Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 01:22

L'EQUILIBRE DES PARADOXES de Michel PAGEL

Ed Denoël/429p

France, 1904, le temps se met à dérailler et propulse en cette année là, en Bretagne, un soldat d'Attila, un cyborg, un extraterrestre, une princesse russe du XVIIIème siècle et une foule d'autres individus d'époques diverses. Tout ce petit monde pourrait fort bien déclencher la première guerre mondiale quelques années avant la date fatidique et donc changer l'avenir si de courageux et intrépides aventuriers n'étaient bien décidés à ramener un semblant d'ordre dans cette histoire paradoxale.

 Sous forme de journaux intimes de quatre des personnages principaux, l'auteur nous lance dans une histoire pleine de rebondissements, où il est impossible de s'ennuyer une seconde, avec un sens du suspense prodigieux. Et cerise sur le gâteau, c'est drôle, très drôle. Les personnages nous deviennent très vite sympathiques. On se croirait dans un roman d'aventure du début du siècle, mais en moins sexiste sur les bords et ça fait du bien. L'auteur à mon avis, a dû jubiler et prendre un plaisir fou à composer cette histoire qui aurait pu vite devenir totalement invraisemblable mais reste logique jusqu'au bout. A noter, que l'histoire L'étranger qui précède le roman proprement dit est une introduction des personnages principaux et en plus il permet d'expliquer pourquoi ces personnages acceptent si facilement les explications du voyage dans le temps. J'ai adoré, ri beaucoup, et ne me suis pas ennuyée une seconde. Pendant quelques heures j'ai vécu une grande aventure avec un immense plaisir.

Mention spéciale à l'une des narratrices Sophie Perrisset : Contrairement aux trois autres, elle vient du futur : 1969. Elle débarque en 1905 de sa communauté dans l'Aveyon avec pour tout bagage, un magnétophone et des cassettes de ses groupes préférés,  ainsi qu'un foutu caractère et le langage qui va avec. Ayant la paresse d'écrire, elle enregistre son journal sur cassette sacrifiant ainsi ses musiques préférés. La plupart du temps son journal débute par :

(claquement, toussotement)Un..deux...bon ça à l'air de marcher. Qu'est ce que je dis moi maintenant ? Putain ! Quand je pense que je suis en train d'effacer Their Satanic Majesties, ça me fait mal tiens, mais je vois pas où je trouverais des cassettes vierges en 1905 ...
ou encore :
Adieu Pink Floyd, adieu Interstellar Overdrice ! Je vous regretterai mais y a des trucs que je peux pas passer sous silence.
L'avis enthousiaste de Cuné

 

 

 

Repost 0
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 00:17
 
J'AI REVE DE COURIR LONGTEMPS de Ron MCLARTY
Ed AlbinMichel/398p
Trad : Valérie Malfoy

Smithy a 43 ans il est obèse, alcoolique, et au bout du rouleau. C'est alors que ses parents meurent dans un accident de la route et que le jour des obsèques, lui parvient une lettre lui annonçant que le corps de sa sœur Bethany disparue il y a vingt ans se trouve dans une des morgues de Los Angeles. Smithy craque. Ayant retrouvé le vélo de son adolescence, il part sur la route. Direction Los Angeles...
C'est l'histoire d'un homme qui pensait que sa vie était finie et qui en fait commence juste à la vivre.  Un jour je me suis réveillé, une vingtaine d'années s'étaient écoulées et j'ai découvert que je n'avais jamais conversé avec personne, sauf quand j'avais un coup dans le nez. Et même là c'était toujours des futilités. Voilà une autre nouveauté : je parle. Je m'intéresse aux autres. j'ai envie d'apprendre des choses.(Extrait)
Ah comme on est bien sur les routes avec Smithy. On redécouvre le monde, la vie, les gens avec lui.  Au gré de son odyssée, il fait des rencontres, certaines bonnes, d'autres mauvaises, il redécouvre le plaisir de la lecture. C'est aussi l'occasion de faire le point sur le passé, sur le comment on en est arrivé là et sur le mystère entier de Bethany sa soeur qui entendait une voix et qui passait son temps à fuguer jusqu'à sa disparition définitive. Cette soeur qui savait qu'il était important pour son frère surnommé Hameçon de ne jamais cesser de courir c'est à dire de vivre.  Je t'aime Hameçon ! Plus que tout au monde. Même quand je suis folle, j'ai de bonnes pensées à ton égard et te souhaite de vivre de belles choses. Tu te rappelles le jour où tu m'as retrouvée sous le château d'eau et que tu m'as laissée pédaler pendant que tu courais à ma hauteur ? C'est ça qui m'inquiètes. Ca m'inquiète que tu aies cessé de courir. Je veux que tu continues. Je veux que tu te rappelles comment on court. (Extrait)
 
Repost 0
20 avril 2006 4 20 /04 /avril /2006 08:13
LE FANTOME DE LA TOUR EIFFEL d'Olivier BLEYS
Ed Gallimard/411 p
 
 Armand Boissier jeune ingénieur est engagé pour le chantier du siècle : la construction de la Tour Eiffel. Mais ce projet est menacé par un architecte américain prêt à tout pour saboter le projet.
Ça commence plutôt gentiment pour finir dans le pas crédible et le ridicule. Pourtant, vu le résumé en 4ème de couverture, on pouvait espérer un bon roman d'aventure avec des personnages charismatiques et bien c'est raté.
Je me suis forcée pour le finir ce livre et je vais m'empresser de l'oublier bien vite. Bref, ce sera mon dernier roman de cet auteur qui décidément ne m'a pas convaincu du tout.
Repost 0
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 23:43

FRERE ALOYSIUS ET LE PETIT PRINCE de Philippe MONOT

Ed Nestiveqnen/318p (99p/318p)

 

  Ca commence par une illustration celle de la couverture. Qui sont donc ces deux personnages attablés dans ce qui semble être une bibliothèque. Bibliothèque qui ferait palird'envie bien des lecteurs acharnés du reste. Cest que tous ces gros volumes semblent très alléchants et donnent envie de les ouvrir pour découvrir ce qu'ils contiennent.J'aime bien les couvertures de livres qui donnent envie de savoir ce qu'ils contiennent.

 Et donc, après lecture des cent premières pages :

Le grand Effacement est ce phénomène curieux qui commence à altérer les choses, leur faisant perdre leur couleur puis leur consistance jusqu'à ce qu'elles soient remplacées par une surface brune et plane sans aucun relief.

Personne n'en connait la raison ni le moyen d'arrêter le processus. C'est alors que Frère Aloysius sur la foi d'une chanson populaire quitte l'Ecole de Magie pour  trouver un moyen de contrer l'Effacement. Mais il n'est pas le seul à avoir une idée sur la question et il semblerait qu'un sorcier qui a tout l'air du sale type soit entré dans la course. Il a du reste enlevé le prince Silvan qui serait semble t-il la clé de la solution.

C'est tellement bien écrit, impossible de ne pas sourire béatement devant les trouvailles de style, l'humour de certaines réflexions. Quant aux personnages, c'est un régal à les découvrir et les voir évoluer. J'aime beaucoup....je sens venir le coup de coeur pour cette histoire qui est si joliment racontée.

Repost 0
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 17:32
LE CINQUIEME HIVER DU MAGNETISEUR de Per Olov ENQUIST
 
Friedrich Meisner est un homme qui a la capacité de fasciner les foules et de les plier à sa volonté. C’est au cours de l’hiver de 1793 qu’il fait son entrée dans la ville de Seefond où il s’installe en tant que magnétiseur et que les évènements vont se précipiter.
Difficile de résumer un roman comme celui-ci. L’histoire est vue à travers deux points de vue : Le rationaliste Docteur Selinger (à travers son journal) et par Meisner   (un personnage très ambigu et énigmatique). Selinger représente le rationnel, l’ordre, la réalité telle qu’elle est perçue par ses contemporains. A l’opposé se trouve Meisner, l’irrationnel, le représentant du chaos, de l’illusion, grâce à son don il fait entrapercevoir une autre réalité (celle de notre psychisme ?). Que se passe t-il lorsque ses deux réalités s’affrontent ? Voilà un récit qui pose beaucoup de questions, qui donne beaucoup de pistes et de réflexions à suivre après la lecture. C’est aussi un témoignage assez réussi sur le XVIIIème siècle, le siècle des Lumières, de la raison où la vogue des médiums, magnétiseurs et autres thaumaturges n’a jamais été aussi forte. Comme si le rationnel avait besoin de l’irrationnel pour exister et inversement.
Repost 0
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 17:26
DEBOUT LES MORTS de Fred VARGAS
Un arbre a poussé en une nuit dans le jardin d’une célèbre cantatrice. Celle-ci engage ses voisins trois jeunes historiens dans la dèche et un ex commissaire de police afin de résoudre ce mystère. Quelques temps plus tard, elle disparaît mystérieusement
Un bon petit policier, bien mené qui se lit d’une traite et un humour savoureux en plus. J’avoue avoir craqué pour l’ambiance franchement déjantée de l’histoire, un hêtre qui apparaît comme par enchantement dans un jardin, une bande d’historiens complètement farfelus avec des méthodes d’investigation plutôt loufoques, menée par un ex commissaire viré de la police pour avoir couvert un assassin. Bref sans être un grand roman policier, on passe un très bon moment en compagnie de ces joyeux cinglés et l’enquête se révèle vite palpitante à suivre
Repost 0
18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 18:22
L'ENFANT OMBRE de P.F. THOMESE
 ed Actes Sud/125p
 
 
Note biographique : Pieter Frans Thomése est né en 1958. Il a d'abord fait du journalisme et débuté en littérature en 1990 avec un recueil de nouvelles intitulé Zuidland (Terre australe); immédiatement remarqué et couronné. Son oeuvre comprend deux romans et trois recueils de nouvelles et de récits. 
 
Un jeune couple perd son enfant une petite fille de quelques semaines. Le père se lance dans l'écriture pour pouvoir faire son deuil. Mais l'écriture pose plus de questions qu'elle ne donne de réponses.
 
Emouvant, très sobre aussi pour un sujet qui aurait facilement tendance à sombrer dans l'excessif mélodrame. Ce n'est pas un récit linéaire mais plutôt une suite de textes courts, des fragments de réflexions et d'expériences que nous fait ressentir l'auteur. Un livre très poétique dans son contenu, grâce à une écriture très belle et sensible. 
 
Ce récit est vrai petit bijoux qui a une place privilégiée dans mes coups de coeur.
 
Repost 0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 16:29

 

ROBERTSON DAVIES

Lire un roman de Robertson Davies, c’est entrer dans un monde étrange. A première vue, il ressemble au notre. Mais les gens qui le peuplent se révèlent être excentriques, hors normes voire de nature ectoplasmique. Et si les évènements de la vie quotidienne pouvaient être normaux eux au moins. Et non, rien ne se passe comme on s’y attend. Des choses bizarres, des métamorphoses, des coïncidences curieuses, des miracles surgissent sur les chemins qu’empruntent les personnages. Bienvenue dans l’univers magique de Robertson Davies.

LA TRILOGIE DEPTFORT

 L’objet du scandale/Le manticore/Le monde des merveilles.

 Comment une simple boule de neige va propulser trois garçons hors de leur petit village de Deptfort et lier leur destin personnel à celle-ci et aux conséquences inattendues de sa trajectoire. En trois tomes, trois points de vue, trois versions des circonstances curieuses de la mort de l’un d’entre eux. Idéal, pour découvrir l’écriture de Robertson Davies et faire connaissance avec son personnage fétiche, Dunstan Ramsay, excentrique professeur d’histoire qui arpente régulièrement les autres romans de l’auteur.

 LA TRILOGIE CORNISH

Les anges rebelles/Un homme remarquable/La lyre d’Orphée.

  Francis Cornish amateur d’art et mécène est au centre de cette trilogie. Suite à sa mort, on découvre un manuscrit inédit de Rabelais qui suscite bien des convoitises dans le milieu universitaire et aboutira à un meurtre. Zadkiel l’ange et Meimas le démon, sont chargés d’écrire la biographie de ce curieux personnage, et de déterminer en quoi il fut un homme remarquable. Qui était-il vraiment ? Mécène ? Peintre génial non reconnu ? Faussaire ? Espion ? Il semblerait que Francis Cornish ait eut plusieurs vies. C’est alors qu’est créée La Fondation Cornish dont le but est de soutenir financièrement des projets artistiques. Ca tombe bien, une étudiante en musicologie a conçut le projet fou de créer la musique autour d’un livret d’opéra inachevé d’E.T.A Hoffman sur le thème de la mythologie arthurienne. De mieux en mieux, Hoffman en personne veille sur le projet sous la forme d’une âme errante dans les limbes

Avis plus détaillé ici

 LA TRILOGIE DE TORONTO (inachevée suite aux décès de l’auteur en 1995)

Fantôme et Cie/Le maître des ruses

 Un homme assassiné par l’amant de sa femme et devenu fantôme accompagne celui-ci à un festival de cinéma muet. Mais les films projetés ne sont pas aux programmes et retracent les origines familiales du spectre Gilmartin. Jonathan Hullah un médecin aux méthodes non conventionnelles reçoit la visite d’une journaliste désireuse d’écrire un article sur le vieux Toronto. Il se trouve que le docteur Hullah est également le parrain de ce Connor Gilmartin qui terminera son existence sous la forme d’un fantôme et que la journaliste est la future épouse infidèle.

Robertson Davies est entré dans mon panthéon personnel d’auteurs, et ce dès les premières pages lues de L’objet du scandale. D’abord curieuse de connaître cet auteur,ensuite avide de lire tout ce qui était disponible en bibliothèque, j’ai été conquise par l’écriture, les thèmes, l’inventivité débordante des intrigues, les personnages fascinants de complexité et d’excentricité pour certains. Faites en autant, vous n'allez pas le regretter..

Repost 0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 15:56

 

 

 

Qui aurait pensé un jour que moi aussi je serai atteinte par le virus du blog. J’ai bien tenté de résister  à l’embryon d’idée qui commençait à germer mais rien n’y a fait. La petite idée a commencé à trottiner dans la tête puis à courir le marathon en faisant le plus de bruit possible jusqu’à ce que je craque et que je donne mon accord. Tu as gagné t'es contente !On va se trouver un petit chez  nous bien douillet pour étaler en long, en large et en travers les joies, peines, enthousiasmes ou déceptions de la fondue de lecture que je suis.

Et maintenant, bonjour l’angoisse. Est ce que ça va plaire ? Est ce que j’ai bien traqué toutes les fautes d’orthographe ? Et niveau technique je vais assurer ? J'ai le trac. J'ai le coeur en palpitation maximum. Je suis sure que je suis verdâtre. Maman, au secour !

Comme vous pouvez le constater les cartons ne sont pas tous ouverts, la déco n’est pas grandiose, mais les petits fours sont sur la table, le champagne est au frais, alors entrez donc vous êtes les bienvenus. 

 

Repost 0