Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 09:45
 LA DECHIRURE de Robin HOBB
Ed Pygmalion/359p
Trad : A Mousnier-Lompré
 
Jamère est le second fils de la famille Burvelle et selon le code rigide de la société gernienne né pour être soldat. A 15 ans, il vivra une expérience de transe chamanique où il rencontrera une étrange femme-arbre qui le choisira pour être le champion de son peuple et chasser l’envahisseur gernien.
 
Premier volet de la nouvelle série de Robin Hobb et elle était sacrément attendue. Déjà, on retrouve bien le soucis des personnages, de leur psychologie, motivation et des petits détails qui les rendent crédibles. Ensuite, comme toujours le héros en bave et encore ce n’est que le tout début. Ce qui change ? Un univers différent de celui de l’Assassin royal, moins médiéval et plus proche de la première époque industrielle. L’un des thèmes forts de cette série sera très probablement la lutte entre progrès et nature. Est-il nécessaire de détruire son environnement pour de la technologie et une production accrue dans l’industrie et l’agriculture ? Gernia est un royaume en pleine expansion économique et surtout industrielle et il détruit l’habitat naturel des peuples nomades mais aussi les grandes forêts. Ce qu’elle ignore c’est que l’un des membres de sa communauté, un futur officier de sa glorieuse armée a été irrémédiablement changé. Jamère ressent physiquement la mort des arbres par des malaises et fais des rêves bizarres. Tout ce que possède la nature comme défenseurs ce sont les Nomades qui eux seuls sont magiciens (et encore cette magie s’affaiblie car elle s’annule au contact du fer et Gernia n’en manque pas) et un jeune homme à la croisée des chemins, entre l’industrieuse Gernia et le monde chamanique des peuples plus « primitifs ». Evidemment, ce n’est que le début de la grande aventure et encore, ce n’est que la moitié du début de l’aventure puisque chaque volume en version originale est coupée en deux dans sa version française, Ce tome est plutôt à prendre comme une introduction et une mise en place des intrigues. 
Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Je ne sais pas si c'est normal, mais moi qui ai été plutôt déçu par "L'AR" (j'ai lâché au bout de deux volumes), je me laisserais franchement plus tenter par cette série...de toute façon ça ne me coûte rien de jeter un oeil.
Répondre
F
J'ai bien aimé le début de cette nouvelle série (surtout le côté cow-boys et indiens) et comme je ne voulais pas attendre, je l'ai lu en anglais et j'ai bien fait puisqu'encore une fois l'éditeur français a coupé le texte pour des raisons de marketing...
Répondre
C
En fait, j'ai trouvé le livre en biblio parce que comme toi si je dois achter ce sera en poche vu qu'il est hors de question que je donne encore des sous à Pygmalion. Néanmoins, je ne penses pas que j'aurai à acheter ma biblio a la quasi totalité des oeuvres de Robin Hobb et elle achetera surement la suite. :P
Répondre
L
Ahlalala comment me faire raler!!!!!J'adore  Robin Hobb, mais je vais devoir me résigner à attendre la sortie poche :( je vais me rabattre sur le Dieu dans l'ombre de la Urban FantasyTon avis donne vraiment envie en tout cas:)
Répondre
C
Ben je suis en plein dedans L'appel de Mordant, même que je commence le dernier tome. Oui l'héroïne est bien énervante avec sa passivité mais je trouve que son inertie est parfaitement justifiée dans le contexte d'une éducation inhibitrice et son arrivée dans un monde dont elle ne sait rien mais elle commence à bien s'assumer par la suite.
Répondre