Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

25 avril 2006 2 25 /04 /avril /2006 00:32
LE BUVEUR DE LUNE de Göran TÜNSTRÖM
 Ed Actes Sud/302p
Trad (suédois): Marc de Gouvenain et Lena Grumbach 
Petur est de retour en Islande où son père vient de mourir. Isolé dans leur maison près du volcan La Fretlà, il entreprend de raconter son père fantasque, sa mère sismique avalée par un volcan et son enfance.
Il n'y a pas de mot pour dire toutes les émotions qui se sont succédées à la lecture, si ce n'est  un seul: Encore ! Oui encore des mots magiques qui vous font voyager loin dans votre cœur, encore des voyages sur la lune, des recettes de poisson délirantes, et encore une guerre diplomatique causée par un ballon de foot. C'est le livre à lire et relire, à relever tous les paragraphes fabuleux qu'il recèle. Oui je veux aller en Islande pour ça
Les nuages qui avaient obscurci le sommet de la Fretla reculèrent soudain et le pré devant mon chalet d'été s'illumina. La mer d'un bleu profond était hachée de rouleaux blancs et sur la côte des centaines de sternes se baignaient dans une petite flaque. Il y avait aussi des pluviers dorés, des pies de mer et des mouettes qui de temps en temps tels des nuages de neige, émergeaient des montagnes d'oiseaux. Les huit chevaux de l'épicier échangeaient de grands hochements de tête et un léger vent frais descendu du glacier courut sur les coussins mauves du serpolet avant de s'en aller vers les champs de lave des Terres-Stériles.
Et puis pas la peine de partir il suffit de le relire et de se laisser porter par les phrases. C'est aussi une histoire d'amour entre un père et un fils, un père qui aura toute sa vie chercher à compenser l'absence de la mère et à  offrir à son fils, une histoire unique et des souvenirs inoubliables.
En fin de compte tout ce que nous vivons n'est que divagation de l'esprit. En fin de compte, nous aurons quand même inventé nos vies, écrit une chanson qui s'attarde sur la surface de la terre une minute encore après que s'est tue la dernière note. C'est la raison pour laquelle cette bougie est ici pour dire : Il y a bien eu un récit, la flamme est faible, vacille faiblement. (extrait)
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Agnès 12/11/2007 08:51

Je cherche aussi à convertir mon entourage à la littérature tunströmienne, le plus souvent en offrant le livre, et parfois j'y arrive ;).Oui, les textes sont très beaux en suédois aussi et la traduction francaise de Marc de Gouvenain et Lena Grumbach est vraiment excellente.

Chimère 12/11/2007 08:22

Comme tu le dis, les fans de l'auteur sont super rares mais je ne désespère pas de convertir des indécis. Je suis super impressionnée, tu lis dans le texte ! Alors, est ce que ses livres sont aussi beau et bien écrit qu'en français ?

Agnès 11/11/2007 20:30

Ca fait déjà plusieurs fois que je passe sur ton blog sans laisser de commentaires, mais, en voyant que tu citais Tunström, je n'ai pu résister plus longtemps. Comme toi j'adore Tunström et Le buveur de lune est un de mes livres préférés, lu et relu je ne sais combien de fois. Ca fait plaisir de trouver enfin quelqu'un qui connait aussi et apprécie cet auteur ;).