à deux affaires fort différentes l’une de l’autre. Celle du Valet de pique et celle du Décorateur.
 
Le Valet de pique reste dans le domaine de la comédie. On retrouve l’ambiance plutôt légère du premier tome. Il s’agit de mettre hors d’état de nuire un escroc et sa complice qui avec un sens de l’humour non négligeable dépouillent allègrement la classe aisée de Moscou et même le prince Dolgourokoï en a fait les frais dans une arnaque immobilière plutôt marrante. Fandorine se lance donc à leur poursuite. On suit avec jubilation les moindres coups tordus et souvent invraisemblables de notre duo arnaqueurs et les coups non moins tordus dans lesquels se lancent Fandorine assisté de Massa son serviteur et de son adjoint Tioulpanov. C’est à qui obtiendra le meilleur déguisement et la meilleure façon de piéger l’autre. Impossible de ne pas trouver sympathique les méchants et r la manipulation finale lors du procès vaut le détour.
 
Le Décorateur change de registre puisqu’il s’agit de retrouver un tueur en série particulièrement violent et sadique et qui pourrait bien être le fameux Jack l’Eventreur ayant quitté l’Angleterre pour revenir en Russie ce qui explique pourquoi les crimes ont brusquement cessé là-bas. Il faut bien le dire, on ne s’amuse plus autant que dans la première partie mais l’histoire reste passionnante et la tension monte au fur et à mesure que l’on atteint le comble de l’horreur et qu’une menace plane très près de l’entourage de Fandorine. Il semblerait que le personnage perde un peu de sa désinvolture originale et est à un tournant de son existence. C’est dense, tragique, et cela ouvre des perspectives intéressantes pour le personnage principal.
 
 
LE CONSEILLER D’ETAT
Ed 10/18 464p
Trad (russe) : Paul Lequesne
 
 
Un membre d’un groupe anarchiste et terroriste a usurpé l’identité du conseiller d’état Eraste Fandorine pour assassiner un général. De quoi motiver le vrai Fandorine à retrouver l’assassin et à lui faire passer le goût du travestissement.
 
Fin d’une époque pour Fandorine qui a plus ou moins gravi tous les échelons policiers de sa hiérarchie et qui pourrait bien se voir offrir le poste le plus haut dans sa profession. Ici, sont évoqués les mouvements révolutionnaires et contestataires qui sont les prémices de la révolution de 1917 avec ses réseaux clandestins et la violence utilisée comme moyen politique. Mais on découvre aussi, le côté peu reluisant de la police et des représentants de l’ordre. Fandorine surnage comme il peut dans cette affaire où il lui faudra laisser ses dernières illusions sur le système et probablement prendre une décision définitive pour son avenir. Un sixième tome charnière qui perd un peu de la légèreté coutumière qui transparaît dans les volumes précédents avec cependant le personnage d’Esther jeune fille révolutionnaire à la langue bien pendue et au caractère bien trempé qui offre quelques passages plutôt drôles et mouvementés. Mais le ton est ici plus grave et moins porté à l’aventure et aux péripéties.

 

  

LE COURONNEMENT 
Ed 10/18 490 p
Trad (russe) : Paul Lequesne

Le-couronnement.jpg
 
A quelques jours du couronnement du tsar Nicolas II, le jeune prince Mikhaïl Guéorguiévitch son cousin est enlevé. L'enlèvement est revendiqué par un certain Docteur Lind qui exige la remise du diamant qui orne le sceptre impérial, le célèbre Orlov contre l'enfant. Eraste Fandorine qui est déjà sur les traces de ce sinistre individu depuis va devoir faire vite pour éviter le pire.
 
Ce cher Eraste a quitté le service de l'empire pour faire carrière en tant que détective privé au service des grands de ce monde. C'est dans sa nouvelle vie, qu'on le retrouve dans une sinistre affaire bien sordide toujours accompagné de Massa son serviteur japonais. On découvre aussi, les derniers feux de l'empire russe avec son ambiance de corruption, et de déchéance morale où la famille s'inquiète plus de la perte de pierres précieuses et de bijoux que de la vie d'un enfant d'ors et déjà sacrifié par tous. Seul Fandorine semble se préoccuper du sort de la victime. Bon, nous avons droit à notre lots de déguisements, de rebondissements, le mystérieux Docteur Lind cache bien son identité et est difficilement identifiable. Bref, ce nouvel opus inaugure le nouveau tournant pris dans la vie du héros lors du tome précédent. On assiste même à une brève romance...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ChimÚre 24/03/2007 12:16

Bizarrement je le trouve trop anglais pour jouer un russe. J'ai de ces préjugés moi ! :D On verra bien à l'arrivée.

fashion victim 24/03/2007 07:51

C'est vrai pour l'êge mais je pense que Hugh Grant a une espèce de distinction élégante et détachée qui est très fandorinesque...

ChimÚre 22/03/2007 22:37

La série de Pelagie paraîtra chez 10/18 en septembre de cette année et le film, je le sens moyen je trouve que l'acteur fait un peu trop âgé par rapport au fringant Fandorine surtout si c'est le premier épisode qui sera mis en image (il a une vingtaine d'années au tout début)

fashion victim 20/03/2007 23:12

J'adore cette série (et celle qui a pour héroïne soeur Pélagie, du même auteur) et la perspective d'une adaptation ciné avec Hugh Grant dans le rôle titre me laisse tout émoustillée...

ChimÚre 20/03/2007 20:46

Pom', mais tu n'es pas un peu perdue en commençant par La mort d'Achille ? C'est qu'il s'en est passé des choses dans la vie de cher Eraste avant cette histoire là ?:)
Beatrix, oui, c'est vraiment une série très sympathique, dynamique et qui a toutes les chances de plaire à beaucoup de lecteurs.