Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A Propos De

  • : A Livre Ouvert...
  • A Livre Ouvert...
  • : Des lectures en tout genres, des auteurs, des avis subjectifs totalement assumés, un prix chimérique, des challenges auxquels je ne peux résister, des swaps et pleins d'autres choses sympas. Il y a de tout dans ma bibliothèque. Bienvenue et bonne visite alivreouvert@hotmail.fr
  • Contact

Archives

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:55

 

philtres et potionsPHILTRES ET POTIONS Anthologie présentée par P.N ELROD

Ed Milady

Pages : 477

Format poche

Genre : vampires, sorcières, loups garous et associés

 

 


 

 

 

Une anthologie des plus alléchantes. Comme toujours il y a du bon et moins bon selon les goûts de chacun. Dans l'ensemble, c'est plutôt une bonne pioche, qui permet de confirmer qu'on aime toujours autant certains auteurs et leurs univers, d'en découvrir d'autres et d'être déçue aussi.

 

Loup d'aveugle de Patricia Briggs (trad : Lorène Lenoir) : Une bonne alternative au monde de Mercy avec cette fois-ci un coup de projecteur sur une catégorie peu mise en avant dans la série : la sorcière. Une petite aventure entre une sorcière aveugle et un loup-garou pas content qu'on ait enlevé son frère.

 

La dernière tournée de Jim Butcher (trad : Grégory Bouet) : Peut mieux faire. J'ai connu Harry mieux inspiré dans ses aventures des Dresden files, là c'est un peu plat et pas franchement intéressant.

 

Cadavre exquis de Rachel Caine (trad : Marianne Féraud) : Les nécromanciennes pas vraiment mon truc, et puis bof, je n'ai même pas tremblé pour le cadavre ressuscité, après tout il était déjà mort alors...

 

Les jeux sont faits de Karen Chance (trad : Marie-Aude Matignon) : De l'action, de l'action, un peu de sexe, de l'action et pour finir encore du sexe...ok, au moins je ne me suis pas ennuyée à la lecture, maintenant est ce que cela peut m'inspirer à tenter d'autres titres de cet auteur, pas sûr. Cela dit, c'est aussi une excellente méthode comment démolir sa maison sans passer par des professionnels du bâtiment. Sympa mais sans plus.

 

L'Oeil doré d'Hécate de P.N Elrod (trad : Aldéric Gianoly) : oh très bonne surprise, cette nouvelle ! Un héros détective mort vivant dans les années trente. Une histoire de vol de bijoux, d'arnaque et d'arnaqueurs arnaqués, et un bijou vraiment terrifiant dans sa description..j'ai beaucoup d'aimé.

 

Bacon de Charlaine Harris (trad : Virginie Paitrault) : De l'humour et bien sanglant avec une revisite du mythe de Circé très original.

 

La marque des morts de Faith Hunter (trad : Hélène Assens) : Une gentille sorcière au foyer en cheville avec une chasseuse de primes du surnaturel, des meurtres plutôt gores.

 

La Rouquine de Caitlin Kittredge (trad : Marianne Feraud) : Cette nouvelle met en avant la cousine sorcière de l'héroïne de la série de Nocturne City une louve garou dans les rangs de la police. Ce serait sympa si c'était elle l'héroïne d'une série en fait.

 

Sombres péchés de Jenna McLaine (trad : Claire Allouch) : Pas aimé du tout mais alors pas du tout. C'est assez niaiseux dans le raisonnement et les personnages sont tous insupportables.

 

note351.jpg

Repost 0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 10:25

le-de-d-atanas.jpgL'ARCAMONDE 1 : LE DE D'ATANAS d'Hervé PICART

Ed Le castor astral

Pages : 209

Grand format

Genre : énigme

 

 


 

 

 

 

 

Editeur : Au coeur de la vieille-ville de Bruges, une boutique au charme désuet et au nom troublant : l'Arcamonde. C'est le domaine de Frans Bogaert, gentleman distingué et cultivé qui se livre avec autant de flegme que de passion à ses activités d'antiquaire. Avec son assitante, étonnante réplique de Lauren Bacall, et à l'aide des instruments sophistiqués que recèle son atelier Bogaert se livre à des expertises d'objets hors du commun. Quand une mystérieuse dame d'Utrecht au charme slave ouvre la porte de l'Arcamonde un soir de neige Bogaert ignore que le dé ancien qu'elle tient en main va le plonger dans une enquête qui le mènera sur la piste des dieux de la Lituanie médiévale et leurs rites les plus ténébreux...

 

Un mystère intéressant à suivre malgré le parti pris d'utiliser le présent de l'indicatif qui a tendance moi à me distancer du récit et des personnages et parfois à me faire complètement sortir de l'histoire. Mais cela dit, j'ai trouvé le thème très original et plutôt bien exploité par rapport aux énièmes variations sur les templiers, le graal et autres. D'autant que la frontière entre l'explication rationnelle et celle plus ésotérique est suffisamment mince pour mettre le doute dans la tête du lecteur. Comme il s'agit d'un premier tome et que l'on découvre un peu les personnages principaux Bogaert et son assitante, il est peut-être plus difficile de s'immerger totalement dans la narration aussi attendons de voir le deuxième volet des enquêtes de ce drôle d'antiquaire

 

note351.jpg

 


Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 00:00

 

199.gifD'accord, il est 22h00 et mon read-a-thon commence maintenant jusqu'à 10h00 demain matin. Je me suis fais une petite pile raisonnable, ce sera surtout de la sf et de la fantasy, je pense et j'ai la réserve de petites douceurs pour tenir le coup. Bonne chance à ceux qui entament la dernière étape du challenge des 24h00, je les accompagnerai donc. Félicitations à ceux qui, finissent leur read-a-thon et bonne nuit ! Pour les autres haut les coeurs ! C'est parti !

 

 

 

 

Bilan Read-a-thon

 

J'ai tardé à faire mon petit bilan. Alors déjà,

première constatation, sans mal de tête et nausées et bien on avance drôlement bien.

Seconde constatation : merci les petits ours à la guimauve, cela aide bien à tenir le creux de la vague.

Troisième constatation : mes yeux se sont fermés tous seuls vers 6h00 du matin et je n'ai pas pu tenir plus longtemps. Dommage.

 

Vivement le prochain et que je puisse revenir au format des 24h00 où bizarrement je me sens mieux.

 

Score :

Alors lu en entier :

Les trois cartes de Stephen King : 499 pages

Barrayar de Loïs McMaster Bujold : 443 pages

Lu sans avoir fini

Le serment orphelin de Pierre Grimbert : 205pages

 

Au total : 1147 pages

 

Repost 0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 09:41

 

199.gifIl est de retour ! Le fameux Read-a-thon revient avec la même formule le 9 avril 2011

 

Pour cette réédition, cependant, il s'agira d'un read-a-thon just for fun, pas de récompense, pas de quizz, ou de mini challenges (sauf si des participants sont volontaires pour s'en occuper) mais juste le plaisir de lire une douzaine d'heures d'affilées ou de faire le grand tour des ving-quatre heures.

 

Comme le précédent, étant donné que je travaillerai le matin, je me lancerai dans le mini-rat dans la tranche horaire des 22h00-10h00. Je n'ai pas encore de PAL pour l'occasion mais je trouverai bien à m'occuper pendant ce challenge.

 

Si vous souhaitez participer ou vous renseigner rendez-vous sur le blog officiel de l'événement tenu par Virginie du blog Les Chroniques de Chrestomanci.

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 07:44

 

jirel de joiryJIREL DE JOIRY de Catherine L.MOORE

Ed Folio

Pages : 351

Trad (anglais, états unis) : Georges H. Gallet/traduction révisée et complétée par Sophie Collombet

Format poche

Genre : fantasy

 

 

 

 

 

Entre deux quintes de toux et trois cuillères de sirop, j'ai pu survivre à mon rhume et terminer cette série de nouvelles autour d'une figure mythique de la fantasy : Jirel de Joiry, l'héroïne flamboyante de Catherine L.Moore, un grand nom de la sf et de la fantasy qui aura créer un personnage féminin fort et n'ayant peur de rien ou presque.

 

Alors certes, les histoires ne sont pas toutes d'un palpitant incroyable mais elles ont leurs charmes personnels. On n'échappe pas aux clichés de la rousse incendiaire, forcément peu timorée quant aux galipettes, mais cette rousse est française et c'est une guerrière sans peur et pas forcément sans reproche. Du genre à se promener comme si de rien n'était dans les enfers pour assouvir une vengeance ou de se crêper le chignon (tiens est ce qu'elle en a un de chignon ?) avec tous les sorciers forcément pas sympas du coin (elle n'aime pas les sorciers la Jirel mais pas du tout).

 

En attendant, j'ai passé un moment agréable avec cette furie bien que les textes soient un peu datés. Un personnage principal féminin qui manie l'épée comme personne c'était suffisamment rare au moment de la parution de ces textes, à découvrir.

 

note351.jpg

 


Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 00:00

 

manuel à l'usage des apprentis détectivesMANUEL A L'USAGE DES APPRENTIS DETECTIVES

de Jedediah BERRY

Ed Denoël

Pages : 384

Trad (anglais, états unis) : Philippe Rouard

Grand format

Genre : littérature américaine 

 

 

Dans une ville où la pluie ne cesse jamais de tomber, Charles Unwin travaille à l'Agence où il est le clerc du détective vedette de la maison Travis Sivart. Mais un jour celui-ci disparaît et Charles est promu Détective et on lui remet le Manuel à l'usage des apprentis détectives qui compte dix sept chapitres bien que l'original en ait dix huit...

 

Bizarre, étrange, difficile à dire si j'ai aimé ou non. Disons que je suis allée jusqu'au bout pour savoir ce qui allait se passer à la fin vu que l'auteur met quelques mystères intrigants en place. Mais bizarrement, les personnages ne m'ont fait ni chaud, ni froid, et leur devenir m'a laissée indifférente. Très vite, on se rend compte que toute l'histoire repose sur le principe de l'Ordre et du Chaos et que bon rien de nouveau sous le soleil quoi. Dommage, il y avait du potentiel avec ce clerc pas doué pour le métier de détective auquel a été assigné une assistante narcoleptique, le fonctionnement étrange de l'Agence qui aurait mérité d'être plus approfondi. Pendant un moment, je me suis demandé si on ne suivait pas un rêve du personnage central mais apparemment non bien que les rêves jouent un rôle important dans l'histoire. Alors, je n'ai pas trouvé ce livre follement palpitant et génial mais il n'est pas non plus totalement catastrophique et insipide. Bref, faites vous votre opinion ou passez votre chemin, à vous de voir.

 

 

note31.jpg

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 07:24

 

hyperion.jpg

HYPERION de Dan SIMMONS

Ed Pocket

Pages :575

Trad (anglais, états unis) :

Format poche

Genre : sf

 

 

hyperion logo

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre du golden challenge initié par Yueyin et Thom consacré à l'oeuvre de Dan Simmons : Les cantos d'Hyperion, j'ai donc relu le premier volet de ce cycle : Hyperion. Cela faisait des années que je n'avais pas replongé dans le texte et j'avais oublié beaucoup de choses. En un sens ce n'est pas plus mal, c'était comme de lire quelque chose de nouveau. Et pour les suites prévues au programme, ce sera une découverte totale. 

 

Hyperion est reconnu comme un renouvellement d'un sous genre de la sf qui à l'époque de la parution du roman était en perte de vitesse : le space opera. Avec Ian Banks et son cycle de la Culture, entre autres Dan Simmons a redonné une nouvelle jeunesse à ce courant très particulier du genre.

 

Sept personnages issus de mondes et de cultures diverses de l'Hégémonie, sont invités par l'église grichtèque à un pèlerinage aux Tombeaux du Temps sur la planète Hypérion,. Ce sera peut-être le dernier pèlerinage puisque les extros, les ennemis de l'Hégémonie s'apprête à s'emparer de la planète. Percer les secrets des tombeaux  devient une priorité. Mais à l'intérieur de ce labyrinthe se trouve le Grichte, une créature de cauchemar  dont on sait peu de chose mise à part sa tendance à découper les gens en tranches et à laisser beaucoup de morts sur son passage. Le Grichte exaucera  le voeu d'un seul pèlerin et tuera les autres de ses lames tranchantes.  Chacun des pèlerins est lié à Hypérion par une histoire particulière et pour passer le temps avant la rencontre, ils en font à tour de rôle le récit.

 

Hyperion est donc une histoire à sept voix différentes qui permet d'aborder les différents aspects de l'univers décrit par Simmons que ce soit du point de vue d'un ancien militaire, d'un consul, d'une détective privée fille de sénateur, d'un poète complètement allumé, d'un juif érudit, d'un prêtre catholique ou d'un templier. Et de varier les styles de récits bien entendu. Sans compter que le suspens est à son comble, qui parmi les pèlerins est un traitre ? Qu'est ce que les tombeaux du temps ? Sont-ils issus d'un lointain avenir ou d'un lointain passé de même que la créature la plus terrifiante jamais créé dans la sf : le grichte ? Et les récits qu'ils font de leurs vies sont tous passionnants à découvrir, d'autant qu'ils donnent des indices intéressants pour résoudre le mystère de la planète Hyperion.

 

Je ne me souviens plus des raisons pour lesquelles j'avais renoncé à lire les suites. alors que j'avais adoré ce roman à la première lecture. Peur d'être déçue parce que les suites ne sont pas toujours à la hauteur de l'oeuvre originelle, ou bien l'envie n'y était plus., ou les deux à la fois peut-être Toujours est-il que cette relecture m'a convaincue de combler cette lacune et j'en suis ravie.

 

note41.jpg

 

Yueyin et Thom ont rendu leurs copies.

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 08:02

 

VieuxDemonsNIGHTSIDE : 1 VIEUX DEMONS de Simon R.GREEN

Ed Bragelonne

Pages : 156

Trad (anglais) : Grégory Bouet

Format livre numérique

Genre : fantastique

 

 

 

John Taylor est détective privé à Londres. Un jour une belle et très riche femme d'affaire lui demande de retrouver sa fugueuse de fille qui a disparu dans le Nightside, le seul endroit où John s'était juré cinq ans plus tôt de ne jamais remettre les pieds. Car John a un don, il peut trouver n'importe quoi, n'importe qui dans cet endroit particulier et il s'y est fait beaucoup d'ennemis et certains ne sont même pas humains.

 

« Le Nightside est le coeur sombre, secret et caché de la ville. Le jumeau maléfique de Londres. Les créatures les plus sauvages s'y tapissent. (...). On appelle Londres « La Fumée » et tout le monde sait qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Le Nightside ce sont deux kilomètres carrés de Londres de rue tortueuses et de contreallées en plein coeur de la ville. Des taudis, des bouges déjà vieux au début du siècle dernier. Ca c'est quand on se fie aux cartes officielle. En réalité le Nightside est bien plus grand que ça. Un peu comme si l'espace lui-même s'était étendu pour accueillir les ténèbres, le mal et toutes les créatures plutôt étranges qui s'y sont établies. D'aucuns disent que le Nightside est plus vaste que la ville qui l'abrite. Quand on y réfléchi ça vous donne un aperçu polutôt inquiétant de la nature humaine et de ses appétits et je ne parle même pas des appétits non humains. Le Nightside a toujours été un endroit du genre..;cosmopolite. Il fait toujours nuit dans le Nigjtside. Il est toujours trois heures du matin et l'aube ne se lève jamais. Les gens vont et viennent poussés par des besoins qu'on ose à peine nommer et attirés par des plaisirs et des services qui les expédient en taule ou à l'asile dans l'univers rationnel et cartésien de la journée. Dans le Nightside, on peut acheter ou vendre n'importe quoi et personne ne pose de questions. Tout le monde s'en moque. »( ...)C'est un endroit magique, malsain et dangereux » (extrait)

 

Une enquête dans un monde parallèle étrange, surnaturel, et pas très glamour, le prétexte idéal pour présenter cet univers où se croisent des démons, des adeptes de cultes étranges, des créatures encore plus bizarroïdes, même les lieux sont tout aussi bizarres comme un bar où le temps est suspendu à l'intérieur ou encore La Forteresse, le refuge de ceux qui ont été enlevés par les extraterrestres. Là-bas, les véhicules ne sont pas toujours des objets, certains pourraient trouver que vous êtes d'excellentes valeurs nutritives. Mieux vaux ignorer à quel carburant ils fonctionnent, faites moi confiance, vous ne voulez pas savoir. On y croise des gens venus d'autres dimensions, du passé ou du futur, En soi le concept de ce gigantesque fourre-tout, est intéressant, dommage que l'intrigue en elle-même ne soit pas aussi bien conçue. Parce qu'arrivée à l'explication finale tout ce que j'ai pensé c'est "tout ça pour ça ?". En dehors de cette petite déception, le récit est sauvé par des personnages bien pensés et des mystères intriguants autour de John Taylor et de sa mère pas forcément humaine d'ailleurs et pourquoi tout le monde cherche à le tuer ? Il s'agit après tout d'un premier tome qui met plus en place l'univers qu'autre chose apparemment.

 

note251.jpg

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 07:48

 

le crime de l'omnibusLE CRIME DE L'OMNIBUS de Fortuné DU BOISGOBE

Ed Feedbooks

Pages : 232

Format livre numérique

Genre : policier

 

 

 

 

Dans le dernier omnibus de la soirée, Paul Freneuse peintre établi découvre avec effroi que la jeune fille qu'il croyait endormie à côté de lui est en réalité morte. Son ami Binos est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre et se fait fort de trouver l'assassin avant la police. Freneuse estime qu'il a trop d'imagination et que la malheureuse a succombé à une rupture d'anévrisme, et du reste il est très occupé à la création de son tableau pour l'exposition et à courtiser la très belle et très riche Mlle Paulet...

 

Pourquoi assassiner une jeune fille pauvre et sans histoire ? C'est ce que l'on va découvrir très vite dans ce petit roman policier où il ne manque pas de mobile sordide, de manipulation pour la captation d'un riche héritage, de pure jeune fille pieuse et amoureuse, et j'en passe. Alors l'intrigue et la machination des méchants sont plutôt réussie; On accroche vraiment à cet aspect du récit et on veut savoir comment cela va se passer. Mais dommage que les personnages même les héros soient si peu charismatiques, voire imbuvables. Leurs problèmes ne m'ont pas vraiment touchée. Dès que l'on a compris qui est la fille de l'omnibus et les liens qu'elle peut avoir avec certains des personnages de l'histoire, sans compter le mobile du crime, le reste va tout seul. On sait comment les choses vont finir et bref, il n'y a pas vraiment de surprise. Mais cela reste quand même un roman policier plutôt divertissant.

 

note351.jpg

 

 

 

 

Et tient voilà encore un auteur pour le

 

chanec2011

 

Fortuné Du Boisgobé (1821-1891) entre probablement dans la catégorie auteur mort enterré à Paris. Auteur  feuilletonniste prolifique de romans historiques et policiers, et très populaire.


Repost 0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 07:46

 

enquete-sur-la-disparition-d-emilie-brunet.jpgENQUÊTE SUR LA DISPARITION D'EMILIE BRUNET

d'Antoine BELLO

Ed Gallimard

Pages : 252

Grand format

Genre : policier

 

 

 

 

Achille Dunot détective qui souffre d'une forme d'amnésie qui l'empêche de former de nouveaux souvenirs se voit confier une enquête parallèle à la police sur la disparition d'une riche héritière Emilie Brunet épouse d'un grand neurologue spécialiste des sciences cognitives.

 

Du fait des particularités de son amnésie, Achille tient un journal de son investigation. Très vite, le sujet dérive sur l'oeuvre d'Agatha Christie dont il est un fervent admirateur et notamment du personnage d'Hercule Poirot et l'enquête semble se calquer sur les romans de la grande Agatha. Tel personnage fait penser à tel autre dans tel roman et telle situation à telle autre, à tel point que le détective amnésique finit par croire que le problème de la disparition d'Emilie et de son amant (sans doute assassinés par le mari, génial manipulateur et plutôt terrifiant en fait) trouvera sa solution en appliquant les même procédés que dans la fiction de son auteur préféré.

Mais, finalement est ce que cette disparition, les personnages, les mobiles, les théories les plus extravagantes qui jaillissent du cerveau d'Achille ne sont pas finalement issue de son imagination ?

Pendant que le lecteur échaffaude des théories plus abracadabrantesques les unes que les autres et moi même j'en ai pas mal accumulé pendant ma lecture, le récit devient un véritable régal pour les amateurs des romans de la reine du crime et de son personnage emblématique d'Hercule. Poirot 

Au fond peu importe la résolution de l'énigme l'important c'est de jouer avec les théories et de passer un bon moment à décortiquer les mécanismes du roman policier. Une lecture des plus stimulantes bien qu'elle m'ait occasionné pas mal de cogitations à la limite de l'absurde quoi que...

 

 

note41.jpg

Repost 0