Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 00:00

 

 

Les cent milles royaumes1 - LES CENT MILLE ROYAUMES de N.K JEMISIN

Ed Orbit

Pages : 324

Trad (anglais, états unis) : Alexandra Maillard

Grand format

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

Les cent milles royaumes vivent dans une paix toute relative grâce à la domination des Arameri, une famille royale qui règne depuis Ciel, le palais sur tous les peuples. Si les Arameri sont devenus si puissant c'est suite à une guerre des dieux qui s'est achevé sur la victoire d'un seul et que celui-ci a enfermé les vaincus dans des corps de mortels pour qu'ils soient les esclaves des Arameri qui les utilise comme des armes pour assoir leur pouvoir. Il y a des années de cela, la fille préféré de l'empereur régnant, a épousé un homme du peuple Dare contre l'ordre de son père et a donc été exilée et déchue. Sa fille Yeine est un jour appelée à se présenter devant son grand père à Ciel, un endroit dont on ne revient pas.

 

 

Au premier abord, j'étais plutôt dubitative. Les premières pages assez obscures n'aident pas beaucoup à se projeter dans le livre. Cela est dû au fait que l'auteur a choisi de plonger directement le lecteur dans un monde imaginaire très exotique, et en faisant parler à la première personne son héroïne la jeune Yeine. Mais petit à petit, le charme a opèré. J'ai fini par m'attacher à cette jeune adolescente avec les responsabilités d'une adulte qui va partir en quête des secrets de sa famille et surtout de sa mère morte assassinée. Sans compter, cette sensation de compte à rebours permanent qui finit par rythmer les pages. Elle court contre la montre la petite Yeine, elle a si peu de temps pour apprendre et comprendre ce que le destin lui réserve.

 

Outre une histoire passionnante, le roman cumule plusieurs bonnes surprises à commencer par le cadre vraiment très singulier et qui change des sempiternels mondes moyenâgeux souvent évoqué en fantasy. Le palais de Ciel recèle des idées étonnantes de décors et de technologies. Ensuite, cette idée des dieux présents parmi les hommes, surpuissants mais néanmoins limités du fait d'être dans des corps de mortels et considérés comme des armes par les humains, cette mythologie qui se distille doucement dans le récit et que l'on découvre pas à pas, laisse entrevoir un monde d'une grande richesse et très bien pensé. L'auteur s'éloigne du classicisme en fantasy en proposant des noms à consonance africaine par exemple, en montrant des ascenseurs dans le palais, en créant une magie pas très recommandable pratiquée par les scribes e. J'ai donc été dépaysée et ravie de l'être

 

Ce premier tome raconte une histoire qui se suffit à elle-même, mais même si le récit connaît une fin, la suite entrevue dans les dernières pages donne vraiment envie d'en savoir plus. Je suis très curieuse de savoir comment ces fameux cent milles royaumes vont évoluer après le final du premier tome qui bouleverse complètement la donne. Une très bonne surprise et un roman à recommander. 

 

note41.jpg

 

les-royaumes-dechus.jpg

 

Enfin, j’ai pu lire le deuxième tome de la Trilogie de l’Héritage. Et comme, le premier était quand même loin dans ma mémoire de poisson rouge, le démarrage a été un peu long (note à moi-même : ne pas avoir un temps de latence aussi long qu’un an pour le troisième tome). Il faut dire que l’écriture elliptique n’aide pas non plus. Il m’a fallu du temps pour raccrocher les wagons et me souvenir de qui était qui.

J’ai l’air de ne pas avoir aimé ce livre mais en fait non, j’ai adoré, peut-être même plus que le premier.

Comme précédemment, il s’agit d’une histoire complète qui prend place dix ans après la fin des événements du volet précédent mais avec un changement de narratrice. Cette fois ci, c’est Orie qui nous raconte son histoire. Orie vit à Ombre la cité qui vit entre les racines de l’arbre géant et sous son ombre. A Ombre humains et dieux se côtoient. Orie est aveugle mais peut voir les génitures ces enfants des dieux et la magie. L’histoire commence avec l’assassinat d’une géniture déesse de guérison et qui officiait comme rebouteuse dans un des quartiers de la ville. Ce meurtre va entraîner Orie dans les méandres de sombres complots dont elle devient l’objet de convoitise principal. Pourquoi ? Qui est Brillant cet homme qui n’est pas un dieu mais a en les pouvoirs qu’elle a recueilli ? Les réponses

L’auteur nous plonge directement au cœur de son récit et de son univers sans rien en dire de précis, sans réel repère. Puis par petites touches, elle distille les informations et peu à peu le motif se révèle. Elle enrichi encore plus son univers et sa mythologie (c’est le cas de le dire) en approfondissant les thèmes déjà évoqués et en ajoutant de nouveaux. Elle a une manière bien à elle pour vous accrocher au récit à laquelle j’adhère totalement. Une fois passé, les soucis de remettre les pièces précédentes dans l’ordre, il m’a été impossible de lâcher le livre avant la fin (et quelle fin si douce-amère, mon petit cœur en est encore tout ému et mes yeux mouillés).

Là c’est obligé, le dernier tome ne trainera pas si longtemps sur ma table de chevet.

Et puis vous qui passez par-là, n’hésitez pas, le premier tome vient de sortir en poche.  

 

note451.jpg


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chimère 27/11/2011 00:32


Je ne m'attendais pas à être autant agréablement surprise ! Bonne découverte ! 

yueyin 26/11/2011 23:29


aaaahhhh du dépaysement !!! J'en veux !!! :-)