Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 19:26

entêtecrit7

Dans ce premier tome, on découvre l’héroïne de cette saga au temps de la préhistoire : Ayla. Ayla c’est une petite fille dont le clan a disparu lors d’un tremblement de terre et qui est recueilli par un autre clan. Sauf que ce clan n’est pas de la même espèce humaine qu’elle.

 

Toute l’originalité du personnage vient de ce parcours atypique qui va marquer le reste de son existence, sa personnalité et son rapport aux autres. L’auteur en profite pour nous faire un cours très intéressant sur les différentes techniques de chasse, de taille d’outils, et autres détails sur la vie au temps préhistorique. On y découvre également les prémices de la médecine, et les premiers cultes. Je suis toujours autant agacée par l’aspect didacticiel du roman mais en fait, il est largement compensé par l’écriture très agréable et l’histoire qui est racontée. Au fond, ce qui est important c’est de passer un bon moment et d’avoir envie de lire la suite ce qui est le cas.

 

Pour une relecture, j’ai été très vite, remise dans l’ambiance de ma première lecture et il m’a même tardé de passer au second tome bien que j’en connaisse également l’histoire. De plus, entre ces deux lectures, du temps s’était écoulé et vu le nombre d’événements que j’avais oublié, c’était comme une vraie découverte.

 

note41.jpg

 

Repost 0
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 00:00

 

entêtecrit3

 

 

Pour un avis sur La planète aux vents de folie

 

Entre La planète aux vents de folie qui décrit l’origine de la civilisation ténébrane (ambiance SF) et Reine des orages, dont l’histoire se déroule pendant Les âges du chaos, une période plutôt trouble et violente de l’histoire de Ténébreuse (ambiance fantasy), il existe un énorme décalage. On a même l’impression que ces deux livres n’ont rien à voir ensemble. Visiblement, il s’est écoulé beaucoup de temps entre les deux, puisque les habitants de la planète ont tout oublié de leurs origines.

 

Il est dommage que l’auteur n’ait pas approfondi cette époque de son cycle car certaines idées développées dans ce roman sont fascinantes. L’auteur présente une civilisation archaïque et féodale dans ses coutumes et mœurs mais avec des moyens technologiques avancés tels ces planeurs pilotés par télépathie, ou ces manipulations génétiques de haut niveau pas toujours moralement défendables du reste. Ajouté à cela, le fait que les pouvoirs psychiques de la caste dominante atteignent des sommets que l’on ne retrouvera plus dans les périodes suivantes et qu’ils sont utilisés sans vergogne dans les guerres incessantes que se livrent les clans. D’où des conflits avec des armes de destruction massive à faire peur et faisant beaucoup de dégâts.

 

La relecture fut vraiment très agréable. Parce que ma première lecture datait de xxxx temps (non vous ne saurez pas de combien d’années, bandes de vilains curieux) beaucoup de détails s’étaient effacés dans ma mémoire. J’ai donc pu redécouvrir les personnages et l’histoire quasiment avec un œil neuf. Je ne me souvenais pas de ce sentiment d’amertume du personnage d’Allard à la toute fin et sa résignation face à ses nouvelles responsabilités qu’il endosse à contre cœur. C’est dans ce tome que commence à se construire les sept domaines et l’ébauche de ce que seront les structures politiques et sociales de la planète.

 

note41.jpg

Repost 0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 00:00

 

L'apprentissage du guerrierL'APPRENTISSAGE DU GUERRIER de Lois McMASTER BUJOLD

Ed J'ai Lu

Pages :408

Trad (anglais, états unis) : Geneviève Blattmann

Format poche

Genre : sf

Challenge : cycles au long cours...

 

 

logocy1

 

Donc dans le cadre de mon défi personnel sur les cycles au long cours, j’ai inclus la saga des Vorkosigan avec pour figure centrale le charismatique Miles Vorkosigan.

 

Pourquoi ?

1/D’abord parce que j’en avais envie.

2/Ensuite parce que J’ai Lu Millénaire ressort l’intégrale du cycle avec une nouvelle traduction (plus fidèle au texte original).

3/Enfin parce que le dernier tome de la série Cryoburnest également sorti et que j’ai trop hâte de le lire.

4/Toutes les raisons sont bonnes, pour se replonger dans les aventures mouvementées du nabot le plus attachant de la sf.

 

Les deux premiers tomes déjà abordés dans ce blog (à savoir ici) relataient la rencontre des parents et la naissance de Miles.Né dans une société où il ne fait pas bon de présenter des infirmités, ce dernier n’a décidemment pas les bonnes cartes en main pour réussir dans la vie avec ses os fragiles comme du verre et sa très petite taille, mais il a un avantage non négligeable, un cerveau qui fonctionne à plein régime.

 

Dans L’apprentissage du guerrier, il inaugure la longue série d’embrouilles et combines géniales mais casse-gueule dont il deviendra coutumier durant le reste de la saga. Après avoir échoué aux épreuves de recrutement de l’école des officiers de l’armée barrayaranne, Miles décide de panser ses blessures d’amour propre et blessures tout court par un petit voyage chez sa grand-mère bétane. Et tout cela pour se retrouver à jouer les chefs militaires d’une armée de mercenaires engagés dans une guerre inter planétaire, alors qu’il n’a aucune expérience en plus de trouver le moyen de rembourser ses dettes.

 

Véritable génie de l’improvisation totale et sans filet servie par un débit verbal impressionnant, toujours à la limite de se planter, le petit bonhomme parvient toujours à garder la tête hors de l’eau. Il en résulte de grands moments de pure jubilation à la lecture des improbables numéros d’équilibriste de Miles. Vu sa tendance naturelle à se jeter tête baissée dans les problèmes, problèmes qui ont eux aussi tendance à se compliquer au fur et à mesure, on reste forcément scotché aux pages. Sans compter que certains événements de ce tome auront des répercussions dans l’évolution du personnage principal dans la suite (je pense à Memory qui est un épisode charnière dans la vie de Miles).

 

Autour de Miles gravitent des personnages secondaires attachants qui ne manquent pas de personnalité et de sens de la répartie face à l’envahissant petit génie (et il en faut si on veut survivre à cette tornade) c’est toujours le bonheur de retrouver tout ce petit monde, les voir évoluer chacun à leurs manières, de faire connaissance avec les petits nouveaux qui apportent une nouvelle dynamique relationnelle.

 

Une entrée en scène réussie pour le héros de cette saga qui donne envie de lire la suite.

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

 

miles vorkosiganMILES VORKOSIGAN de Loïs McMASTER BUJOLD

Ed J'ai Lu

Pages : 376

Trad (anglais, états unis) : Arlette Rosenblum

Format poche

Genre : sf

Challenge : cycles au long cours....

 

 

Enfin, Miles a atteint son objectif. Il vient de finir sa formation d’officier. Le tout jeune Enseigne Miles Vorkosigan attend sa première affectation avec impatience rêvant de gloire, de vaisseaux spatiaux sillonnant l’espace et…la chute sera d’autant plus dure. Le voici propulsé à Kyril, l’endroit le plus glaciaire et déprimant de Barrayar en tant que météorologiste. Et pour couronner le tout son supérieur le hait. Ejecté de l’armée (une carrière des plus courtes vous en conviendrez), il est récupéré par la Sécurité Impériale qui a besoin de lui pour une mission particulière. Mission qui quand on connait le bonhomme va très vite se compliquer.

 

C’est avec ce livre que j’ai réellement pris la mesure de Miles le nabot le plus attachant de la sf. Il entraîne le lecteur dans d’invraisemblables imbroglios dont on se demande comment il va parvenir à s’en dépatouiller. Il faut le voir jongler avec trois ou quatre fausses identités à la limite de la personnalité multiple, élaborer des stratégies toutes les dix secondes, mentir avec aplomb aux uns et aux autres sans jamais s’emmêler dans ses inventions délirantes et improviser des plans de secours improbables mais qui fonctionnent. Mais ce ne serait rien sans les personnages secondaires savoureux et attachants au possible que l’on recroisera plus tard et puis la dose d’humour qui fait pétiller le tout.

 

Prêts pour la suite ? Moi aussi.

 

note451.jpg

 

 

 

 

 

 

cetagandaCETAGANDA de Loïs McMASTER BUJOLD

Ed J'ai lu

Pages : 350

Trad (anglais, états unis): Bernadette Emerich/Alfred Ramani

Format poche

Genre : sf

Challenge : Cycles au long cours....

 

 

Quand Miles n’est pas en train de travailler dans les opérations occultes de la Sécurité Impériale, il accomplit ses obligations d’héritier du comte Vorkosigan. C’est ainsi que lui et son cousin Ivan Vorpatril sont envoyés sur Eta Ceta, afin de représenter l’Empire Barrayaran aux obsèques de l’Impératrice Douairière de Cetaganda. Et bien entendu, dès leur arrivée, le début des ennuis commence. Il est incorrigible ce petit fouineur ! En même temps si tout se passait comme prévu, il n’y aurait rien de bien croustillant à lire non plus. Voilà donc Miles embarqué dans une de ses embrouilles dont lui seul a le secret et comme c’est un gars volontiers partageur, il traîne avec lui son très réticent cousin Ivan dans l’aventure.

 

Ce qui rend la marge de manœuvre des deux héros très réduite c’est le climat un peu tendu entre Cetaganda et Barrayar. Après tout, il a fallu 20 ans aux barrayarans pour se libérer de l’occupation cétagandane et à quel prix ! Une bonne partie de la planète subit encore les effets des radiations et on comprend le rejet viscéral de toute mutation de Barrayar. Alors que les cétangandans, ne cessent de trafiquer leurs gènes sans complexe, d’où une civilisation des plus curieuses mais fascinante à découvrir.

 

C’est la première fois que je relis ce tome contrairement à d’autres qui ont été relus plusieurs fois et je me suis follement amusée (à des funérailles, c’est pas sérieux ça !) à suivre les circonvolutions cérébrales de Miles et ses tentatives pour résoudre une affaire criminelle, empêcher une future guerre Barrayar vs Cetaganda, sauver l’honneur d’une dame de compagnie de feue l’impératrice, déjouer un complot politique à vaste échelle, mais surtout j’ai adoré retrouvé le duo comique mais efficace qu’il forme avec son infortuné cousin Ivan, qui tente par tous les moyens d’empêcher son hyperactif de cousin de se mettre plus dans le pétrin qu’il ne l’est déjà et à éviter d’y laisser trop de plumes lui-même. Les dialogues entre les deux sont tout bonnement hilarants.

 

Une très bonne redécouverte finalement.

 

note451.jpg

Repost 0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 00:00

 

les loups de la callaLES LOUPS DE LA CALLA de Stephen KING

Ed J'ai lu

Pages : 663

Trad (anglais, états unis) : Marie de Prémonville

Grand format

Genre : fantasy

Challenge : Cycles au long cours...

 

 

logocy1

Ce cinquième tome marque le retour à l’histoire principale après la longue pause du quatrième avec une ambiance à la ‘Les sept mercenaires ». Sauf qu’ils ne sont pas sept mais cinq en comptant le bafou-bafouilleux.

 

Je crois bien que c’est à partir de ce volet que les allusions aux autres œuvres de Stephen King commencent à pulluler. Il est vrai qu’il souhaitait faire de la Tour Sombre le point de convergence de tous ces livres. Et ça marche. On y croise le Père Callahan de Salem’s Lot qui va jouer un rôle déterminant mais également l’auteur qui s’inscrit lui-même comme personnage dans son récit. Mais ceci sera plus flagrant par la suite.

 

Revenons à notre ka-tet engagé par les habitants de Calla Brys Sturgis pour les aider à combattre les Loups de Tonnefoudre de mystérieux cavaliers qui viennent régulièrement depuis des années enlevés leurs enfants. Au fur et à mesure que la date fatidique approche la tension monte et petit à petit les révélations, les sombres machinations autour de la Rose et de la Tour deviennent plus se précisent et le compteur tourne avant la confrontation finale qui attend les pistoleros. Comme le dit Roland, c’est des jours et des jours de préparation pour cinq minutes d’action pure ce qui se traduit par des pages et des pages de présentations des lieux, personnages, enjeux, stratégies pour se conclure en quelques pages par le combat tant attendu.

 

Encore une fois, j’ai été happée par le récit, qui se lit malgré son côté imposant en nombre de pages limite trop vite. J’ai adoré toutes les petites références aux œuvres cultes telles que Starwars ou Harry Potter avec une utilisation inattendue des Vifs en plus meurtrier et en moins quidditch. Evidemment la fin appelle la suite au vu de la tournure des événements concernant le devenir d’un des personnages. Mais je sais aussi que je vais avoir le cœur brisé en lisant cette suite. Maudite Tour tiens !

 

note451.jpg

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 00:00

 

Le noir desseinLE NOIR DESSEIN de Philip Jose FARMER

Ed Le livre de Poche

Pages : 538

Trad (anglais, états unis) : Guy Abadia

Format poche

Genre : sf

Challenge : cycles au long cours...

 

 

 

logocy1

De retour dans le monde du fleuve où plusieurs lignes d'histoires vont se croiser. Soit d'une part, Burton et son équipe toujours en train de remonter le fleuve pour atteindre une mystérieuse Tour qui serait le centre de commande des Ethiques, ceux qui ont ressusciter l'humanité sur cette planète bizarre. Soit également Sam Clemens qui avec son bateau de fer le Mark Twain poursuit le roi Jean qui lui a volé son premier bateau. Soit une expédition lancée toujours vers la Tour, mais cette fois ci en dirigeable....

 

Par alternance, on suit l'un et l'autre de ces fils jusqu'à certaines révélations intéressantes. L'évolution des civilisations du Fleuve est également fascinante à suivre. Il semble que l'humanité se soit un petit peu pacifiée. D'autant, qu'il n'est plus possible de ressusciter désormais. Mais ce volet fut un petit peu longuet malgré des pistes possibles à exploiter par la suite. En tout cas, la technologie évolue, de nouvelles religions se mettent en place, des personnages prennent de l'importance et d'autres dévoilent des aspects bien cachés ce qui augure bien pour la suite.

 

Un peu trop verbeux mais pas dénué d'intérêt.

 

Et pour les tomes précédents c'est par ici

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

le labyrinthe magiqueLE LABYRINTHE MAGIQUE de Philip Jose FARMER

Ed Le Livre de Poche

Pages:509

Trad (anglais, états unis) : Charles Canet

Format poche

Genre : sf

Challenge : Cycles au long cours...

 

 

Remonter le fleuve et atteindre la Tour est enfin à leur portée, la Tour et les réponses à leurs questions ? Quels secrets se cachent à l’intérieur de celle-ci ? Pour cette résurrection de l’humanité ? Qui est l’Ethique renégat et quel est son véritable but ? Toutes ces questions trouvent leurs réponses. Et en soi, elles sont assez logiques si on accepte le concept limite capillotractré qui nous est servi. Certes l’idée en elle-même est fascinante mais, j’ai du mal avec cette explication qui m’a paru un peu vaseuse quand même.

 

Ce qui me gêne c’est qu’avec une idée de départ aussi forte, des personnages au potentiel explosif et carrément illimité, on en arrive à espérer un final grandiose à la hauteur du thème abordé et on se retrouve avec une confrontation courtoise et sans grande saveur et un suspens sensé être dramatique mais qui ne l’est pas vraiment. Tant de tension cumulé pour en arriver là… Plus que le concept en lui-même c’est la façon dont il est amené qui gâche un peu l’ambiance.

 

L’auteur a tenu à rajouter un cinquième tome à son cycle mais étant donné que la fin proposée dans ce tome conclut toutes les intrigues, je n’irai pas plus loin.

 

note351.jpg

Repost 0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 00:00

 

L'ombre des anciensLE SECRET DE JI : 3 L'OMBRE DES ANCIENS

de Pierre GRIMBERT

Ed Mnemos

Pages :

Format poche

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

logocy1

Après avoir survécu aux embûches qui menaient à un dieu capable de donner des réponses à leurs questions les héritiers connaissent maintenant le nom de leur ennemi mais pourquoi vouloir les tuer et pourquoi maintenant ? En attendant, la fine équipe cherche à résoudre cette énigme partout où c’est possible et entreprend un très long voyage, tandis que quelque part une immense armée s’apprête à envahir les royaumes.

 

On sent que bientôt les choses vont devenir de plus en plus sérieuses et dangereuses. Toujours est-il que nos héros qui n’ont peur de rien ou presque vont devoir faire des recherches dans une bibliothèque où pullulent spectres farceurs, esprits assassins et où les bibliothécaires ne se déplacent que muni d’épées, et de runes de protection (pas forcément efficaces), avant de partir vers la source de leurs ennuis à savoir le berceau des dieux, rien de moins.

 

Du pur divertissement avec de l’action, de l’humour (un peu moins dans ce tome mais quelques passages sont bien marrants), des personnages auxquels on s’attache facilement et une intrigue plutôt bien foutue qui en tout cas donne envie de savoir le fin mot de l’histoire, histoire qui se termine au tome suivant.

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

 

le doyen éternelLE SECRET DE JI : 4 LE DOYEN ETERNEL

de Pierre GRIMBERT

Ed Mnemos

Pages : 418

Format poche

Genre : fantasy

Challenge : cycles au long cours....

 

 

La dernière ligne droite pour les héritiers est dans ce tome conclusif. Mais avant de partir affronter leur ennemi et ses armées et accessoirement sauver le monde comme tout bon groupe de héros qui se respecte, c’est le secret gardés par leurs ancêtres qui leur sera dévoilé par Nol en personne et sur le sol même du Berceau des Dieux. Et par conséquence, ils prendront également la mesure des projets mégalomaniaques de conquête de leur ennemi et pourquoi, il souhaitait la mort de tous les héritiers. L’heure de la confrontation finale a enfin sonné et chacun aura à prouver sa valeur et mettra ses compétences acquises au cours des derniers mois pour empêcher le monde de sombrer dans une ère de ténèbres.

 

De l’action à tous les étages, une course contre la montre pour mettre fin à la menace, autant dire que tout le monde va devoir se serrer les coudes, et faire front commun. Avec en clef de voûte, la résolution des énigmes, des perspectives inédites pour les futures générations issues des héritiers et avec une fin plutôt ouverte qui amènera des suites pas franchement à la hauteur, c’est ainsi que s’achève un sympathique petit cycle de fantasy, qui propose un divertissement à la hauteur avec toujours sa dose d’humour qui va bien avec ce genre d’aventure.

 

note41.jpg

Repost 0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 00:34

 

magie et cristalMAGIE ET CRISTAL de Stephen KING

Ed J'ai Lu

Pages : 956

Trad (anglais, états unis) : Yves Sarda

Format poche

Genre : fantasy

Challenge : cycles au long cours...

 

 

logocy1 

 

956 pages, un bien gros volume pour ce qui est un tome des plus à part dans le cycle, limite une autre histoire. Mais quelle histoire !

 

Alors que la quête vers la Tour prend un rythme trépidant se terminant par un singulier duel mortel d’énigmes entre Blaine (un monorail psychopathe à tendance suicidaire) et nos héros, l’auteur se pait le luxe d’un énorme épisode flashback sur la jeunesse de Roland.

 

Et quel épisode : De l’épique ! Du grandiose ! De l’amour avec un grand A ! De l’action avec un grand A (avec des passages démentiels) ! Des ennemis dangereux comme les Chasseurs du Cercueil ou la vieille sorcière du Cöos ! Du pur western mâtiné de fantasy à la sauce Stephen King ! Et bien que n’ayant jamais aimé le western, j’ai adoré. Le tout pour finir avec la révélation que je n’avais pas vu venir à l’époque de ma première lecture et qui est à la mesure du personnage de Roland et de son évolution.

 

C’est également l’occasion de découvrir le monde de Roland avant qu’il ne change. Les prémices de la fin commencent à se faire sentir néanmoins. On rencontre enfin, ces personnages dont Roland se remémore de temps en temps, ses amis d’enfance et ses premiers compagnons, Cuthbert et Alain, qu’il a perdu sur le chemin de la Tour. Le premier Ka-tet de Roland, que d’émotion !

 

Un énorme pavé qui pourtant s’insère parfaitement bien dans le cycle et renforce l’univers de la Tour Sombre pour le rendre encore plus cohérent et crédible. Une parenthèse avant de reprendre la route en somme.

 

 

Pour voir les tomes précédents c'est ici

 

note451.jpg

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 07:58

le pistoleroLE PISTOLERO de Stephen KING

Ed J'ai Lu

Pages :247

Trad (anglais, états unis) : Gérard Lebec

Format poche

Genre : fantasy

Challenge : cycles au long cours...

 

  logocy1

 

L'homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait...ainsi s'ouvre une saga hors normes dans la fantasy, celle de La Tour Sombre (insipiré du poème de Browning Le chevalier Roland s'en vint à la tour noire). Cette première phrase entraîne forcément le lecteur dans un monde étrange, d'autant plus étrange que l'auteur ne donne pas beaucoup d'explication sur cet univers où le western côtoie le féodal entre autres.

Dans un décor à la fois familier et décalé, l'intrigue se resserre autour de deux personnages antagonistes L'homme en noir, probable sorcier maléfique ou pas forcément et Le Pistolero la version du chevalier dans ce monde obsédé à l'idée de trouver la tour sombre et dont son ennemi est le premier indice pour la trouver. Ces deux personnages jouent au chat et à la souris pendant tout le tome jusqu'à leur rencontre finale qui dévoilera une partie du destin du pistolero sur le chemin de la tour sombre dont tente de l'écarter l'homme en noir.

Ce premier tome était à la base une succession de longues nouvelles se basant dans le même univers et c'est probablement la raison pour laquelle ce n'est pas facile d'apprécier l'intrigue d'autant que l'on est dans un flou total. Qu'est ce que ce monde ? Pourquoi et en quoi a t-il changé ? Qui sont ces gens qu'évoquent la mémoire du pistolero ? Est-on sur notre monde dans un temps ou une autre réalité ? Autant de questions qui resteront quasi sans réponse dans ce court tome plutôt abrupt, pas forcément fait pour séduire d'emblée mais qui ouvre à des possibilités énormes pour les tomes qui suivront. Car il s'agit effectivement d'une oeuvre de jeunesse et l'auteur en développera l'intrigue, les personnages, l'univers durant des années tout en liant cette série à ces autres romans.

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

Les trois cartesLES TROIS CARTES de Stephen KING

Ed J'ai Lu

Pages : 499

Trad (anglais, états unis) : Gérard Lebée

Format poche

Genre : fantasy

Challenge : cycles au long cours...

 

 

 

 

Après sa rencontre avec l'homme en noir et un tirage de cartes façon tarot, Roland se réveille sur une plage déserte et hostile. Il va lui falloir reprendre la route vers la tour sombre mais comme tout héros qui part pour une quête périlleuse, il lui faut monter une équipe de choc à toute épreuve. Ce qui dans le langage de son monde s'appelle un ka-tet et c'est pas gagné vu qu'il est pas bien en forme et que ses futurs « amis » vivent dans notre monde à nous dans différents quand et qu'ils ont leurs propres problèmes personnels du genre drogue, dédoublement de personnalité et autres trucs aussi sympathiques. Pas facile la vie, d'aventuriers, pas facile.

 

C'est dans ce deuxième tome que le lecteur fait la connaissance avec ceux qui vont partir à l'assaut de la tour dans une quête épique et non sans danger. Enfin, il manque deux autres membres du ka tet qui devrait les rejoindre dans la prochaine étape sur le chemin de la Tour Sombre. Une relecture intéressante. C'est à partir de ce deuxième tome, que l'histoire commence à prendre corps et à devenir intéressante et moins étrange sans doute que le premier tome qui a tendance à dérouter le lecteur voire à le perdre complètement. Il s'agit en fait d'un second prologue qui amènera à une suite plus trépidante.

 

note41.jpg

 

 

 

 

 

terres perduesTERRES PERDUES de Stephen KING

Ed J'ai lu

Pages : 567

Trad (anglais, états unis) : J.D Breque et C.Poulain

Format poche

Genre : fantasy

Challenge : cycles au long cours...

 

 

 

 

Probablement, le tome que je préfère le plus dans la série. Je le trouve parfaitement équilibré. Entre, la découverte du monde de Roland, l'avancée de l'intrigue et celle de la mythologie de cet univers, la formation définitive du ka-tet en route vers la Tour Sombre, et la naissance des talents et aptitudes de chacun, impossible de lâcher les pages avant la fin. On découvre également, les liens entre notre monde et celui de Roland, les pièces maîtresses comme la rose, la tortue, le rayon...On y trouve des moments forts comme le passage mouvementé de Jake vers le monde de Roland, l'homme tic-tac, le mono Blaine qui aura son importance et les premières visions de cette Tour Sombre après laquelle courent nos héros.

 

La prairie s'étendait sur plusieurs lieues en pente douce et la Tour Sombre se dressait à l'horizon. C 'était un pilier de pierres ternes qui montait si haut dans le ciel qu'il pouvait à peine distinguer son sommet. Sa base, entourée de roses d'un rouge criard était d'une masse et d'une taille formidables, titanesques mais la silhouette de la Tour n'en était pas moins gracieuse. La pierre dont elle avait été bâtie n'était pas noire, contrairement à ce qu'il s'était imaginé, mais couleur de suie. D'étroites fenêtres se découpaient sur le mur, le gravissant en spirale ; sous les fenêtres grimpait un escalier de pierre apparemment infini. La Tour était un point d'exclamation sombre planté dans la terre et dominant le champ de roses rouge sang. (extrait),

 

Rétrospectivement alors que je sais ce qui va se produire et comment cela se finit, je me dis que ce troisème tome est en quelque sorte une forme d'âge d'or de l'équipée de Roland, Eddie, Susannah, Jake et Ote et je ne peux m'empêcher d'avoir un peu de nostalgie. La suite de leurs aventures ne se fera pas sans douleur, perte et deuil.

 

note451.jpg

 

 

 

Repost 0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 00:00

 

le monde du fleuve1 LE MONDE DU FLEUVE de Philip José FARMER

Ed Le Livre de Poche

Pages : 284

Trad (anglais, états unis) : Guy Abadia

Format poche

Genre : sf

 

 

 

Editeur : Le jour du grand cri, tous les humains qui avaient jamais vécu se réveillèrent, nus, sur  les rives d'un fleuve immense, le Fleuve de l'éternité. Trente et ou quarante  milliards, issus de toutes les époques et de toutes les cultures, chacun parlant sa langue, chacun ayant sa conception de l'au-delà et immensément surpris de se retrouver vivants. Parmi eux des ressuscités célèbres en leur temps, l'explorateur Richard Burton, Sam Clemens alias Mark Twain, Jean sans Terre, Hélène de Troie, Cyrano de Bergerac, Mozarrt, Ulusse et tous les autres.  Tous se demandent qui a construit ce monde impossible qui les a ramenés à la vie et pourquoi ?

 

 

Un postulat de base plutôt casse gueule mais qui finalement tient bien le coup. J'ai relu avec plaisir ce premier tome et comme cela faisait très longtemps que ma première lecture était passée, et que j'avais oublié un certain nombre de détails, ce fut une redécouverte agréable.

D'abord parce que l'idée de faire se rencontrer Mark Twain, Cyranon de Bergerac, Richard Burton, Alice Liddell (qui aura tant inspiré Lewis Caroll), ou même Goering (personnage très étrange dans son parcours et dont la présence cause un malaise à la lecture bien que très vite, on comprend où l'auteur veut en venir avec lui) est assez enthousiasmante mais aussi parce qu'il y a une vraie histoire avec ces personnages là eux et les milliards d'anonymes de toute époque, toute culture confondue qui vivent sur les rives du fleuve.


L'histoire est centrée autour de Richard Burton, explorateur infatigable dont l'obsession est de remonter le fleuve de l'éternité jusqu'à son point d'origine et découvrir pourquoi et dans quel but, l'humanité a été ressuscitée. C'est donc son point de vue qui prime sur tout le récit de ce premier tome.

 

Très vite, on se rend compte que les créateurs de ce monde étrange ne sont peut-être pas si « gentils » que ça et un certain nombre de mystères à résoudre les concernant jalonnent le récit ouvrant des pistes intéressantes pour la suite.

Et puis, j'ai retrouvé la fascination de la première lecture pour le côté immense fresque,  "historique" émergence de nouvelles cultures, de nouveaux mythes, de nouvelles civilisations qui se mettent en place dans ce monde étrange où il n'y a pas d'animaux à part les poissons du fleuve, où les gens lorsqu'ils meurent reviennent à la vie à nouveau sur un autre point de la berge du fleuve, où il n'y a pas de naissance non plus. Cela dit, l'auteur n'est pas franchement optimiste sur la nature humaine car les hommes reviennent très vite à leurs lubies habituelles : le pouvoir, la richesse, entraînant les guerres, l'esclavage, et autres joyeusetés du genre. Ce premier tome introduit un récit qui s'annonce passionnant.

 

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

 

le bateau fabuleuxLE BATEAU FABULEUX de Philip José FARMER

Ed Le Livre de Poche

Pages : 319

Trad (anglais, états-unis) : Guy Abadia

Format poche

genre : sf

 

 

 

 

L'aventure continue dans le monde du fleuve. Cette fois ci le héros est Sam Clemens alias Mark Twain qui est obsédé par l'idée de trouver suffisamment de fer pour construire un gigantesque bateau à aube afin de remonter le fleuve. Autour de lui, le fourbe et cruel Jean Sans-Terre, Cyrano de Bergerac, Ulysse et quelques anonymes.

 

Au fil du temps, les ressuscités de la Terre, ont fini par se regrouper et fonder des civilisations propres à ce monde où quand on meurt, on se réveille à un autre point d'une des berges du fleuve et où les Ethiques, cette race extraterrestre qui mène ses expérience ethnologiques sur l'espèce humaine qu'elle a ramené à la vie continue à mener leur propre but à bien. Il semble néanmoins que certains parmi les Ethiques sont en désaccord avec leurs collègues et ont décidé d'aider les humains en choisissant un certain nombre d'entre eux pour une mystérieuse quête dont on ignore encore la finalité.

 

Le truc qui accroche avec ce cycle c'est le fait que l'on puisse trouver côte à côte et parfois pour des associations totalement inattendues différents personnages célèbres venus d'époques totalement disparates. Enfin, les grandes questions sont : qu'y a t-il aux origines du Fleuve ? Que sont les Ethiques et que veulent-ils réellement ? Les rebelles parmi eux agissent-ils vraiment pour le bien de l'humanité ? 

 

 

note41.jpg

Repost 0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 00:00

 

six héritiersLE SECRET DE JI : 1 SIX HERITIERS de Pierre GRIMBERT

Ed Mnemos

Pages : 456

Format poche

Genre : fantasy


 

 

 

 

Editeur : Il y a cent dix huit ans avant ce jour, Nol l'étrange visita tous les rois du royaume connu. Hommes et femmes; parmi les plus sages, l'accompagnèrent alors pour un voyage mystérieux, commencé sur l'île Ji. Peu en revinrent et Nol n'était pas du nombre. Les survivants emportèrent leur secret dans la tombe...Depuis cette date, leurs descendants se réunissent régulièrement pour célébrer cet événement fatal. A part eux, plus personne ne s'intéresse à cette histoire...sauf ceux qui ont commandité les assassinats de tous les héritiers des sages. Pour les survivants, un seul espoir : percer à leur tour le secret de Ji....


« Il s'est passé, ou il va se passer quelque chose de particulier à Ji. C'est pourquoi notre ennemi a tout fait pour nous empêcher d'y arriver. Et c'est pourquoi nous devons y aller »(extrait)


Parfois, on n'a pas envie de se prendre la tête à lire, surtout un dimanche, alors pourquoi ne pas relire un bon livre divertissant ? C'est comme cela que j'ai relu ce premier tome de cette série devenue une sorte d'incontournable avec le temps. Alors certes, il ne va pas falloir chercher des concepts hautement intellectuels, des situations originales, ou autres, mais plutôt une bonne aventure de fantasy somme toute classique avec le groupe d'aventuriers, un peu de magie, du danger, des terrifiants tueurs fanatiques, de l'action et de l'humour surtout dans les dialogues qui rappelle un peu Eddings dans le ton. Le fait est que le tout est bien servi, que l'histoire s'annonce intéressante à suivre notamment dans les mystères mis en place. Les personnages sont vraiment sympathiques, un peu caricaturaux sans l'être tout à fait, et développant une personnalité attachante. Finalement, pour une lecture de pur divertissement ce premier tome tient toute ses promesses et la suite est à la hauteur également.

 

note351.jpg

 

 

 

 

 

 

le serment orphelinLE SECRET DE JI : 2 LE SERMENT ORPHELIN de Pierre GRIMBERT

Ed Mnémos

Pages : 440

Format poche

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

 

Suite des aventures des héritiers toujours traqués par la monstrueuse organisation des tueurs fanatiques Zü agissant pour le compte d'un mystérieux ennemi. C'est le temps de l'apprentissage pour les plus jeunes de la bande, les armes pour Leti et la magie pour Yan. On découvre des compétences inattendues chez les uns et les autres bien utiles pour échapper à des assassins surentraînés et pour trouver des indices sur qui est le mystérieux commanditaire des meurtres et pourquoi il agit ainsi. Et puis bientôt, un nouvel espoir, un autre héritier a survécu et pourrait apporter des réponses au puzzle en train de se monter.

 

De l'humour, des combats, une palpitante énigme à résoudre, un méchant qui se profile à l'horizon et qui commence à bien faire peur avec ses pouvoirs surnaturels et maléfiques, le tout dans un récit alerte qui donne envie de tourner les pages pour savoir la suite. Ce deuxième tome reste toujours dans le ton du du premier, du divertissement bien mené avec des éléments supplémentaires qui conduisent à vouloir lire la suite pour connaître les conséquences des terribles révélations faites à Yan par Celui qui sait. Pourra t-il empêcher certaine prophétie de se réaliser et faire en sorte que la plus chère à son coeur devienne réalité. Quand, on connaît le futur qu'on agisse ou non, il se modifie pour parvenir parfois à un résultat inverse de ce que l'on souhaitait.

 

note41.jpg

 

Repost 0