Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 10:23
LE LAGON ET AUTRES NOUVELLES de Janet FRAME
Ed Des femmes-Antoinette Fouque/214p
Trad (anglais Nouvelle-Zélande) : Jean Anderson et Nadine Ribault
 
 
Ce recueil de nouvelles est un moment de douceur, de calme et de poésie. Des instants de vies captés au vol par une belle écriture. Chaque histoire est condensée en très peu de pages mais ces quelques lignes en disent plus long que des romans fleuves. Les nouvelles sont suivies ensuite par trois essais autobiographiques de l’auteure très intéressants où l’on découvre l’histoire incroyable de cette femme internée pour schizophrénie, et qui a échappé de peu à la lobotomie grâce à un psychiatre anglais qui a contesté le diagnostic de ses confrères et lui a conseillé de continuer à écrire pour être bien ce qu’elle a fait, et nous ne pouvons que nous en réjouir. Une belle découverte qui donne envie d’aller voir les autres œuvres de Janet Frame.
Repost 0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 11:06
LA NUIT DES PRINCES CHARMANTS
 de Michel TREMBLAY
Ed Babel/242p
 
Jean Marc le narrateur à l’occasion de la représentation d’un opéra Roméo et Juliette se retrouve entraîner dans le monde de la nuit. Commence alors un périple à travers les bars de la ville.
 
Petit roman initiatique en soi, Jean Marc aura franchi une étape importante dans son parcours vers l’âge adulte. On retrouve donc la même tendresse vis à vis des personnages que cultive l’auteur et beaucoup de lui-même sans doute dans ce jeune garçon qui cherche son prince charmant et dans ses relations avec sa mère. Une visite guidée dans le Montreal nocturne et pas toujours légal, et on retrouve le Select où travaillera la Céline des cahiers du même auteur.  
Repost 0
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 13:41
 
GUIDE DE SURVIE A L’USAGE DES VISITEURS
 
Petite mise à jour de cette rubrique qui n'était plus d'actualité vu les changements opérés dans l'aspect du blog mais qui comme l'ancienne devrait faciliter la vie des courageux visiteurs de ce blog qui viennent tous les jours sans boussole ni plan récolter quelques petits articles fait pour eux. Dans un premier temps visite guidée dans mon chaos organisé. Autrement dit à quoi correspondent ces bidules autour de mes articles.
 
COLONNE DE GAUCHE
 
A PROPOS DE…
Brève présentation de ce qui vous attend dans mon chez moi. Vous êtes prévenus.
 
 
AU FIL DES PAGES
 
C’est ici que j’indique, ce que je lis actuellement avec le titre, le nom de l’auteur, la photo de la couverture et les premières lignes du chapitre où je me suis arrêtée. Comme ça vous êtes au courant quasiment en direct de mes lectures. J'ai rajouté les livres en attente d'être lus et ceux déjà lus dont l'avis de lecture n'est pas encore fait.
LES ECHOS
Les gentils commentaires de mes merveilleux visiteurs. N’hésitez pas à faire comme eux et à me bercer de louanges bien entendu.
 
BIBLIOTHEQUE
 
J’y range mes catégories. On y trouve
 
Les univers de.. 
Des auteurs que j’aime, dont je lis tout livre que je peux trouver d’eux. Ils ont un style, des thèmes, un univers qui n’appartiennent qu’à eux et que l’on reconnaît sans peine. Ils ne m’ont jusqu’à présent jamais déçu.
 
Mes sélections
Catégorie un peu en sommeil c’est vrai. J’avais dans l’idée de tenter de donner une petite sélection de livres autour de thèmes ou de genres. Mais j’y reviendrai certainement.
 
Le coffre aux trésors
Dans ce coffre, on trouve les livres que je juge indispensables, ceux dont je ne pourrais plus me passer, mes vrais coups de cœur.
 
La malle des favoris
La malle contient les livres que j’aime, que j’estime très bons et qui sont d’une excellente compagnie.
 
Le casier des sympathiques
Ils sont faciles à lire, ils font passer un bon moment, ce sont des lectures très détente mais à qui il manque le petit plus à mon goût.
 
La boîte aux curiosités
Les livres dont la forme, le style, le sujet ne sont pas forcément évident et ne vont pas correspondre à tous les lecteurs. Ils demandent peut-être un investissement plus important, mais parfois quelques petites perles se cachent derrière un aspect insolite.
 
Aux Oubliettes
Là on entre dans la catégorie, des je ne vous recommande pas ces livres. Ils m’ont ennuyée au possible, ce sont révélés décevants, insipides, ou totalement invraisemblables. Quoi qu’il en soit, pour avoir droit aux oubliettes, le livre en question doit avoir été lu en entier et j’ai de moins en moins la patience d’arriver au bout de lectures qui ne me plaisent pas un minimum.
 
Le prix chimérique
Ca c’est mon petit plaisir personnel. Un prix décerné par mon moi égoïste, mensuel, sur ce qui m’aura le plus enthousiasmée durant le mois écoulé. Actuellement, deux livres ont eu cet honneur mais ce prix ne se limite pas forcément à une lecture enthousiasmante.
 
Livres du mois inter blogs
Initié par Cuné et Frisette, Le livre du mois inter blogs propose une lecture commune mensuelle et d’en faire un compte rendu sur son blog tous les 12 du mois, en mettant un lien vers les blogs participants. Vous êtes bien entendu invités à vous joindre à la petite fête. Pour connaître les lectures communes des mois de novembre et de décembre allez là.
 
En aparté
Mes élucubrations, mes petites réflexions débiles, bref ce qui n’entre pas forcément dans le cadre : Parlons lecture.
 
Les chroniques d’une plumiste
Toute nouvelle section où je vous parle un peu écriture, et plus précisément de l’aventure nanowrimo à laquelle je participe (oui je sais je ne suis pas bien dans ma tête pour faire ce truc).
 
 
 
BRIC A BRAC
La section fourre-tout qui bouge tout le temps en fonction de ce que je veux en faire. On y trouve de tout et de rien. C’est un peu un panneau d’affichage où l’on retrouve mes envies pas forcément littéraire, des sites que j’ai envie de partager, et d’autres bricoles.
 
 
 
Top trois 2006
Les trois titres qui m'ont le plus marqués sur l'année 2006 écoulée. L'an prochain si je suis toujours là, il s'intitutelera TOP TROIS 2007
 
 
 
Challenge ABC
Un lien vers le blog qui explique ce que c'est et comment participé et un lien vers ma liste de titres à lire pour le challenge.
 
 
 
Le coin des astuces
 
 
Les petits trucs pour vous simplifier la vie, un index des auteurs cité dans ce blog, et un petit outil de recherche très pratique mis au point par Camille.
 
 
Le prix chimérique
Bon vous connaissez le principe de ce prix (un peu en jachère mais que voulez vous, je n'ai pas eu de grand grand coup de coeur ces mois ci) le petit logo sous la pancarte rigolote vous permet de découvrir le dernier prix en date.
 
 
Les tentations
Tous les titres qui me font envie avec des liens vers des présentations ou des critiques élogieuses,  histoire de vous faire envie à vous aussi (Il n'y a pas de raison que ce soient toujours les mêmes qui s'y collent)
 
 
A ne pas manquer
Les sorties poches de mes coups de coeurs pour que vous n'ayez plus de raison pour ne pas les lire.
 
SUR LA TOILE
Les blogs, sites que je visite régulièrement, certains sont plus actifs que d'autres  mais ils méritent que vous fassiez un détour pour les découvrir.
 
 
 
DERNIERS POTINS
 
Liste des derniers articles mis en ligne.
 
 
COLONNE DE DROITE
Les articles super intelligents, hyper cultivés et tellement captivants que je vous offre chaque jour de l'année.
Voilà c’était un petit survol qui devrait débroussailler le terrain et vous aider à comprendre comment ça marche.
Repost 0
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 11:00
LA TRILOGIE DEPTFORT
 
Je vous avais parlé de mon admiration pour l'oeuvre de Robertson Davies. Il était temps de vous donner quelques petits détails supplémentaires. Voici donc la première trilogie que j'ai lu de l'auteur : La trilogie Deptfort.Trois personnages, trois destins différents et pourtant liés entre eux par une boule de neige. Issus du même village de Depfort où ils ne reviendront jamais, ils ont changé d’identité et ils excelleront dans leur domaine respectif : universitaire, finance, spectacle. Chaque tome renvoie aux deux autres et donne une version complémentaire à l’histoire de ces trois personnages.
 
L'OBJET DU SCANDALE de Robertson DAVIES
Ed Payot/353p
Trad : Arlette Francière
 
Dunstan Ramsay à la réputation d'excentrique (se passionne pour la vie des saints) et professeur d'histoire sur le point de prendre sa retraite se décide à écrire ses mémoires.
 
Une sainte toquée ou une authentique folle ? Un magicien aux multiples visages, une boule de neige instrument du destin, la vie n'est finalement pas si terne que ça quand il s'agit de celle de Dunstan Ramsay. Car sa vie est une succession d'incroyables coïncidences. Oui, le merveilleux existe bel et bien, il suffit de savoir bien regarder ou de lire ce roman, premier volet de la trilogie de Deptfort. Des personnages intéressants ou intrigants, un récit sans temps mort, une petite touche d'humour, une réflexion intéressant sur le destin, bref que du bonheur.
 
 
LE MANTICORE
Ed Payot/356p
Trad : Lisa Rosenbaum
 
David Staunton suite au décès étrange de son père Boy Staunton raconté dans le premier tome de la trilogie est en plein désarroi psychologique. Il entreprend de partir à Zürich pour suivre une analyse.
 
On prend les mêmes et on recommence. Ce deuxième tome est quasiment aussi bon si ce n'est meilleurs que le premier. Changement de décor et de ton, c'est un autre narrateur qui prend la parole et qui livre au lecteur une autre version de l'histoire de la famille Staunton racontée par Dunstan Ramsay, ou du moins ce que croît savoir David de ses parents et de leur vie. L'auteur sait créer des personnages touchants, complexes que l'on prend plaisir à voir évoluer. Grâce à ce deuxième volet, le récit précédent prend de l'épaisseur et devient en un sens plus réel.
 
 
LE MONDE DES MERVEILLES de Robertson DAVIES
Ed Payot/418p
Trad : Lisa Rosenbaum
 
Magnus Eisengrim alias Paul Dempster le magicien illusionniste a été engagé pour jouer le rôle Robert Houdini pour un film. C'est au cours du tournage qu'il se décide à faire le récit de sa vie (le vrai, pas la fausse autobiographie écrite par Dunstan Ramsay).
 
Voici le dernier volume de la trilogie de Deptfort. Cette fois-ci, un autre personnage qui a joué un rôle important dans la vie des deux précédents narrateurs, donne sa version des faits.  Quel bonheur de découvrir que ce que vous prenez pour acquis depuis le premier volume n'est peut-être qu'une illusion. Depuis les deux premiers tomes Paul Dempster semble jouer un rôle important dans l'existence de Ramsay et de Boy Staunton, enfin, ce tome nous livre la clé du mystère. Et entre-temps, offre une plongée dans  une vie fascinante, parfois horrible, mais toujours passionnante.
Repost 0
6 avril 2007 5 06 /04 /avril /2007 02:43
 
 
SMILLA ET L'AMOUR DE LA NEIGE de Peter HOEG
Ed Point Seuil/512p
 
Un petit garçon meurt en tombant du toit d’un immeuble. Accident conclut la police. Mais Smilla qui s’était prise d’affection pour l’enfant n’y croit pas. Elle se décide à mener sa propre enquête qui va la mener jusqu’à l’arctique vers une découverte surprenante.
 
Avis mitigé. J’ai vraiment aimé le personnage de Smilla et sa façon de regarder le monde. Le style de l’auteur y est pour quelque chose. Style qui correspond à la personnalité désabusée du personnage principal. C’est seulement au niveau de l’intrigue que j’ai un peu décroché. Au départ, le mystère est passionnant à suivre mais vers le milieu du roman je me suis dit que c’était bien long tout ça. Quant à la conclusion, oui et bien non en fait je n’ai plus du tout accroché. J’ai du me forcer à finir tant je m’ennuyais. Au final, c’est une bonne lecture si l’on s’attache au personnage principal et au style très particulier de l’auteur que je trouve personnellement à mon goût mais disons que la solution de l’énigme me laisse froide (c’est le cas de le dire) et surtout succincte par rapport au reste du texte. L’intrigue traîne en longueur pour finir en quelques lignes laissant le lecteur sur sa faim. Dommage j’aurai aimé un peu plus développement sur les derniers chapitres.  
Repost 0
5 avril 2007 4 05 /04 /avril /2007 02:50
SON EXCELLENCE LE COMTE D’ABRANHOS
 de Eça DE QUEIROZ
Ed La différence/212p
Trad (portugais) : Parcidio Gonçalves
 
Le secrétaire particulier de feu le comte d’Abranhos, ministre de la Marine, entreprend la rédaction d’une biographie à la gloire du grand homme.
 
On découvre bien vite que cette hagiographie sert à mettre en évidence, la bassesse, la lâcheté et les actes les plus infâmes de ce cher comte qui n’apparaît décidemment pas à son avantage et dont la figure ne sort pas grandie de cette narration. Ecrite par un serviteur obséquieux, la biographie du grand homme s’efforce de transformer les faits les plus accablants en actes de grandeur et de bravoure. Ironique, l’auteur ne se gêne pas pour présenter un tableau peu reluisant de la classe politique de son époque (XIXème siècle) et manifestement, il manie l’art de la subversion avec beaucoup d’adresse et une évidente jubilation. Une petite critique acerbe, et méchamment caustique bien camouflée sous le ridicule hommage fait à un médiocre. Jubilatoire.
Repost 0
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 03:04
L'APPEL DE MORDANT
 
Terisa vit dans notre monde et se retrouve projetée dans celui du Mordant via la magie des miroir et l’entremise de Geraden apprenti au Congregat des Imageurs. Très vite, elle se retrouve au cœur des intrigues de pouvoir que se livrent la Cour autour d’un roi apparemment faible et qui laisse son royaume courir à sa perte.
 
LE MIROIR DE SES REVES de Stephen DONALDSON
Ed Pocket/345p
Trad : Valérie Dayre
 
Rien qu’à la lecture du prologue, on sent une bonne histoire, de celle qui va vous transporter très loin avec une ambiance très conte de fée. Ce premier volet est plus centré sur les complots de Cour, et les échos de l’invasion dont est victime le pays qui parviennent jusqu’au palais royal, ainsi que la découverte que l’héroïne fait de ce monde étrange où elle est arrivée par erreur à la place du Champion que le Mordant attend pour le sauver des armées du Haut roi de Caldwald. La personnalité de l’héroïne très passive et ne comprenant rien à rien à ce qui se trame peut agacer prodigieusement à la lecture (et l’envie de la secouer comme un prunier pour qu’elle sorte de sa torpeur ne m’a pas manquée) mais elle s’inscrit très bien dans l’idée de cette jeune femme totalement inhibée par une éducation sévère et rigide, et un manque total de confiance en soi. Et considérant qu’elle n’agit pas véritablement, on peut dire que son inaction engendre bien des événements, les chemins que vont prendre les filles du roi, la conspiration contre Joyse menée par l’Imageur Eremis, la loyauté des uns, la trahison des autres sont autant de réactions à sa passivité. Petit à petit, les enjeux que représente la lutte entre Mordant et Caldwald sont dévoilés à l’héroïne comme au lecteur qui se trouve dans la même situation d’ignorance que celle-ci.
Pour le premier tome l'avis mitigé de Cuné
 
UN CAVALIER PASSE de Stephen DONALDSON
Ed Pocket/476p
Trad : Valérie Dayre
 
Volet de transition qui permet de passer des intrigues de Cour à la découverte du royaume hors les murs de la Capitale. Et Terisa commence à avoir un peu plus de plomb dans la cervelle et surtout se révèle posséder quelques talents en matière d’Imagerie. Serait-elle Arch-Image ? Et puis, les événements commencent à se précipiter. La capitale est assiégée, On connaît l’identité des traitres qui manipulent le Congrégat pour précipiter la chute du royaume au bénéfice du Haut Roi de Caldwald à moins que ce ne soit au profit du traître lui-même. Et enfin Geraden quitte son rôle du roi de la gaffe pour assumer pleinement son don particulier. Le couple Terisa/Geraden à la recherche de nouvelles alliances pour le roi promet de faire des étincelles.
 
LE FEU DE SES PASSIONS de Stephen DONALDSON
Ed Folio sf/635p
Trad : Valérie Dayre
 
Des batailles, de la magie, des alliances inattendues, de l’aventure et de l’action. Rien à dire le dernier tome en met plein les yeux. Terisa devient véritablement une héroïne et dans le genre elle se débrouille pas trop mal. Enfin, ôtée la chape de l’autorité parentale qui l’étouffait, elle se révèle à elle-même et aux autres, avec un certain sens de la répartie et quel bonheur de la voir enfin mettre un bon coup de genou là où je pense sur la personne d’un certain individu particulièrement ignoble et comme c’est un vrai méchant, on ne va pas le plaindre, d’autant qu’elle lui fera pire que ça plus tard. La magie des miroirs déploie toutes ses possibilités en temps de guerre et les guerriers s’en donnent à cœur joie dans l’étripage en règle. Et pour finir l’épilogue rejoint le prologue dans son atmosphère de conte de fée.
 
Une trilogie qui mérite le coup d’œil en dépit de l’héroïne qui au départ est quasiment imbuvable mais je pense que l’auteur l’a voulu comme cela, sinon il n’aurait pas autant insisté sur la passivité de son personnage et son incapacité à agir. Et puis les raisons de ce comportement sont crédibles et comme le personnage évolue et prend de l’assurance au fil des tomes, on perd très vite son irritabilité vis à vis de cette pauvre Terisa. La magie qui se pratique uniquement avec des miroir est fascinante et les idées d’application de cette magie sont bien trouvées, notamment on évite le côté tout puissant du mage puisque sans miroir il ne peut rien.
 
Pour finir, mieux vaut préférer la nouvelle édition chez folio sf que l’ancienne chez pocket pour le confort de vos yeux. La taille de la police utilisée chez pocket est terriblement minuscule et vraiment pas agréable à lire. 
Repost 0
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 07:01
LA VIE SILENCIEUSE DE MARIANNA UCRIA
 de Dacia MARAINI
Ed Pavillon Poche (Robert Laffont)/ 413p
Trad (italien) : Donatella Saunier
 
En Sicile au XVIIIème siècle Marianna Ucria est devenu brusquement sourde et muette à cinq ans suite à un grave traumatisme dont elle n’a gardé aucun souvenir. Elle se réfugie dans les livres et la lecture.
 
Portrait de femme en Sicile. Et d’une femme qui au fur et mesure des années s’émancipe de l’autorité familiale et des conventions socialespar ses lectures et en retrouvant des souvenirs traumatisants . C’est à travers son regard, que l’on observe une famille d’aristocrates italiens au fil des mariages, naissances, anniversaires et deuils qui jalonnent son histoire. Marianna retrouvera t-elle la mémoire sur ce qui a causé son infirmité ? Petit à petit son histoire à elle s’inscrit dans celle de sa famille. Le récit se lit facilement et est agréable à suivre. Cela dit, je n’ai pas eu l’étincelle non plus. Une lecture divertissante sans plus.
Repost 0
2 avril 2007 1 02 /04 /avril /2007 02:48
SARNIA de G.B EDWARDS
Point Seuil/ 635p
Trad (Janine Hérisson)
 
Ebenezer Le Page n’a jamais quitté son île natale Guernesey. Vieil homme solitaire, réputé au caractère difficile, il raconte dans son cahier, sa vie et celle des habitants de son île de 1880 à 1960.
 
G.B Edwards a tout de l’auteur maudit. Il n’a jamais été publié de son vivant et Sarnia premier tome d’une trilogie reste son seul roman. Mais un roman que l’auteur William Golding a qualifié « d’œuvre de génie ». Et à la lecture de ces six cents et quelques pages, on finit par regretter qu’il n’y ait pas de suite, pas d’autre livre. Sarnia est l’autobiographie d’une vieux bonhomme grincheux, paysan têtu et coriace, avec une seule obsession : à qui léguer son patrimoine puisqu’il n’a pas de parent proche et notamment une forte somme en souverains d’or ? Ebenezer, parle de lui, de son île, des deux guerres qu’il aura traversées, de sa famille, de ses cousins, du petit microcosme dans lequel il est né et dans lequel il mourra. Il en parle tellement bien, détail par détail, couche par couche, qu’on finit par y être vraiment dans sa petite île de Guernesey, par connaître tous ses habitants et leurs secrets, par être Ebenezer Le Page des Moulins. Un livre qui se lit lentement pour ne rien perdre des fascinants secrets que recèlent ce petit monde ainsi que ses profondes mutations.    
 
De l’auteur de Sarnia, on ne sait presque rien, sinon qu’il naquit à Guernesey en 1899 et qu’il mourut pauvre à Weymouth en 1976. Il avait demandé à sa logeuse de brûler tous ses autres manuscrits –ce qu’elle fit- et de ne conserver que son acte de naissance « afin qu’on garde trace de son passage » 
Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 09:45
 LA DECHIRURE de Robin HOBB
Ed Pygmalion/359p
Trad : A Mousnier-Lompré
 
Jamère est le second fils de la famille Burvelle et selon le code rigide de la société gernienne né pour être soldat. A 15 ans, il vivra une expérience de transe chamanique où il rencontrera une étrange femme-arbre qui le choisira pour être le champion de son peuple et chasser l’envahisseur gernien.
 
Premier volet de la nouvelle série de Robin Hobb et elle était sacrément attendue. Déjà, on retrouve bien le soucis des personnages, de leur psychologie, motivation et des petits détails qui les rendent crédibles. Ensuite, comme toujours le héros en bave et encore ce n’est que le tout début. Ce qui change ? Un univers différent de celui de l’Assassin royal, moins médiéval et plus proche de la première époque industrielle. L’un des thèmes forts de cette série sera très probablement la lutte entre progrès et nature. Est-il nécessaire de détruire son environnement pour de la technologie et une production accrue dans l’industrie et l’agriculture ? Gernia est un royaume en pleine expansion économique et surtout industrielle et il détruit l’habitat naturel des peuples nomades mais aussi les grandes forêts. Ce qu’elle ignore c’est que l’un des membres de sa communauté, un futur officier de sa glorieuse armée a été irrémédiablement changé. Jamère ressent physiquement la mort des arbres par des malaises et fais des rêves bizarres. Tout ce que possède la nature comme défenseurs ce sont les Nomades qui eux seuls sont magiciens (et encore cette magie s’affaiblie car elle s’annule au contact du fer et Gernia n’en manque pas) et un jeune homme à la croisée des chemins, entre l’industrieuse Gernia et le monde chamanique des peuples plus « primitifs ». Evidemment, ce n’est que le début de la grande aventure et encore, ce n’est que la moitié du début de l’aventure puisque chaque volume en version originale est coupée en deux dans sa version française, Ce tome est plutôt à prendre comme une introduction et une mise en place des intrigues. 
Repost 0