Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

13 août 2006 7 13 /08 /août /2006 10:24
UN JOUR EN MARS de Peder HOVE
Ed Gaïa/222p
Trad (danois) : Laurence W.O. Larsen
 
Mars 1945, à Copenhague, la Gestapo a son siège dans un ancien immeuble de la compagnie Shell et menace sérieusement l'organisation de la résistance danoise par l'arrestation et les interrogatoires d'un certain nombre de ses chefs. Un raid aérien  allié est alors envisagé pour détruire cet immeuble.
 
C'est en suivant avant, pendant et après le raid que nous découvrons l'histoire. L'auteur a choisi de focaliser l'attention du lecteur sur trois points : les pilotes, la population civile (les enfants) et les occupants de l'immeuble Shell (Allemands et prisonniers) et de décrire leurs actions minute par minute durant l'attaque. Il s'agit de donner un compte rendu d'un événement réel donc pas d'effet de style, de dialogue créé pour l'occasion seulement les faits, rien que les faits. Le résultat c'est que l'on est dedans, dans les bombardiers et chasseurs, dans l'Ecole Française de Copenhague, dans l'immeuble Shell et que la tension monte et l'angoisse aussi. L'auteur étant lui-même un ancien pilote de chasse, les détails techniques sont bien rendus et donnent une crédibilité supplémentaire à l'histoire. Ancien militaire il a le mérite de ne pas passer sous silence les dommages autour de la cible et qui se solderont par l'incendie d'une école et la mort d'une centaine d'enfants entre autre.
 
La Royal Air Force avait détaché une cinquantaine d'hommes pour conduire l'offensive sur l'immeuble Shell, neuf d'entre eux périrent. Ceci est mon récit de l'histoire de ces aviateurs. La leur avant tout mais aussi celles de ceux dont les vies et les destinées furent transformées au cours des quatre minutes qui séparaient 11h15 de 11h19 ce mercredi 21 mars 1945. (extrait)

Partager cet article

Repost 0

commentaires