Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 06:29
AUTOBIOGRAPHIE D’UNE TUEUSE
de Brigitte KERNEL
Ed Flammarion/304p
 
Eugénie Grandet, 82 ans, a bel et bien l’intention d’être la première centenaire de son petit village de France et de connaître la gloire télévisuelle. Pas question d’être doublée par les petits vieux qui ont eu le mauvais goût d’avoir quelques années d’avance sur elle, quitte à les dégommer proprement. C’est qu’elle s’y entend très bien cette petite mamie pour se débarrasser des gêneurs ou de ceux qu’elle aime trop. Après tout elle a bénéficié de l’éducation d’une tante spécialiste dans l’art de mitonner des petits meurtres parfaits qui ne laissent jamais de trace. En attendant, Eugénie se passionne pour l’émission Retrouvailles et voue un culte à sa présentatrice Clémence et est prête à tout pour attirer son attention et ce ne sont pas quelques cadavres de plus à son actif qui vont la gêner.
 
Les grands criminels ne sont pas toujours ceux que l’on croît, il se pourrait que se soient ceux qui ne se font jamais prendre et que personne ne songerait à soupçonner une seconde. Mais, le journal intime de cette vieille dame indigne capable de tout pour accéder à la gloire est là pour nous ouvrir les yeux sur l’art et la manière de conduire son prochain au cimetière. Spécialiste des accidents « la faute à pas de chance », empoisonnement « suicide » ou « erreur dans la prise des comprimés » ou « la bonne vieille recette des champignons façon tante Faujeron », Eugénie a grandi dans l’ombre d’une tante meurtrière qui lui a légué son art et a pris grand soin d’appliquer les leçons apprises. Avec amusement, on finit par découvrir ce qui se trame réellement dans la nouvelle lubie télévisuelle d’Eugénie et on finit avoir pitié de ce « monstre » qui aura probablement été manipulée toute son existence. Mais bon, pas question de rester seule un instant avec cette vieille dame pas si inoffensive que cela, on ne sait jamais.
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Ah tu avais remarqué aussi Florinette ! :)
Répondre
F
De tout façon, rien qu'à voir sa tête sur la couverture, elle ne donne pas envie à ce qu'on reste avec elle ! ;-o)
Répondre
C
c'est original en tout cas...
Répondre
C
Effectivement Cathulu, c'est loin d'être du très bon mais c'est sympathique et, j''avoue mon affection pour les vieilles dames indignes.
Yueyin, dans le livre aussi, les personnages ont la même réflexion
Papillon, tu me poses une colle. Bien possible. Je ne jurerai de rien.
Répondre
P
Brigitte Kernel, c'est celle de la radio ?
Répondre